Sauvons La Giboulée

En ce 50e de l’Expo 67, 150e de la confédération et du 375e de la Fondation de Montréal, il est important de se rappeler que l’histoire de cet événement en 1967 reste encore bien présent dans l’imaginaire collectif. Malheureusement, ce qui reste de Terre des Hommes n’est pas vraiment mis en valeur, juste à regarder l’état de la Place des Nations pour deviner ce que les autorités actuelles en pensent, laissant ainsi beaucoup de souvenirs à l’abandon. Si la revitalisation de la Place des Nations était peut-être trop chère dans un budget déjà bien rempli pour les festivités, de petites touches moins dispendieuses auraient aussi pu faire le boulot. C’est avec cette idée en tête que je me suis donnée comme but aujourd’hui de sauver La Giboulée.

 

La Giboulée
La Giboulée, source inconnue
L’Iris.

Il y a des maniaques de l’exposition universelle, de vrais admirateurs de tout ce qui touche de loin ou de prêt à cet événement. Ceux-ci se retrouvent sous un groupe Facebook des plus instructifs et intéressants. Voilà quelques années en prenant des photos dans une des cours de rangement du parc Jean-Drapeau, ils ont découvert ce qui restait d’une sculpture-fontaine de Raoul Hunter. En piètre état, enlevé du village Québécois du parc de La Ronde a tout simplement été « dompé » à cet endroit, sans le respect que l’on doit à une œuvre d’art.

Ces maniaques du groupe Facebook ont donc relevé leurs manches, avec beaucoup d’efforts et en communiquant avec les bonnes personnes, ont été en mesure de faire réinstaller la sculpture. Elle se trouve maintenant devant le pavillon de la Jamaïque, sans fontaine et encore un peu cabossée.

Iris de Raoul Hunter
Iris debout dans le Parc Jean-Drapeau, source: Bureau d’Art Public de Montréal
La Cité du Havre.

Les gens oublient trop souvent que l’expo c’était plus que les deux îles, il y avait aussi de l’action dans la Cité du Havre. L’autostade, le musée d’art, l’aéroglisseur, l’Homme et la Cité et bien sûr Habitat 67 étaient les grands rassemblements de cette section, mais il y avait aussi beaucoup de plus petits pavillons qui attiraient leur lot de visiteurs. De ceux-ci, il en reste quand même quelques-un, le musée semble abandonné pour le moment, l’Expo-théâtre est devenu le studio Mel’s et le superbe immeuble de l’administration de style brutaliste est maintenant l’administration portuaire de Montréal.

À vol d’oiseau (ou de Google Maps), il est encore possible de voir les chemins asphaltés où la nature reprend tranquillement le dessus. Il est possible d’imaginer la foule se promener entre les bâtiments temporaires qui aujourd’hui ont laissé place à deux tours de condos qui, architecturalement parlant, sont assez de mauvais goût . Vous remarquerez également d’anciennes bases de fleur en béton et les socles de lampadaires tel que des empreintes d’une autre époque.

La Giboulée
La Giboulée durant l’Expo. Photo: courtoisie de Gabriel Jacob
Et La Giboulée, c’est quoi?

L’entièreté de l’expo débordait d’éléments de décor et le design était à l’honneur. Une de ces pièces populaire dans la Cité du Havre était « La Giboulée ». Une fontaine-sculpture de l’artiste Jean Cartier (1924-1996) commanditée par la compagnie canadienne de l’exposition qui était ni plus ni moins un grand bol de béton surplombé de métal peint et coiffé de larges disques de verre qui s’illuminent le soir venu.

Jean Cartier reçoit son diplôme en 1949 de l’École du Meuble et se voit ensuite décerner une bourse du gouvernement du Québec pour faire ses études à Paris où il apprend la céramique avec Jean Besnard et la sculpture avec Ary Bitter. Les œuvres de ces deux artistes français se retrouvent dans les plus grandes collections des plus grands musées du monde. Vous avez sûrement croisé le travail de Cartier à Montréal, il est entre autres reconnu pour son travail coloré de muraliste dans les stations Cadillac et Papineau du métro et une de ses œuvres peut aussi être admirer au complexe récréatif Gadbois dans Saint-Henri.

