Avenue Morgan, l’avenue de l’histoire

L’histoire à Montréal ne se concentre pas que dans le Vieux, il est encore possible de ressentir la présence du passé dans tous nos quartiers. Malheureusement, un présent parfois difficile peut faire oublier ce passé historique de certains secteurs de la Ville. C’est le cas pour le « Maisonneuve » de « Hochelaga-Maisonneuve » qui est souvent relégué en arrière-plan quand on parle de cet arrondissement dans les médias.

Les immeubles historiques côtoient les plex de la classe ouvrière et s’y promener c’est croiser une chronologie de plus de cent ans d’histoire. Voici un quartier qui crie haut et fort son passé et pourtant on en parle très peu. Après la lecture de notre texte, je vous invite à faire la promenade proposée par notre ami Gilles du blogue Mes Quartiers pour comprendre exactement ce que je veux dire.

La bibliothèque et ancien hôtel de ville, le château Dufresne, la caserne Letourneux en passant par les édifices industriels comme le American Can Company ou bien la biscuiterie Viau. Voilà quelques exemples du patrimoine bâti de Maisonneuve. Mais, très peu de rues à Montréal respirent l’Histoire avec un grand H comme l’avenue Morgan qui à elle seule est un musée à ciel ouvert. Voici donc ce qui la rend si extraordinaire à mes yeux ainsi que les gens derrière sa création.

À ses débuts

Si nous la comparons au boulevard Gouin, elle est courte, drôlement courte. Avec ses 500 m allant de la rue Ste-Catherine à la rue Ontario, seules les rues Adams et La Fontaine croisent son axe. Quand les élus de la municipalité d’Hochelaga décident en 1883 de s’annexer à la grande ville voisine, une poignée de bourgeois avec Alphonse Desjardins et Joseph Barsalou en tête ne sont pas très chaud à l’idée de partager leurs terres et fondent la Ville de Maisonneuve. De « Westmount francophone » qui à sa fondation, ne compte pas encore sur 300 habitants, la nouvelle cité prit de l’expansion rapidement, les usines se multiplient et c’est finalement une classe ouvrière qui viendra prendre d’assaut le quartier maintenant surnommé « Le Pittsburgh du Canada »

Sous le maire Alexandre Michaud et l’ingénieur municipal Marius Dufresne, le conseil administratif se lance dans un ambitieux projet de centre-ville et d’embellissement urbain. Ce projet est caractérisé par la construction de quatre édifices publics, du parc Maisonneuve et de grands boulevards, soit Pie IX et Morgan. Inspiré par le mouvement « City Beautiful » et du style Beaux-Arts, de grands travaux seront effectués entre 1910 et 1915. La guerre viendra refroidir les ardeurs des autorités et sous menace de faillite, seront forcé de s’annexer à Montréal en 1918.

Avant leur décès en 1893, Henry et James Morgan légueront leurs terres aux fils de James qui plus tard les firent lotir. C’est sur un de ces lots que viendra s’installer le boulevard qui honorera le nom de famille d’Henry. Imaginée par Marius Dufresne, la petite rue sera transformée en épine dorsale pour l’embellissement de Maisonneuve.

Publicité de la Colonial Real Estate avant la mise en vente des lots de la ferme Morgan.
Source Inconnue
Henry Morgan

Âgé de 23 ans, le jeune homme de Glasgow viendra s’établir à Montréal. Henry a déjà un sens aigu des affaires, il laisse un petit magasin dans sa ville natale pour venir faire fortune en Amérique du Nord. Dès 1845, il se joint à David Smith pour fonder le magasin Smith & Morgan, une boutique de marchandises générales. Avec son frère James, resté en Écosse pour s’occuper de l’exportation vers le nouveau continent, le commerce prend rapidement de l’expansion. En 1852, James rejoindra Henry à Montréal à la retraite de David et Smith & Morgan devient alors la Henry Morgan & Co. Exigus dans leur espace de la rue Notre-Dame, ils s’installeront dans de plus grands locaux situés aujourd’hui au 478, rue McGill entre 1854 et 1866.

