20 faits sur Montréal, 3e édition.

Suite à la popularité des deux premières listes sur les faits de Montréal que vous connaissez peut-être, nous vous offrons une troisième édition avec 20 petits détails qui vous en apprendront un peu plus sur votre métropole. Vous pouvez lire les deux premières édition ici pour la partie 1 et ici pour la partie 2.

Alors, voici des faits que vous connaissez peut-être….ou pas du tout.

  • La croix de couleur rouge au coin du Boulevard René-Lévesque et de la Rue Guy s’y trouve depuis le 6 juin 1752. Indiquant l’endroit où est enterré le meurtrier Jean-Baptiste Goyer dit Belisle
  • La première lumière de circulation fut installé sur la rue St-Antoine (Rue Craig à l’époque) pour laisser sortir les tramways du Terminus Craig en 1927
  • À tous les jours, autour de midi, un cornemuseur écossais parade tous les étages du magasin Ogilvy en jouant de son instrument.
  • Le plus vieil édifice de Montréal ayant gardé sa même vocation est le Séminaire Saint-Sulpice situé au 130 Notre-Dame Ouest et a été érigé en 1685. La plus vieille maison est la Maison LeBer-Lemoyne de Lachine bâti en 1671
  • Selon les historiens, le premier match de football américain tel que l’on le connait aujourd’hui fut jouée au Massachusetts en 1874 entre l’Université Harvard et l’Université McGill.
  • Parlant de McGill, James Naismith, inventeur du basketball, y a été joueur de football et de crosse durant ces études et a même été professeur d’éducation physique et directeur du département sportif à l’université.
  • La superficie des terrains de l’Aéroport de Mirabel est de 397 km2, soit plus que la superficie de la ville de Montréal qu’elle devait desservir, qui couvre 363 km2.
  • Le nom de l’île de Montréal pour les Kanienkehaka (Mohawks) est l’île Tiohtiake, ou « le lieu où les nations et les rivières s’unissent et se divisent »
  • Jacques Viger (1er Maire de Montréal) était le cousin de Louis-Joseph Papineau. Leurs deux rues se croisent à l’ombre du pont Jacques-Cartier.(démystifié et faux)
  • La Station de Métro Edouard-Monpetit devait s’appeler Station Vincent-D’Indy et devait être une station Intermodale avec la Ligne 3 du métro qui n’a jamais vu le jour.
  • Ouvert 1991, le Jardin de Chine du Jardin Botanique est le plus grand jardin chinois à l’extérieur de l’Asie.
  • St-Laurent divise l’ouest de l’est de Montréal que depuis 1905.
  • Le restaurant New-Yorkais, « Mile-End » ouvert par un Montréalais a un sandwich ayant le nom de « The Ruth Wilensky » en honneur de la propriétaire du restaurant légendaire Montréalais et créateur du Wilensky Special.
  • Le melon de Montréal était tellement savoureux qu’on l’exportait à New York, Chicago et Boston, où l’on payait jusqu’à 1,50 $ pour en déguster une tranche en 1921, soit plus ou moins 20$ aujourd’hui.
  • Cliquez pour voir plus grand.
    Cliquez pour voir plus grand.
  • À vol d’oiseaux, l’île de Montréal mesure 50 km de longueur et 16 km de largeur.
  • Le défilé de la St-Patrick a lieu de façon ininterrompue depuis 1824. La Parade de la St-Jean-Baptiste depuis 1834 mais a eu plusieurs interruptions depuis.
  • La voix qui annonce les stations et autres annonces pré enregistrés dans le métro est celle de la comédienne Michèle Deslauriers.
  • Construit en 1906 le Daniel-McAllister est le plus vieux bateau-remorqueur du Canada et le 2e dans le monde. Il se trouve dans le vieux-port de Montréal, amarré devant le Silo #5.
  • Le remorqueur -Daniel-Mcallister
  • Sans compter au Québec, il y a plusieurs endroits portant le nom de Montréal dans le monde. Entre autre, 16 villes, dont 6 en France, et un château construit en 1115 en Jordanie nommé le Krak de Montréal.
  • Ouvrant ces portes le 1er janvier 1906 au coin des rues Ste-Catherine et Montcalm par l’inventeur Léo-Ernest Ouimet, le Ouimetoscope fût le premier cinéma au Canada.
Ouimetoscope

Je ouvert à être corrigé si j’ai tort dans ces affirmations. Vous avez maintenant de l’information pour démarrer une conversation lors de vos prochains cocktails.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l’histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.