Toilettes publiques à Montréal

Sous le mandat de Camilien Houde dans les années 30, Montréal fit connaissance avec ces premières toilettes publiques, également appelé des vespasiennes. Le terme «vespasienne» vient de l’Empereur Vespasien (69-79 apr. J.-C.) qui introduisit à Rome ces lieux publics. Par contre, à Montréal, elles adoptent le surnom de populaire de «Camilliennes» en honneur à leur créateur local. Les plus connues se retrouvent encore aujourd’hui, mais fermée au public sous la Place d’Armes, dans le Square Philips où on peut encore y apercevoir les entrées d’escalier et dans le Carré St-Louis, aujourd’hui transformé en crèmerie. Construites durant la période des « travaux de Chômage », sachez quand même que la ville en avait fait construire une vingtaine dans différents endroits publics et parcs de la ville. Plusieurs des bâtiments existent encore, comme la « cabane » du Parc Lalancette dans Hochelaga, mais certaines furent d’une très belle élégance et peuvent encore aujourd’hui être admirée comme les très belles vespasiennes du Square Gallery sur Wellington dans Griffintown aujourd’hui transformé en espace à bureaux ou les vespasiennes du Parc Morgan, d’inspiration palladienne de la fin de la période Renouveau Classique Anglais et surplombé d’un kiosque pour fanfare.

La plupart de ces toilettes publiques, dans un état désuet, ont été fermées durant les années 80, à cause de leurs coûts d’entretien et de maintien, mais surtout pour empêcher que ces espaces publics deviennent endroit de débauches, la ville décide que leur condamnation est la solution la plus simple. Pour en savoir plus sur l’histoire des Vespasiennes Montréalaises, prenez le temps de lire ce document par l’Architecte Luce Lafontaine, daté de 2008 et mandaté par la Société de développement de Montréal offrant une évaluation de l’intérêt patrimonial des Camiliennes de la Place d’Armes.

Place d'Armes Photo: Neverends.net
Vespasiennes Place d’Armes
Photo: Neverends.net

Depuis, si vous avez besoin de …. faire vos besoins, vous devez aller dans le restaurant ou l’hôtel le plus prêt sans vous faire attraper par le personnel ou encore, trouver les toilettes d’une propreté parfois douteuse dans la ville souterraine. Il y a de l’espoir aujourd’hui avec les nouvelles technologies et les toilettes autonettoyantes comme il est possible de voir dans plusieurs villes européennes.

ILuveMTL, Un des espions du forum de discussion Mtlurb.com semble avoir mis la main sur un appel d’offres de l’arrondissement de Ville-Marie pour la mise en place de ces toilettes modernes automatisées et autonettoyantes dans la Place Émilie-Gamelin. Je dois avouer que l’emplacement choisi me laisse un brin pantois, ce n’est pas le coin le plus touristique et l’endroit est plutôt utiliser par des gens de nature quelques fois douteuse. Ceci étant dit, peut-être que c’est exactement le but, de donner à ces Montréalais moins nantis un peu de dignité.

appledoffre

Alors, voici mon idée de Start-Up comme j’ai vu ailleurs qui serait la bienvenue à Montréal. Une chaîne de boutiques d’espaces personnels nommés 2theLoo. Vous passez la porte et vous pouvez y voir une liste de prix et les services offerts. Un commis vous indique alors où vous rendre. Vous avez quelques toilettes privées où vous pouvez « faire ce que vous avez à faire » quelques salles avec des tables à langer pour changer la couche de bébé, une salle d’allaitement pour madame et quelques douches pour les travailleurs qui n’ont pas le temps de retourner à la maison en banlieue avant de rencontrer leur conquête dans un resto du centre-ville.

Les prix peuvent varier de 2$ à 4$ pour utiliser les toilettes jusqu’à 10-12$ pour utiliser une salle avec douche et miroir pour se refaire une beauté. L’endroit est sanitaire, nettoyé après votre visite et 10 000 fois mieux que ces toilettes de chantier bleues que l’on retrouve lors d’événements publics. Je vois ce genre de « boutique » de services dans le quartier des spectacles ou dans le vieux Montréal. Vous ne voulez pas payer, à vous de vous essayer dans les toilettes de centre d’achat! Je crois que ce service pourrait attirer une bonne partie de la population qui a une peur bleue de faire un #2 quand ils ne sont pas à la maison.

À Toronto, des toilettes installées par nul autre qu’Astral Média et la Ville ont coûtés 400 000$ chacune, ne coûte que 25 sous à utiliser, la période maximale d’utilisation pour votre 25 cents est de 20 minutes et elles sont climatisées et chauffées. Fait à noter, que la première a été installée en 2010 et la deuxième qu’en 2012. Donc pour ceux qui chialent contre les délais, dites-vous que Montréal en a pas le monopole.

Alors que pensez-vous de cet appel d’offres de la ville? Montréal fait-elle la bonne affaire avec ces installations qui existent déjà en France et même à Toronto ou est-ce un service qui devrait être laissé au privé?

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.