RIP Bad News Brown

Paul Frappier était un original, Son rythme hip-hop était accentué d’harmonica. Il glorifiait cet instrument qui trop souvent est relié aux histories de nos grands-pères. L’Haitien d’origine qui a grandi à Montréal liait la musique Hip-Hop, Blues, Jazz et classique d’une façon relativement unique. N’étant pas un adepte du style musical, Bad News Brown m’est resté assez inconnue jusqu’au moment où je l’ai entendu lors d’une parade de mode chez Ogilvie voilà environ deux ans. Depuis, j’ai rapidement redécouvert cet artiste Montréalais qui a eu l’honneur de faire les premières parties pour des artistes internationaux tel que Snoop Dog, De La Soul, Aerosmith ou John Legend.

Dans la petite-Bourgogne, vers minuit, son corps a été retrouvé sans vie au coin des rues William et Richmond, prêt d’un chantier de construction et d’un parc. Le 7e meurtre de l’année à Montréal reste un goût amer dans la scène musicale de la métropole. Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas qui lui en voulait et je ne savais rien de sa vie privée. Ce que je sais, c’est que sa musique était quelque chose de spéciale et je l’espère sera reconnue malgré les circonstances de son départ.

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.

Un commentaire

  1. 12/02/2011

    Bien exprimé. Vraiment, des nouvelles triste. Je l’ai entendu la première fois à l’Urban Jam et il « tore it up », la musique féroce mais hantant en même temps. Très triste.

Les commentaires sont fermés.