L’ACCOMMODATION de Molson

Temps de lecture approximatif de 6 minutes

Si je dis Molson, la majorité d’entre vous pensera automatiquement à la brasserie. D’autres, un pavillon de l’Université Concordia, un stade de l’Université McGill ou une équipe de hockey professionnelle qui a de bonnes chances de faire les séries cette année. (Je suis optimiste de nature.)

John Molson (1763-1836) est avant tout, homme d’affaires, oui il y a la bière, mais il sera le fondateur de la Champlain and St. Lawrence Railroad, premier chemin de fer public en Amérique du Nord. Il fera construire le théâtre Royal, le premier théâtre à Montréal détruit pour faire place au Marché Bonsecours. Il ne faut pas oublier de mentionner la banque Molson, fondée en 1850 par ses fils, qui fusionnera à la Banque de Montréal en 1925.

Vu de l'est de la ville
Vu sur l’est de Montréal. , Peinture de Richard Dillon, 1803.
Musée McCord, M979.175

Aujourd’hui, nous arrêtons sur une autre première de John Molson Sr dont on ne parle pas assez, le premier bateau à propulsion mécanique à naviguer sur le Saint-Laurent et par conséquent, le premier fabriqué entièrement en Amérique du Nord.

Les bateaux

Les vents n’étant pas toujours de la partie, les voiliers sur le Saint-Laurent doivent régulièrement être tirés par des chevaux ou des bœufs à partir de la rive du fleuve pour atteindre leur destination. Que ce soit à Montréal, Québec, Trois-Rivières ou dans les Grands Lacs, il n’était pas rare qu’un bateau reste accosté au port pendant bon nombre de jours, attendant les vents favorables.

Le Clermont de Fulton
Une réplique du Clermont fabriqué en 1909.
Library of Congress, USA, det.4a16094.

Nous sommes au début du 19e siècle et Molson est impressionnée par le Clermont, premier bateau à vapeur à naviguer sur la rivière Hudson dans l’État de New York, parrainée par l’ingénieur américain Robert Fulton en 1807. Montréal étant la métropole du Canada à cette époque et sur les berges de ce qui est ni plus ni moins le point d’accès des marchandises au pays, l’homme d’affaires flairera les implications commerciales de ce nouveau mode de transport.

En 1808, les frères Winans de Burlington font eux aussi appel à la vapeur pour propulser leur navire « Vermont » navigant le lac Champlain. C’est maintenant une course contre la montre pour le brasseur montréalais. S’il n’agissait pas rapidement, quelqu’un le ferait avant lui.

L’Accommodation

Les intentions de John Molson se rendent aux oreilles de deux partenaires, John Bruce, constructeur de bateau et John Jackson, ingénieur. Un troisième John, John Kay, ébéniste, venait de se retirer du projet et les deux premiers étaient à la recherche d’un nouveau financier pour ce qu’ils voulaient être le premier vapeur canadien. Si l’émission « Dans l’œil du dragon » avait existé à l’époque, Molson en serait sûrement la vedette.

Dans l’œil du Dragon avec John Molson en vedette

La construction débutera en janvier 1809 et le brasseur se joint à l’équipe en juin et détiendra 60% de la St Lawrence Steamboat Company. Les moteurs des deux navires américains avaient été importés d’Angleterre, mais le temps étant restreint, Molson se tournera vers les forges Saint-Maurice de Trois Rivières pour la fonte des pistons, bouilloires et cylindres du moteur qui atteindra six chevaux-vapeur.

Le chantier naval de la famille Munn de Québec situé sur la rue Notre-Dame et non loin de la brasserie aura la tâche de la fabrication. (Petite note, certaines sources mentionnent le chantier de Hart Logan.) Mesurant 25,9 m sur 4.5 m, le bateau à roues à aubes portera le nom de « l’Accommodation » et aura coûté prêt de 2000 £ aux partenaires, soit environ 275 000 $CA de nos jours.

Timbre 1986 de John Molson
Timbre de Postes Canada célébrant John Molson, 1986

L’indifférence

En juin 1809, comme pour narguer le montréalais, le « Vermont » mentionné plus tôt fera un voyage du lac Champlain remontant la rivière Richelieu pour accoster à Saint-Jean-sur-le-Richelieu. John Molson et son fils, John Junior iront voir le navire américain et ils discuteront en long et en large avec l’équipage pour en apprendre un peu.

Dès le début août, le bateau sera tiré vers la brasserie pour l’installation du moteur et les premiers essais seront effectués dans le secteur des îles de Boucherville, plus précisément, à l’île Marguerite qui appartient à la famille Molson. Les plus curieux qui iront voir le petit bateau lui donneront le nom de « chaloupe à fumée. »

Carte de Collection, IMperial Tobacco
Carte de Collection, Imperial Tobacco Co. of Canada, 1914

À vrai dire, il n’y a pas de cabines, ce sont deux salles avec des lits de chaque côté et des tables pour les repas au centre. On ne peut donc pas parler de grand luxe, mais les hommes derrière le projet tentent tant bien que mal à attirer des voyageurs pour le voyage inaugural qui reliera Montréal et Québec. Les critiques sont sévères et seulement dix passagers en plus de l’équipage seront sur le bateau le matin du 1er novembre 1809.

Le premier voyage

Selon le livre « The Molsons: Their Lives and Times : 1780-2000. » Molson aurait dit à ses deux partenaires d’affaires « Dix, c’est mieux que rien. » C’est sans présence médiatique, sans tambour ni trompette que l’Accommodation prendra le large vers Québec.

Peinture de Molson et de l'Accommodation
Peinture de Molson lors du voyage inaugural de l’Accommodation, 1809., Collection Molson Coors.

