Amérindianymes montréalais

Lors de sa première visite en 1535, Jacques Cartier est accueilli de bonnes façons par les habitants de la bourgade iroquoienne d’Hochelaga. En 1601, le cartographe Guillaume Le Vasseur indique le nom de l’île comme étant Hochelaga et la butte de terre est nommé mont Royal. En 1612, Champlain nomme la montagne Montréal qui éventuellement, viendra à identifier l’île quand en 1642, Maisonneuve nomme son petit village Ville-Marie sur l’île de Montréal. L’archipel où l’on retrouve cette île gardera le nom d’Hochelaga, mais il faut attendre en 1867 pour revoir le nom de la bourgade iroquoienne dans la toponymie. Lors de la création de la paroisse Nativité de la Sainte-Vierge d’Hochelaga qui éventuellement donnera le nom d’Hochelaga à la municipalité qui se greffe autour de l’église.

Oui, c’est bien la Floride. Allez dans le sud serait moins difficile. Cliquez sur la carte pour voir en format géant.
Oui, c’est bien la Floride. Allez dans le sud serait moins difficile. Cliquez sur la carte pour voir en format géant.

De nos jours, la présence amérindienne dans la toponymie de la ville est présente, quoique, pas très abondante, la ville n’a pas nécessairement oublié ses racines et il est intéressant de voir les touches des premières nations ici et là. Pour saluer le Festival Présence Autochtone qui débute aujourd’hui, je vous présente des exemples d’amérindianymes présents sur l’île d’Hochelaga… euh, je veux dire, de Montréal.

Je commence par le plus facile. Le Chemin des Iroquois est un chemin d’accès complètement inutile sauf pour le 1% des gens qui peuvent se payer un bateau dans la marina de Lachine. Les Iroquois, aussi appelé les Cinq Nations (six aujourd’hui) font la vie difficile aux colons durant la période de la Nouvelle-France. Dans la région de Montréal, les Mohawks de Kahnawà:ke sont les représentants de ce peuple. Ce toponyme vient du fait que ce chemin donnait accès à l’Iroquois Yacht Club, ancien nom du port de plaisance et non pour honorer la nation autochtone.

Même si les toponymes des rues Oka, Yamaska et Ottawa sont inspirés de régions hors Montréal, leurs noms ont tout de même des connotations amérindiennes. Oka signifie «poisson doré» et rappelle le nom d’un chef algonquin, Okow. Yamaska en abénaquis signifie «il y a des joncs au large» et Ottawa en algonquin, veut dire «Grande Rivière».

La terrasse Sagamo, un croissant dans Rosemont-Petite-Patrie et le terme «Sagamo» est tout simplement l’une des maintes orthographes européennes du mot abénaquis pour «grand chef.»

Saraguay est un secteur boisé dans l’Ouest-de-l’île, une rue et un village relativement cossu de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville. En langue amérindienne, saraguay signifie «chemin des cageux». Avant l’arrivée du chemin de fer, ce sont les draveurs qui transportaient les billots de bois sur la rivière des Prairies. Si Cartierville s’est annexé à Montréal en 1916, il faudra attendre jusqu’en 1964 pour voir le village de Saraguay rejoindre les rangs de la grande ville.

Toujours dans l’ouest, on retrouve la rue Tecumseh nommée ainsi pour le chef shawnee de l’Ohio, du moins, ce qu’on appelle l’Ohio aujourd’hui. Suite au traité de Paris de 1783 et l’annexion de terres par le Congrès américain, la résistance autochtone a des problèmes d’organisation. Des tribus jusqu’alors ennemies ont du mal à s’entendre et à se comprendre pour reprendre le dessus sur les Européens. Les Shawnees comptant dans leurs rangs le jeune Tecumseh se joignent à la résistance de façon forcée pour ne pas être vulgairement décimés par les tribus adverses. À 20 ans, il prend part à ses premières bagarres et en 1809, Tecumseh entreprend sa première tournée pour promouvoir l’unité des Autochtones. Visitant après le Canada, les Senecas et les Wyandots de l’Ohio ainsi que les Six Nations de l’État de New York et du Bas-Canada. Il devient un interlocuteur important qui porte un message idéologique; les Premières Nations doivent faire front commun pour protéger leurs terres et leurs cultures.

