Le restaurant et le belvédère

« La ville construira un grand restaurant sur la montagne. Les plans ont été préparés par M. Beaugrand-Champagne, président de la commission d’urbanisme. Ils comprennent une bâtisse d’un étage, en pierre de taille, style château, avec toiture de tuiles rouges. Le restaurant sera ouvert toute l’année et on y servira thé, café, rafraîchissements, etc. En plus, la ville y donnera des réceptions officielles. Le coût du restaurant sera environ de 210 000 $.

Observatoire original
Photo: BAnQ, 0002633376
Vu de l’observatoire en 1916
Photo: Musée McCord, v16205

Cet article tiré de l’édition du 22 décembre 1930 du Journal Le Devoir est une des premières mentions de ce qui viendra remplacer l’observatoire et deviendra le chalet du parc du Mont-Royal visité par la plupart des touristes qui visitent notre ville. Le journal La Presse de la même journée ajoute que l’immeuble renfermera une salle de 60 pieds par 100, qui pourra recevoir 1000 personnes. Deux ans plus tard et avec un dépassement de coût important, le chalet complété ne recevra pas de grande ouverture officielle.

Le chalet reste vide et sous verrous obtenant par le fait même le titre d’éléphant blanc par ses critiques. Il faudra attendre une fois de plus quelques années, soit en 1934, pour voir le chalet être meublé et ouvert au public sur une base régulière.

Belvédère dans les années 20.
Photo: Archives de Montréal, P500-Y-1_20-007
Le chalet en 1953.
Photo: Archives de Montréal, VM105-Y-1_0028-001
Claude Robillard, 30 août 1956.
Photo: Archives de Montréal, VM105-Y-1_405-002
Claude Robillard

Avant d’être un complexe sportif, ce nom était associé à un homme. Écrivain, ingénieur et homme public Claude Robillard est un touche-à-tout à qui Montréal doit beaucoup. Il est coauteur des Fridolinades de Gratien Gélinas, écrit quelques livres pour enfants tout en étant à l’emploi de compagnies comme Bell ou Quebec Power.

En 1951, il est nommé ingénieur à la division des parcs de la ville et terrains de jeu du service d’urbanisme de la ville. Deux ans plus tard, la division des parcs reçoit son indépendance et Robillard en devient son premier directeur. À la mairie actuelle, c’est Luc Ferrandez qui détient ce poste maintenant nommé responsable des grands parcs, du développement durable, des espaces verts et des grands projets.

Claude Robillard et Camilien Houde le 19 novembre 1953.
Photo: Archives de Montréal, VM105-Y-1_0049-004

Nous devons à Claude Robillard le jardin des merveilles et le théâtre de verdure du parc La Fontaine, le zoo du parc Angrignon, le stade du parc Jarry et l’ouverture au public du complexe aquatique de l’île Sainte-Hélène. Son côté artistique se manifeste quand il viendra en aide à Paul Buisonneau dans la création du théâtre La Roulotte, le théâtre ambulant pour enfants encore actif aujourd’hui, qui malheureusement, n’a plus le même impact qu’à l’époque. (je crois ne jamais avoir eu l’occasion de voir un de leur spectacle)

Le réaménagement du parc

Si les années 60 du maire Drapeau sont celles qui ont laissé leurs marques,nous sommes porté d’oublier qu’il a aussi été élu de 1954 à 1957. Robillard quant à lui a toujours eu une vision d’offrir les espaces extérieurs de la ville aux Montréalais, d’en faire des attractions, des destinations. Joignez cette détermination avec l’amour de Drapeau pour les projets d’envergure et les résultats en sont de grandes idées. C’est d’ailleurs durant cette période que l’idée des Jeux olympiques est d’ailleurs lancée.

Entre 1954 et 1960, un grand projet de réaménagement du parc du Mont-Royal est mis de l’avant. Cela donnera entre autres le pavillon du Lac-aux-Castors. L’important projet de modernisation avec en tête les architectes new-yorkais Gilmore Clarke et Michael Rapuano a comme objectif de rendre la montagne accessible à l’automobile. De tous les projets proposés, en plus du pavillon déjà mentionné, la voie Camilien-Houde, les aires de stationnement autour de la Maison Smith et les échangeurs du Parc/des Pins et Côte-des-Neiges/Remembrance seront réalisés.

Preuve que les priorités changent avec les années, l’échangeur de béton des avenues du Parc et des Pins a été détruit vers 2005 et le chemin Camilien-Houde a fait les manchettes dernièrement puisque son utilisation comme voies de passage est remise en question par celui même qui a le poste de Robillard aujourd’hui.

Le restaurant

Si les projets réalisés voilà 65 ans se voient presque tous remis en question, d’autres projets ont tout simplement été mis de côté à la source. Je dois vous dire que nous l’avons échappé belle. Les fans de notre page Facebook auront croisé le projet d’amphithéâtre extérieur de type Evenko/Parc Jean-Drapeau que nous avons partagé, mais de loin mon préféré est celui de restaurant sous le belvédère Kondiaronk.

Concept d’amphithéâtre sur le mont Royal
Photo: Archives de Montréal, VM105-Y-1_0467-001

 

Café du chalet du belvédère Kondiaronk en avril 2018.

Si aujourd’hui, il est possible d’y trouver un petit café avec des prix tout de même très respectables pour recevoir les touristes, skieurs l’hiver et marcheurs l’été. L’offre en restauration reste tout de même mince dans tout ce secteur de la montagne. Dans le plan de 1954, on imagine un grand restaurant, haut de gamme, pouvant offrir une vue à couper le souffle sur la ville et on le place tout simplement… Sous le belvédère. (Source)

Maquette du restaurant
Photo: Archives de Montréal, VM105-Y-1_0404-005

Le restaurant est imaginé avec des salles de réception, une grande scène de spectacles et la cerise sur le sundae, une arche d’environ trois ou quatre étages. Si l’idée de l’amphithéâtre en plein air n’est qu’un croquis, le projet de restaurant passera plusieurs études préliminaires allant jusqu’à l’étape de maquette.

Échappée belle?

Il est difficile de savoir si l’idée aurait été un succès ou non. Disons que si l’on regarde l’expérience du Hélène-de-Champlain transformé en restaurant en 1954, nous sommes forcés de constater que la ville de Montréal n’a pas l’instinct d’un restaurateur. On doit énormément à Claude Robillard et Montréal ne lui sera jamais assez reconnaissant. Mais, faut croire que cette idée d’arche et de restaurant n’était peut-être pas parmi ses meilleures.

Croquis de l’intérieur du restaurant.
Photo: Archives de Montréal, VM105-Y-1_0404-018

Que pensez-vous de cette idée? croyez-vous qu’un restaurant sous le belvédère aurait eu une certaine popularité, à l’époque ou même maintenant? Je crois que cette maquette à inspiré les Sentinelles de l’air et il y a une blague de McDonald’s à faire avec cette arche.

Merci aux intervenants des Amis de la Montagne pour leur aide sur quelques points de recherche et qui ont pris le temps de répondre à mes questions.

Maquette du restaurant
Photo: Archives de Montréal, VM105-Y-1_0404-013

 

Croquis de l’intérieur du restaurant.
Photo: Archives de Montréal, VM105-Y-1_0404-017

 

Maquette de l’intérieur du restaurant.
Photo: Archives de Montréal, VM105-Y-1_0404-019

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.