Le prix du billet est de 8 $ vers Québec et de 9 $ vers Montréal. Si le trajet ne se fait qu’à une vitesse de 5 nœuds, soit 9 km/h environ, il reste plus rapide que les voiliers traditionnels. Le voyage inaugural aura pris 66 heures, dont 30 heures ancrées dans le lac St-Pierre et prendra presque une semaine complète pour le voyage de retour. Chaque passager a droit à une couchette, aux repas et à 30kg de bagage.

Il restera à Trois-Rivières pendant 30 heures, non suite à des complications, mais plutôt pour donner la chance aux ouvriers de la forge qui ont travaillé sur le moteur de visiter le vapeur. Malgré les délais, personne ne regrette la navigation à voiles. Lorsque le vent était contraire, elle nécessitait souvent quinze jours pour monter à Montréal et trois ou quatre pour descendre à Québec. Quoi qu’il en soit, ce premier voyage marque le début d’une nouvelle ère pour le transport maritime au Canada.

La critique

La critique est cinglante, nous pouvons lire dans le Quebec Gazette dans son édition du 9 novembre : « Il est évident que sa machinerie telle qu’elle est actuellement n’a pas assez de force pour ce fleuve. Il y a sans aucun doute la possibilité de la perfectionner, pour finalement répondre à l’intention première de sa construction. »

Coupure de journal, Quebec Mercury

Pendant ce temps, le Quebec Mercury lui est plus dithyrambique envers le bateau. « C’est le premier navire de ce type à prendre place dans ce port. Constamment bondé par les visiteurs… aucun vent et aucune marée ne peut l’arrêter. » Ils ajoutent, « L’avantage de ce genre de transport est qu’il est facile de planifier avec une certaine certitude son arrivée à destination, ce que nous ne pouvons pas affirmer des vaisseaux seulement propulser à la voile. »

L’Accommodation ne fut pas un succès et la première saison de navigation fut de courte durée avant l’hiver. C’est sous les moqueries persistantes que le navire fera deux autres voyages aller-retour dans les semaines suivantes. Sa performance n’est tout simplement pas encore à la hauteur des attentes pour ceux qui gardent espoir. 

L’argent

Si l’Accommodation était un signe de progrès industriel, les finances du projet étaient loin d’aller de l’avant. Les dettes s’accumulent et malgré des améliorations on ne parle pas vraiment d’un succès. Les deux autres John, Jackson et Bruce décident de se retirer à leur tour de l’aventure et vendent leurs parts à Molson qui lui voit encore l’opportunité. John Bruce restera même employé du brasseur.

Croquis de l'Accommodation

Des pourparlers avec Robert Fulton de New York proposent de faire bâtir un bateau pour notre montréalais en échange de 10 % des revenus de la compagnie. Celui-ci n’étant pas le genre à avoir des partenaires à lui voler la vedette, décide de faire construire un nouveau navire. Le Swiftsure sera muni de deux moteurs fabriqués à l’usine de l’Écossait James Watt. Rien de moins que l’inventeur du moteur à vapeur et un des pères de la révolution industrielle britannique.

1811, au retour de John Molson Père au Bas-Canada suite à sa visite en Angleterre, l’Accommodation, qui avait eu le droit à plusieurs améliorations sera toutefois démantelée dans les îles de Boucherville, les parties qui peuvent être réutilisés le seront. La cabine par exemple deviendra un cottage pour la famille sur l’île Marguerite.

L’après

À l’automne, le Swiftsure est presque terminé et comme il s’agit d’être à la bonne place au bon moment, lorsque le deuxième navire de Molson sera construit, il sera réquisitionné par l’armée britannique en 1813. Le nouveau navire met alors 22 heures à parcourir la distance entre Québec et Montréal, 14 heures de moins que l’Accommodation dans ses meilleurs voyages. Il deviendra un outil important au transport des troupes durant la guerre de 1812.

Port de Montréal 1860
Les bateaux à aubes dans le port de Montréal, 1860.
Archives de Montréal, vm94-z1849-01

John Molson Sr ne pourra pas assister au départ inaugural. Celui-ci s’est joint à l’armée quelques mois auparavant et est dépêché avec son régiment à Coteau-du-Lac. Plus grand vapeur en Amérique du Nord, mesurant 42 mètres et pouvant accueillir 175 passagers, Le Swiftsure effectuera presque 60 voyages entre la capitale et la métropole le nouveau navire sera rapidement rentable.

Avec les Malsham (1814), Lady Sherbrooke (1816) et New Swiftsure (1817) qui s’ajouteront à la flotte Molson. En 1816, John Torrence ( 1786-1870) offrira de la compétition à Molson et lancera sa propre flotte sur le Saint-Laurent. L’ère du bateau à vapeur est définitivement arrivée à Montréal.

Port de Montréal, 1910
Port de Montréal, 1910
Musée McCord, VIEW-6582

La fin

Molson ne s’arrêtera pas là, le projet qui lui tient à cœur est celui du chemin de fer qu’il réalisera en 1832 quand il recevra sa charte d’opérations pour la Champlain and St. Lawrence Railroad. Les premiers rails seront posés en 1835 et seront terminés en juillet 1836. Malheureusement sans le doyen de la famille, une fièvre l’emportera le 11 janvier 1836, bien avant que le premier train à vapeur eu la chance de partir de gare.

C’est à cause de ce genre d’histoire que le départ de Montréal de la brasserie qui porte encore le nom de Molson est un « big fuckin’ deal » et que c’est la fin d’une époque ayant débuté en 1786. Les Molson aiment encore et toujours la ville de Montréal, mais « business is business » comme diront les Anglais.

Quelques sources:

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet, Martin n'était même pas nés à l'époque de 99% des sujets discutés de ce site. Il aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.