Toujours en expansion, devenu le principal marchand de « dry goods » à Montréal, ils devront se relocaliser une fois de plus et déplaceront avec eux le centre-ville vers le nord montréalais. Cette fois-ci, c’est sur la rue St-Jacques face au square Victoria que viendra s’installer le commerce où il y restera de 1866 à 1891. Pendant cette période, ils innovent avec des techniques de vente allant même jusqu’à utiliser les vitrines pour présenter leurs produits, une pratique rare à l’époque.

James et Henry Morgan
Portraits de James et Henry Morgan
Toiles par Robert Harris 1880-1890

C’est en 1891 que le magasin effectuera son dernier déménagement, s’installant dans l’édifice opposé au square Phillips, sur la rue Ste-Catherine que l’on connaît encore de nos jours. L’immeuble de style Roman-Richardsonien d’une valeur de 400 000 $ à l’époque (presque 10 M$ en 2017) est un joyau du commerce au détail en Amérique du Nord. L’architecte John Pierce Hill utilise une pierre de grès rouge importée du nord-est de l’Écosse. En suivant sa clientèle fortunée qui s’installe de plus en plus dans le Golden Square Mile au pied du mont Royal, Morgan créera une migration vers le nord de toutes les grandes boutiques, de Birk’s en 1894 à Ogilvy en 1896.

Henry ne se mariera jamais, ce sont des neveux qui viendront avec le temps se joindre à la compagnie et en hériteront en 1893 quand les frères James et Henry décèdent à quelques mois d’intervalle. Pour terminer notre histoire, l’entreprise, toujours membre de la famille de son fondateur sera finalement vendue à la Compagnie de la Baie d’Hudson à la fin des années 1960. Le nom de Morgan’s que l’on retrouve sur plusieurs boutiques dans la région montréalaise disparaîtra officiellement en 1972 au moment où La Baie viendra remplacer l’ancienne bannière.

Morgan's
Le magasin Morgan’s en 1891
Photo par N. M. Hinshelwood, Musée McCord,
MP-1985.31.77
Le mouvement City Beautiful

Profondément inspiré du style beaux-arts, le « City Beautiful » est un concept urbanistique de grands boulevards, de plantations radieuses, de rues larges et dégagées et de sculptures imposantes. Une philosophie qui est surtout nord-américaine, pensez le Grant Park de Chicago ou le National Mall de Washington D.C. L’idéologie simple de rendre la ville attrayante, belle et verte.

Derrière ce mouvement, on retrouve des noms d’architectes qui ont changé leur époque, comme Daniel Burnham et Frederick Law Olmsted, responsables de l’aménagement de l’exposition universelle de Chicago en 1893 où fut introduite l’idée maîtresse du « City Beautiful ». Si le nom de Olmsted vous est familier, c’est qu’il est aussi l’architecte-paysagiste à qui l’on doit le parc du Mont-Royal ici même et le Central Park de New York. À Montréal, vous pouvez voir des inspirations de cette architecture dans l’avenue Atwater ou bien avec le boulevard Dorchester à Westmount. Mais, le seul endroit où le mouvement fut réellement établi en respectant ses règles se trouve dans la municipalité de Maisonneuve et l’avenue Morgan en est le point central.

Marché Maisonneuve
Marché Maisonneuve, 1916
Photo par William Notman, Musée McCord
VIEW-16183
L’ancien Marché Maisonneuve

Commençons notre visite de l’avenue Morgan à l’intersection de la rue Ontario. Dans la foulée du projet d’embellissement de la cité, on construira quatre immeubles phares soit l’hôtel de ville, le bain, la Caserne no 1 et le marché public. Dessiné dans le style beau-arts par Marius Dufresne, il est construit sur un terrain lui ayant déjà appartenu. Il est le premier marché public à être équipé d’un réfrigérateur pour garder les produits périssables, mais autrement, c’est un marché typique. À l’intérieur, nous pouvons y retrouver bouchers, épices, œufs et produits laitiers pendant qu’à l’extérieur les maraîchers de Laval, de la Rive-Sud et du nord de l’île vendent leurs fruits et légumes frais en saison.

