Réseau ProposMontréal:

RSS Suivez PM sur Twitter Ajoutez PM a vos pages facebook Suivez PM sur Instagram Suivez notre micro-blogue Tumblr ProposMontreal en Video Magasinez PM Magasinez PM

La Place des Nations est-elle en péril?

 Aucun Commentaire | Article écrit le 28/07/14 par Martin

On dirait que chaque démolition à Montréal apporte son lot de résistence, comme si on essayait de compenser pour les erreurs du passé. Montréal dans les années 60 était une ville en pleine ébullition, le béton et l’automobile sont rois et l’Expo est à nos portes. Dans les années 60 à Montréal, la collectivité décide de s’ouvrir sur le monde et faire de la place pour de la grande visite en 1967 et ensuite en 1976. Pendant qu’on faisait de la place pour l’Autoroute Décarie, l’Échangeur Turcot, le Château Champlain ou la Place Bonaventure on détruisait à droite et à gauche des quartiers entiers et des souvenirs qui aujourd’hui, l’idée de les voir disparaître causerait une levée de bouclier sans précédent. La disparition de buildings historiques comme le Terminus Craig, l’Hôtel Laurentien, l’édifice du Crédit Foncier Franco-Canadien ou même la Synagogue Sherith serait maintenant un sacrilège.

Construction du Château Champlain

Construction du Château Champlain

Au cours les dernières années, nous avons vu des démolitions avoir leur part de résistance, le Spectrum, l’Hôtel de la Montagne, le Horse Palace ou le bâtiment du CNR au coin des rues Bridge et Wellington. Ces buildings avaient une certaine valeur, mais à quel prix? Sont-ils comparables à d’autres comme la Maison Redpath ou la Maison Louis-H Lafontaine? Qui décide de la valeur historique d’un édifice? N’oubliez pas, je le martèle régulièrement, ce n’est pas parce que c’est vieux que cela mérite d’être sauvegardé.

Notre manie de vouloir tout sauvegarder nous offre des cicatrices qui peuvent venir nous hanter. Je vais prendre l’exemple du silo #5. Je suis de ceux qui croient que ce vestige du passé industriel doit être sauvegardé, mais la tergiversation sur son futur fait que nous sommes pris avec un building massif, situé sur un terrain de premier plan et ce depuis 1994. Je reviendrais dans un autre billet sur le silo qui mérite qu’on s’y attarde. Aujourd’hui, je voulais qu’on s’arrête et qu’on discute de la Place des Nations.

Comme nous a raconté Beau Dommage, En 67 tout était beau, c’était l’année d’l’amour, c’était l’année de l’Expo. Mais je n’avais pas de passeport avec une belle photo parce que je n’étais même pas encore une pensée dans la tête de mes parents. Par contre, presque 50 ans plus tard, il nous reste encore beaucoup de souvenirs visibles, les pavillons de la France et du Québec qui sont devenus le Casino de Montréal, les pavillons du canada et de la Jamaïque sont devenus des salles de réceptions. Le pavillon de la Tunisie, un casse-croûte et les chefs-d’oeuvre selon moi, le dôme géodésique des États-Unis qui est devenu un emblème de la ville, la Biosphère et l’oeuvre d’art la plus chère de Montréal. l’Homme de Calder. Bien sûr il reste quelques éléments ici et là, des colonnes, des arches, le métro, la Ronde, les îles elles-mêmes et des éléments purement décoratif aujourd’hui. Franchement, il m’est impossible de tous les nommer, de toute façon, j’en oublierais.