Tecumseh
Tecumseh

Même s’il participe à maintes batailles, c’est lors de la guerre de 1812 en combattant aux côtés des Britanniques que Tecumseh écrira son nom dans l’histoire. Il meurt par contre en 1813 durant la bataille de Moraviantown et son corps est retrouvé sur le champ de bataille avec plusieurs blessures. Si vous demandez du côté Britannique, Tecumseh n’est rien de moins qu’un héros de guerre. On a évidemment romancé et exagéré sa vie, sa personnalité, ses réalisations et son échec. Cependant, sa vie ne peut qu’évoquer la calamité qui s’est abattue sur son peuple qui dès le départ, il avait mission de protéger.

Avant d’être une marque d’automobile, une compagnie de taxi montréalaise et deux différentes rues du Plateau et de Pierrefonds, Pontiac était un grand chef outaouais allié des Français. Il détient une place importante dans l’histoire de la région de Détroit. Suite à la prise de la Nouvelle-France par les Britanniques en 1763 et craignant que les colons anglais envahissent leur territoire, il crée une coalition de différentes tribus autochtones pour mener une rebellions contre les Américains et pour ramener les Français qui offraient de meilleures conditions commerciales. Pontiac est assassiné en 1769 par un amérindien de la tribu Illinois payé par les Américains. Ses actions forcent le roi Georges à ratifier la proclamation royale de 1763 qui permet de stabiliser les relations avec les premières nations en réglementant la traite de fourrures et l’achat des terres par les européens.

Dans le Vieux-Montréal, juste aux côtés de la Place Royale, la ruelle Chagouamigon rappelle le poste de traite érigé par Des Grosseillers et Radisson sur les rives du lac Supérieur dans le Wisconsin vers 1660. Le nom de chagouamigon est un terme de langue ojibwé (algonquin), voulant dire «longue bande de sable sous la surface de l’eau».

La petite rue Donnacona dans Hochelaga est au nom du chef de la bourgade de Stadacona, où se trouve Québec aujourd’hui. Amener en France en 1536 avec ses deux fils Domagaya et Taignoagny par Jacques Cartier pour apprendre le français et leur montrer les manières du vieux continent. Les trois Amérindiens ne reverront malheureusement jamais l’Amérique, mourant en France dans l’année qui suit leur arrivée. La rumeur veut que cette situation explique pour certains historiens la longue animosité des Iroquois envers les Français.

Je vais m’essayer à faire un très très court résumé sur Louis Riel qui a une rue, un parc et une place publique dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Ce métis fondateur du Manitoba fait ses études à Montréal et est chef métis des Prairies lors de deux rébellions. Il négocie l’entrée de la province du Manitoba dans la confédération et il est banni par le gouvernement établi officiellement quand il est défait par les troupes anglaises du général Middleton. Si au Canada anglais il est considéré comme un traître suite à la mort de Thomas Scott, au Québec, il est considéré comme une personnalité importante, défenseur de la religion catholique et de la culture française au Manitoba. Sa mort fera des vagues jusqu’ici, fouettant le nationalisme canadien-français. C’est sur une plate-forme jouant sur l’émotion de la pendaison de Riel qu’Honoré Mercier prend ainsi le pouvoir au Québec en 1886.

Kondiaronk est selon mon humble opinion, l’amérindianyme qui devrait avoir une place plus importante qu’un belvédère sur la montagne. Il serait possible d’écrire plusieurs livres sur «Le Rat» comme l’appelaient les Français, chef Tionontaté de Michillimakinac. Cson histoire étant si importante, comme Louis Riel, je vais me permettre qu’un petit résumé. Fin stratège autant militaire que politique, Gaspar Soiaga, Souoias, Sastaretsi Kondiaronk est né vers 1649 et est décédé le 2 août 1701. Le surnom du Rat lui vient de ses ruses durant ses tractations avec les Iroquois, les Miamis, les Anglais et les Français. Il réussissait toujours à mettre les intérêts de sa propre nation en premier plan et était rassembleur, même envers les Iroquois qu’il considérait comme ses ennemis.