Au cours des années 60, le phénomène du supermarché prend son envol. Les Steinberg et Dominion de Montréal ont une part de presque 35 % sur les habitudes des consommateurs, la voiture est reine de nos rues et les stationnements aménagés par les supermarchés attirent la clientèle qui rend la vie difficile aux marchés traditionnels. En 1967, il fermera ses portes et les marquises de marchands seront démolies. L’immeuble sera transformé en bureaux, d’abord pour la police ensuite et encore aujourd’hui pour différents organismes du quartier. En 1995, un nouveau marché sera construit et peu à peu, les commerces de fruits et légumes, boulangeries et autres feront un retour.

Le Marché Maisonneuve et La Fermière préparée pour l’hiver.
Photo par ProposMontréal, Novembre 2017
La fermière et les baigneurs

Il est difficile de ne pas mentionner la fontaine-sculpture sur la place Gennevilliers-Laliberté. L’imposante œuvre du sculpteur Alfred Laliberté représente trois jeunes garçons jouant avec les animaux typiques d’un marché, soit un veau, une dinde et un saumon. Le grand bassin circulaire est surplombé d’une fermière ayant en main un panier de produits. Au moment de son installation, c’est la plus grande statue de bronze au Canada. La légende raconte que l’œuvre serait une ode à Louise Mauger, épouse de Pierre Gadoys qui reçut le premier lot de Paul Chomedey de Maisonneuve, faisant d’eux une des premières familles de Ville-Marie.

Boulevard Maisonneuve vers 1916
Vue du Marché et du bain Maisonneuve en 1916.
Photo par William Notman, Musée McCord
VIEW-16185

 

Bain Maisonneuve
Bain Maisonneuve, 1936.
Photo par Archives de Montréal
VM94-Z136
Le Bain Morgan

Le deuxième bâtiment que l’on remarque sur Morgan est bien sûr le Bain Maisonneuve, construit au même moment que le marché voisin. Au début du 20e siècle, la majorité des Montréalais ne possèdent pas de baignoire dans leur maison et pour des raisons de santé publique et de salubrités, la ville de Montréal fait construire plusieurs bains publics. Entre 1905 et 1930, c’est quelque douze nouveaux bains qui feront leur apparition sur l’île, pensons au bain Généreux (1927) rue Amherst, le bain Mathieu (1931) sur la rue Ontario Est ou le bain Hogan (1931) sur Wellington.

Inauguré en 1916, l’établissement plus connu sur son nom populaire de bain Morgan héberge un gymnase ainsi qu’une piscine publique. L’immeuble de style Beaux-Arts possède une façade en béton armé recouverte d’un parement de calcaire de l’Indiana. D’imposantes colonnes et les statues donnent à l’édifice un air sérieux directement inspiré des thermes romains. C’est aussi à Alfred Laliberté que l’on doit le bronze « Les petits baigneurs », la sculpture qui orne la niche au milieu de l’escalier entre les colonnes. À sa construction, le bain aura coûté plus de 250 000 $ de l’époque, soit l’équivalent de plus de 6 M$ en 2017.

Tout comme les bains de Montréal, la durée de vie de l’établissement fut rapidement raccourcie quand l’eau courante devint de plus en plus disponible dans les résidences de monsieur et madame tout-l’monde. À la fin de sa vie utile, tout comme au marché, c’est la police de Montréal qui prendra résidence jusqu’en 1960. L’école et le centre d’entraînement laisseront leur place une fois de plus aux résidents du quartier et l’endroit est toujours utilisé comme piscine publique.