Expo 67

Expo 67

Sur la pointe sud de l’Île Ste-Hélène, coincé entre le Pont de la Concorde et le Fleuve St-Laurent se trouve la Place des Nations, un des endroits emblématique durant l’Expo. Là où se trouvait les drapeaux des pays participants, là où a eu lieu les cérémonies d’ouvertures et de fermetures de l’événement. Là où les années suivantes avaient lieu des concerts comme, Peter Gabriel, Styx (Domo arigato Mr. Roboto, domo….), Louis Armstrong, James Brown, Robert Charlebois et Yvon Deschamps ont tous foulé le béton de la Place des Nations. Aujourd’hui, la PDN sert d’espace pour les artistes et VIP des festivals Heavy Montréal et Osheaga et ce durant, 2 semaines par année. Le reste du temps, c’est un espace vide, un « no man’s land » qui manque visiblement d’amour et d’attention. En janvier, annoncé dans les médias une enveloppe de 12,5 millions pour mettre à niveau l’endroit, mais comme beaucoup d’autres décisions à Montréal, selon les changements de gouvernements sur tous les niveaux ou l’humeur des gens décisionnels, ce projet pourrait se ramasser sur les tablettes avec d’autres très beaux et bons projets qui ne verront jamais le jour.

Événement durant l'Expo

Événement durant l’Expo

Sans trop y penser, je peux imaginer dans cet amphithéâtre de plus ou moins 6000 places un festival de théâtre, une scène estivale pour une des multiples troupes de cirque de Montréal, quelques concerts extérieurs et d’autre ont même parlé d’y déménager le Piknik Électronik. À mon avis, c’est l’endroit parfait pour un événement de style sports extrême ou encore le parcours acrobatique Exalto du groupe français Altiplano qui s’est finalement installé sur l’Esplanade du Parc olympique. Le site web du parc Jean-Drapeau n’offre même la Place dans leurs éléments locatifs, ce qui pourrait intéresser plusieurs. Quand nous faisons la mention de la Place sur notre page Facebook, nous recevons souvent les mêmes commentaires, « on doit le garder » ou « mettez moé ça à terre » mais la réponse la plus intéressante pour moi est venue d’une de nos habituées sur la page, Julie suggère d’y présenter une programmation variée et plutôt que d’en donner la gestion à la société du Parc Jean-Drapeau, pourquoi ne pas créer une co-op comme le Café du Parc Lafontaine et leur en donner la responsabilité et la rentabilité où les profits seraient automatiquement réutilisés dans la PDN.

Même si le stationnement est physiquement impossible par sa position sur l’île, il serait très facile d’y donner accès par autobus, la station de Métro n’est pas très loin non-plus. Le parterre est environ de 3000 mètres carrés et ne demande qu’à voir un peu de verdure. Les gradins ont besoin d’un peu d’amour et de mise à niveau pour les questions de sécurité, mais l’espace est là, elle ne cherche que de bonnes idées. Reste à savoir si les fêtes du 375e seront une assez bonne raison pour voir revivre cet emblème de temps passé.

archive_de-Montreal-PDN

De l’autre côté de la balance, ces détracteurs diront que ce carré de béton n’est rien d’autre qu’un îlot de chaleur, un coin oublié qui a fait son travail, qui est d’un autre temps dans l’histoire et qui a été remplacé. Que 12,5 millions pourraient être attribués de façon plus efficace ailleurs même sur l’île. Montréal en général aime penser à notre gloire du passé. Les 24 Coupes Stanley des Canadiens qui n’ont pas mit la main dessus depuis 1993 et l’Expo 67 en sont de parfaits exemples.

Selon vous, la Place-des-Nations est-elle un de ces endroits qui méritent d’être sauvegardés, dans la catégorie trop peu trop tard ou vous ne voyez pas sa valeur patrimoniale?

Pour en savoir plus sur le sujet, je vous invite à lire le rapport de projet d’aménagement et de mise en valeur du Parc Jean-Drapeau présenté par le Quartier International de Montréal, en charge du projet.


Êtes-vous un vrai Montréalais?