Il se fait remarquer de Frontenac en 1682, suite à la mort d’un chef de tribu adverse aux mains d’un de ses alliés. Avec la peur d’être anéanties par la revanche des Iroquois, les tribus du détroit de Mackinac cherchent la protection du gouverneur français et Kondiaronk mène les discussions de mains de maître. Il intervient dans différents conflits, allant même à en créer lui-même et ce, jusqu’à la date importante du Massacre de Lachine. Cet événement de 1689 où les Iroquois saccagèrent le point de traite de fourrure encouragée par les Anglais de New York motivé par le conflit entre Français et Anglais d’Europe. Le blâme d’avoir provoqué les Cinq Nations à un point tel qu’il était devenu impossible de les apaiser est rejeté sur Kondiaronk.

Kondiaronk durant son discours le 1 août 1701.
Kondiaronk durant son discours le 1 août 1701.

Le traité de Ryswick de 1697 mit fin au conflit en Europe. Les autorités de New York et de la Nouvelle-France suspendront également les hostilités. Le retrait de l’appui matériel des Anglais ajouté aux ravages d’une longue guerre poussa les Iroquois à faire des ouvertures vers une paix à Frontenac. Ce dernier décédera moins d’une année plus tard et sera remplacé par Louis-Hector de Callière avec qui Kondiaronk aura de belles affinités. Callière réunit en 1700 les diverses tribus à Montréal pour conclure une entente de paix, quoique fragile, ces discussions mèneront vers de plus importantes négociations en 1701. La Grande Paix ne fut pas des discussions faciles entre les différentes nations et Kondiaronk servit de lien important entre Callière et les Cinq Nations où un échange de prisonniers devait être un point névralgique des négociations. Malheureusement, ces discussions et les embûches furent très difficiles pour notre protagoniste, au point que ce dernier tomba très malade à la fin du mois de juillet 1701. Le point culminant sera le 1er août quand les discussions s’animeront entre les conférenciers. Grandement affaibli par la maladie, il prendra la parole une dernière fois lors d’un long discours écouté avec admiration par tous. Il sera conduit à l’hôpital où il y décédera à 2h du matin la nuit suivante.

Ayant des allures d’obsèques nationales, ses funérailles furent célébrées le 3 août. Converti des Jésuites, Kondiaronk fut inhumé dans l’église de Montréal et sa tombe portant l’épitaphe suivante: «Cy gît le Rat, Chef des Hurons». Il ne reste tristement plus trace de la tombe de Kondiaronk où il repose quelque part sous la Place d’Armes. Le traité de la Grande Paix de Montréal est finalement signé le 4 août par les Français ainsi que par 39 nations amérindiennes. La Place d’Youville sera rebaptisée en 2001 pour Place de la Grande Paix et il est possible de voir sur la Place Royale les signatures de ce document. Kondiaronk fut et est encore une personnalité importante de cette paix qui existe presque aujourd’hui.

La mort de Kondiaronk. Crédits: Images  Pointe-à-Callière et illustration par Francis Bach.
La mort de Kondiaronk. Crédits: Image Musée Pointe-à-Callière et illustration par Francis Bach.

Si vous croyez que je suis passé par-dessus Ahuntsic, probablement le toponyme amérindien le plus connu de la ville, c’est que je lui ai déjà dédié un article complet en avril 2015. Je vous invite donc d’aller lire celui-ci pour savoir pourquoi Ahuntsic n’est peut-être pas si amérindien que vous le pensez.

Les relations entre les premières nations et les Européens dans la grande région de Montréal me fascinent. L’histoire est malheureusement très méconnue de tous les côtés et elle change selon qui la raconte. À vrai dire, les Iroquois mohawks ont généralement encore une amertume envers les descendants européens, surtout français. Il faut regarder dans des livres rarement populaires pour voir que les guerres et batailles entre les Britanniques, Américains, Français, Iroquois et Hurons affectent encore notre vie de tous les jours. Si les cours donnés dans nos écoles sont plutôt sélectifs et expliquent en rien les relations autochtones-Européens, peut-être qu’il ne s’agit que de se tourner vers les noms de rues et une visite au Festival Présence Autochtone pour en savoir un peu plus.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.