Bain Morgan en 2017
Bain Morgan.
Photo par ProposMontréal, Novembre 2017

 

Les Petits Baigneurs
Les petits baigneurs, Alfred Laliberté.
Photo par ProposMontréal, novembre 2017
Les plex et les petites maisons

Entre tous ces immeubles grandioses se trouve une ligne du temps bâti assez impressionnante qui représente des décennies de type de construction de la ville. Le Bain Morgan et l’école Primaire Maisonneuve resteront pour quelques années les seuls édifices de la rue. Au cours des années suivantes, les lots vacants seront remplis avec de multiples résidences.

Vers la rue Ste-Catherine, nous retrouvons quelques multiplex art déco (blocs d’appartements) construits entre 1928 et 1931. Toujours en se dirigeant vers le nord, quelques petites maisons unifamiliales de style anglais érigées en 1947-1948. Après avoir croisé l’église De-Dieu-du-Mont-Sinaï, on tombe sur des multiplex du milieu des années 30 pour ensuite traverser la rue La Fontaine et retrouver des immeubles tous semblables construits en 1955. Finalement, on termine notre promenade au coin de la rue Ontario avec des triplex typiquement montréalais munis d’escaliers extérieurs de 1951. En quelques mètres seulement, nous avons passé 40 ans d’histoire de constructions résidentielles urbaines.

Multiplex de 1955
Multiplex de l’avenue Morgan de 1955
Photo par ProposMontréal, Novembre 2017
Les Écoles primaire et secondaire.

Si d’un côté de la rue, les résidences se suivent et ne se ressemblent pas, nous retrouvons du côté ouest deux écoles qui représentent très bien chacun leur époque respective. Hochelaga est, même à cette période, un quartier ouvrier où les familles de 4,5 et 6 enfants ne sont pas rares. Il faut des places pour éduquer tout ce beau monde et c’est plus de 15 écoles qui seront construites entre 1910 et 1930. La particularité amusante de l’avenue Morgan, est qu’il est possible d’aller de sa prématernelle jusqu’à son secondaire 5 sur une seule et même rue.

Au sud, nous avons l’école Maisonneuve. La première école de 1868 était protestante, elle fut détruite et remplacée par celle-ci en 1920. On fait appel aux architectes Ross et MacDonald pour la construction de cet immeuble d’inspiration néo-Tudor. On doit à cette firme plus de 50 immeubles aujourd’hui incontournables à Montréal. Pensez à la maison Holt-Renfrew, la Cathédrale Christ-Church ou bien les cours Mont-Royal.

Et du primaire, on passe au secondaire. L’immeuble voisin est l’école secondaire Chomedey-de-Maisonneuve, la première partie est érigée en 1928 par la Commission des Écoles Catholiques de Montréal. À l’époque pour le primaire, elle ouvre ses portes à plus de 800 élèves, tous des garçons. L’école est agrandie en 1955 pour la doter de salles de classe additionnelles, de laboratoires de sciences et d’une spacieuse bibliothèque. Finalement, un dernier agrandissement plus récent lui offre un plus grand gymnase et agrandit la bibliothèque une fois de plus.

École Primaire Maisonneuve
Photo par ProposMontréal, novembre 2017

 

École Secondaire Chomedey-de-Maisonneuve
Photo par ProposMontréal, novembre 2017
L’Église De-Dieu-du-Mont-Sanaï

Il faut se déplacer dans le Montréal de l’époque, nous sommes après la première Grande Guerre, Maisonneuve, fraîchement annexé à sa voisine, est une ville industrielle, des milliers d’ouvriers francophones habitent les rues de ce qu’est maintenant Hochelaga-Maisonneuve. Des usines Angus jusqu’aux bords du fleuve, le quartier est rempli de manufactures et de cols bleus. Or, qui dit cols bleus, dis aussi cols blancs et dans le Montréal d’après-guerre, les patrons sont anglophones et protestants. les « foremen », qui gagnent quand même mieux leur vie que leurs employés ne roulent pas sur l’or pour autant et plusieurs choisissent d’habiter le quartier. Celui-ci compte environ 15% à 18% d’anglophones. L’école Maisonneuve mentionnée plus tôt vient d’ouvrir pour accueillir les élèves protestants du quartier et ces citoyens auront aussi droit à leurs églises.