 Aucun Commentaire | Article écrit le 13/07/14 par Martin

Êtes-vous un vrai Montréalais? Voici cinq notes humoristiques qui feront de vous un vrai de vrai. Ce vidéo est aussi le premier vidéo de notre chaîne Youtube. Nous essaierons de publier un vidéo par mois, soit un à tous les deux semaines. L’ambiance sera avec humour, des listes, les réponses à nos sondages et certainement un peu d’histoire et ce, toujours autour d’une minute. Offrez-nous vos suggestions, il nous fera plaisir de reproduire les meilleures idées.

Soyez indulgents, ce ne sont que nos premiers balbutiements avec l’expérience vidéo, nous ne pouvons que nous améliorer et vous offrir encore plus de petit clips de ce genre.


Ça bouge à Montréal, mais comment?

 Aucun Commentaire | Article écrit le 09/07/14 par ProposMontreal

Avec toutes ces dernières nouvelles de ponts, de SLR, de SRB, d’Azur, de navettes fluviales, de Bixi, de taxi et d’autre façon de se rendre du point A au point B. Les façons de se déplacer n’auront jamais autant été d’actualité. Les Montréalais aiment le vélo, la ville est à l’échelle humaine, on y marche, l’automobile est une technologie passée, voir, dépassée même. Savons-nous vraiment comment les Montréalais se déplacent? Si je me fie à une application iPhone, l’automobile reste reine dans la ville. Voilà, les sources ne sont pas nécessairement des plus solides, après tout, « Human » n’est qu’une seule application, mais elle rend des résultats d’une façon tellement superbe et graphiquement attirante, je me dois d’en mentionner l’existence.

Au moment d’écrire ces lignes, les Montréalais qui utilisent cette application, sans version Android pour le moment, se déplacent principalement… en véhicule motorisé, surpris? Voilà, l’application ne fait pas de différence entre le transport en commun et l’automobile et ne calcule que les déplacements à la marche, la course, le vélo et le transport motorisé. Mais les données restent plutôt intéressante. En regardant le graphique suivant, vous verrez que la voiture reste reine en ville. Les déplacements alternatifs restant sous la moyenne des 30 grandes villes mesurées par l’application.

test

graphique human.co

Un peu plus loin dans le site, vous pouvez également voir que Montréal se situe dans les derniers de classes pour ce qui est des mouvements comme la marche et le vélo, se classant 29e sur 30 dans les deux catégories et 26e pour la course. Montréal se situe alors en 2e position pour les déplacements motorisés (autobus et automobile). Au classement général des villes les plus actives, on se place donc en 29e une fois de plus comme quoi le Montréalais moyen semble sédentaire. Encore une fois, je précise que ces données ne sont tirées que d’une seule application se veulent plus amusante que scientifiquement prouvées.

graph

C’est le mot amusant qui nous a attiré vers ces chiffres. C’est que « Human » rend l’information amassé grâce à l’application installée sur votre téléphone intelligent d’une façon graphiquement attirante. Étant personnellement un ancien graphiste, ces cartes de résultats sont toutes plus superbe les unes des autres. Vous pouvez y voir que la marche et le vélo se concentre principalement sur l’île de Montréal tandis que la banlieue préfère de loin les véhicules à moteurs.

Image: Human.co

Image: Human.co

Voilà, la beauté du minimalisme graphique ne s’arrête pas là, « Human » a pris ces données et a créé des vidéos démontrant les déplacements sur une durée de 24h donnant vie à ces petits points blancs. Vous pouvez y voir les quatre types de déplacement, soit la marche, la course, le vélo et les moteurs.

Montreal/Motorized transport from Human on Vimeo.

Malheureusement, je ne connais pas son niveau d’utilisation, l’iPhone ne représente pas la majorité des utilisateurs de téléphones intelligents. Android, Blackberry et Windows ont tous des systèmes d’exploitation n’ayant pas la chance d’apporter leur vote à la statistique mais allez-vous télécharger l’application, pensez-vous que vous pouvez faire une différence et à quel point croyez-vous que ces chiffres se rapproche de la réalité?


1 de 8912345...1015...dernière »»