 

Mosaïque Jean Cartier
Centre Gadbois
#sauvonslagiboulée

Une étude patrimoniale réalisée en 2006 par le Laboratoire de recherche sur l’architecture moderne et le design de l’UQAM nous donne un résultat plutôt attristant de ce qu’il reste de la fontaine; « Laissée à l’abandon durant de longues années, la sculpture-fontaine La Giboulée est actuellement dans un état de dégradation avancé. Le béton se désagrège, les pièces métalliques sont rouillées et les disques de verres sont brisés ». L’étude n’y vas pas de tout repos avec ce qui reste des alentours; « Hormis les tracés au sol encore existants, le contexte au sein duquel cette œuvre était implantée a été radicalement transformé et sa signification perdue. À ce titre, le contexte de cette sculpture-fontaine a perdu toute son authenticité. » Par contre, cette étude date de 11 ans déjà. Le terrain vacant en mauvais état fait maintenant place à un espace vert des plus charmant.

La Giboulée en 2017
La Giboulée en juillet 2017

Un vestige de l’Expo encore à sa place, quoiqu’en mauvaise posture, un artiste déjà bien présent dans l’art public montréalais et les festivités du 50e, du 150e et du 375e. Voilà de très bonnes raisons pour se pencher sur une nouvelle étude de restauration de l’œuvre. Beaucoup d’attention a été portée à la Cité du Havre avec la mise en valeur d’habitat 67, pourquoi ne pas étirer cette réflexion aux grands parcs qui bordent l’avenue Pierre-Dupuy et le bassin Bickerdike. Une voie cyclable bien utilisée s’y trouve déjà et un petit refuge d’ombre au pied de cette fontaine serait sûrement bien apprécié des cyclistes. Nous sommes encore loin des condos,les voisins ne seraient donc pas trop dérangés et peut-être que cela attirerait un locataire intéressé par la coquille vide qu’est le Musée d’art contemporain de l’Expo 67.

Des sculptures jonchent actuellement en bordure du Circuit Gilles-Villeneuve. « Le phare du cosmos », « La Puerta de la Amistad » et « Signe Solaire » ont été enlevés de leur espace respectif, probablement pour les protéger durant la construction de l’amphithéâtre d’Evenko. Souhaitons qu’elles reviennent dans les sentiers rapidement et que ce déménagement ne soit que temporaire. Dans ces conditions, pourquoi ne pas faire comme avec Iris sauvé in extremis de la ferraille et donner la chance à une autre œuvre patrimoniale de revivre de ces cendres, mais juste un peu plus loin de ce qui se passe dans le parc en ce moment?

Je vous invite à partager ce texte avec le mot-clic #sauvonslagiboulée sur des plateformes comme Twitter, Facebook ou Instagram. Peut-être attirerons-nous l’attention de la ville pour sauver de mère nature l’oeuvre de Jean Cartier et donner une espace publique dans ce genre de « no man’s land » à l’autre extrémité de la Cité du Havre.

 

Sculptures
La Puerta de la Amistad, le Phare du cosmos et Signe Solaire actuellement non disponible.
Mise à jour

Suite à la publication du billet, Julie Bélanger, du groupe Facebook en question et qui offre des tours guidés des vestiges de l’Expo m’a offert quelques informations complémentaires sur La Giboulée. Premièrement, la salle mécanique a été remblayée voilà quatre ans, ce qui empêche plus ou moins tout travail de réfection. Mel’s et Loto-Québec ont tous deux été contactés par le passé pour une restauration, des conversations qui se sont avérées assez positives. À l’époque, Michel Trudel, l’homme derrière les Studios Mel’s, était prêt à faire reconstruire la fontaine sur ses terrains et payer la facture d’eau et d’électricité de la fontaine. Plusieurs embûches sont donc venues miner le projet, le propriétaire du terrain est une compagnie à numéro et c’est cette même compagnie qui était derrière la démolition en catimini de la Maison Olympique en 2002. Cette compagnie ne souhaite rien d’autre qu’un changement de zonage et la possibilité de construire d’autres condos sur ces terrains. Le Gestionnaire TrustCan Immobilier qui est en charge du terrain a été contacté voilà quelques jours déjà et n’a jamais retourné mes appels.

 

Détails des disques de verre
Détails des disques de verre, Source: Inconnue

 

1967 vs 2017
Source photo d’archive inconnue

 

 

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.