Celle qui nous intéresse ici est située juste en face de l’école. L’église St-Cyprian’s est une superbe petite église de briques avec un intérieur très modeste en bois. Érigée en 1924, elle gardera sa vocation protestante jusqu’en 1986 pour changer de nom et de foi avec des paroissiens majoritairement issus de la diaspora haïtienne chrétienne de plus en plus présente dans le quartier.

Église De-Dieu-du-Mont-Sanaï
Église De-Dieu-du-Mont-Sanaï
Photo par ProposMontréal, 2017

 

Le Granada en 1977
Source Inconnue.
Le Théâtre Denise-Pelletier

On arrive finalement au coin de la rue Sainte-Catherine Est et on se place devant le Théâtre Denise-Pelletier. L’immeuble a été inauguré le 28 mars 1930 par la chaîne de cinéma United Amusement Corporation Limited. Mais ce ne fut pas sans heurt, dans sa partie souterraine, le ruisseau Migeon coule directement sous l’immeuble et fait grimper la facture à plus de 250 000 $ (3,6 M$ en 2017). À sa construction, le Théâte Granada est le plus prestigieux cinéma de la compagnie à qui l’on doit entre autres le Regent de l’avenue du Parc (Renaud-Bray) et le Plaza de la rue St-Hubert. La salle de 2000 sièges sur un seul étage est conçue avec le cinéma parlant en tête, n’oubliez pas que la première projection d’un film parlant date que de 1928 à Montréal. L’acoustique est donc d’une importance maximale.

Également de style Beaux-Arts, on fait appel à l’architecte Emmanuel-Arthur Doucet à qui l’on doit l’église Notre-Dame-de-Guadaloupe et la caserne no 48 aussi dans Hochelaga. À l’intérieur, nous nous tournons vers Emmanuel Briffa, déjà bien établit pour son travail dans divers palaces de la ville comme le Séville, le Rialto, l’Empress et le Snowdon.

Au milieu des années 70, le théâtre dépassé par l’arrivée de salles plus modernes est placé sur le marché et racheté par la Nouvelle Compagnie Théâtrale qui y joue déjà de temps à autre. Ils s’y installeront en octobre 1977 après des modifications intérieures importantes qui agrandira la scène et supprimera plusieurs places assises pour s’établir à 850. Le théâtre sera renommé en honneur de la grande comédienne Denise Pelletier, décédée l’année précédente. Il est quand même intéressant que l’art qui devint obsolète par l’arrivée du cinéma vienne à la rescousse de cet immeuble quelque 50 ans plus tard.

théâtre denise-pelletier
Théâtre Denise-Pelletier
Photo par ProposMontreal, novembre 2017
Le Parc Morgan

Milton Lodge, la résidence de Henry Morgan, de James et sa famille, se trouve exactement où est le parc aujourd’hui. Entre son acquisition en 1859 et le décès des deux frères durant l’année de 1893, la maisonnette d’origine est devenue un grand manoir où James peut élever ses cinq enfants. En 1895, James Morgan Junior maintenant à la tête des biens familiaux de son père et de son oncle parcelle les terres pour permettre le passage des rues Ste-Catherine, La Fontaine, Adam et Ontario. Les terres de villégiature des riches font de plus en plus place aux résidences ouvrières.

Le parc Morgan en 2015,
Photo par Gilles Beaudry, Mes Quartiers

En 1908, alors que James Junior, sépare a son tour les terres entre ses trois fils, il offre Milton Lodge et le domaine à la ville de Maisonneuve sous condition et à la demande des ses aînés, que la ville fasse place à un parc où les seules constructions possibles seraient un chalet, un kiosque à musique et des serres. Malgré ce don et suite à des négociations difficiles qui dureront environ 20 ans, il faudra attendre la « loi sur le chômage » de Taschereau en 1931 avant de voir le kiosque apparaître et le parc prendre forme. Les Vespasiennes coiffées du kiosque à musique du parc Morgan sont dessinées par les architectes de la cité de Montréal et sont d’inspiration palladienne. L’édifice est muni de parois où pendant l’hiver, des fenêtres y sont accrochées pour réchauffer les patineurs.

Je me suis demandé longtemps ce que signifiaient exactement les bas-reliefs sur l’architecture du kiosque. C’est en lisant le superbe article très complet sur le parc Morgan du site Les Maisons anciennes de Maisonneuve que je réalisai que c’est en fait une croix de St-André symbolisant le drapeau écossais d’où étaient natifs les Morgan. Entre 2013 et 2015, l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve investit plus de 3,6 M$ dans la revitalisation du parc. Un superbe espace public ainsi qu’une grande fontaine font maintenant face à la rue Ste-Catherine et du côté de la rue Notre-Dame, des jeux pour enfants y sont installés. Nous pouvons dire que nous sommes très loin des conditions nommés d’Henry Morgan, mais j’aimerais croire qu’il serait heureux de ce que son terrain est devenu.

Frederick Gage Todd

Je m’en voudrais de ne pas prendre quelques lignes pour mentionner l’architecte-paysagiste Frederick Gage Todd à qui l’on doit l’aménagement du parc Morgan et de l’avenue avec son terre-plein et sa verdure. Si le nom ne vous dit rien, sachez qu’on lui doit aussi l’aménagement du parc de l’île Ste-Hélène (Pré Expo 67) et le design de ville Mont-Royal. Étudiant sous le grand Frederick Law Olmsted, Todd vint terminer l’œuvre du maître en signant le lac aux Castors situé dans le parc du Mont-Royal dessiné par Olmstead 50 ans plus tôt.

Histoire avec un grand H

Il est difficile d’ignorer que la plupart des acteurs dans l’histoire de ce chemin, de Morgan à nos jours, sont d’importants personnages dans la ville tout entière. Dans notre récit, nous avons touché toutes les décennies du 20e siècle, que ce soit par l’apparition des grands immeubles à l’architecture Beaux-Arts jusqu’aux modestes multiplex résidentiels de briques rouges et brunes. L’avenue Morgan est en soit une ligne du temps qui raconte les idées de grandeurs d’une autre époque. Il est rare de nos jours que nous avons l’occasion de construire une avenue aussi grandiose. Le boulevard Robert-Bourassa entre Wellington et St-Jacques, érigé sur les ruines de l’autoroute Bonaventure et inauguré presque 100 ans après Morgan est probablement ce qui s’en rapproche le plus. Le temps nous dira si les deux se comparent.

Carte de Montréal 1879
Carte de 1879, montrant l’emplacement des terres de Henry Morgan.
Provincial Surveying Public Co. 1879

Avez-vous aimé ce texte? Aimeriez-vous qu’il soit plus raffiné? Aimeriez-vous voir plus de textes réguliers? Donnez nous la chance de vous en offrir plus, joignez-vous à notre nouvelle page Patreon où pour le prix d’un café par mois, vous aiderez ProposMontréal a se munir des ressources nécessaires à la recherche et à l’écriture de nouveaux textes. Vous pouvez donner aussi peu que l’équivalent d’un café par mois et ainsi avoir accès à des textes exclusifs aux membres Patreon. (Et je parle du prix d’un café Tim Horton là, même pas un Starbucks.)

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.