Ravenscrag, McGill et la C.I.A.

Ravenscrag - Photo Musée McCord
Ravenscrag – Photo Musée McCord

Avertissement dès le départ, ce billet aura comme sujet, un peu d’architecture, de théorie du complot, de la CIA, de la guerre froide et d’événements inhumains qui se sont passés directement sous notre nez si vous étiez sur cette planète durant les années 1950 à 1970. Pourquoi je vous avertis? Simplement parce que ça touche tellement de sujets dans un seul et unique billet que sa lecture pourrait nuire à votre santé mentale.

Premièrement, si vous me donnez le choix, Ravenscrag est pour moi facilement un des édifices les plus beaux immeubles à Montréal. Avec un nom comme celui-là, il serait facile de croire que je parle d’une ville quelque part en Transylvanie qui héberge un vampire ou autre sorte de créature digne de l’Halloween. Le plus effrayant dans tout ça, c’est que vous ne seriez pas trop loin de la vérité. Mais non, ce superbe manoir se retrouve bien ici à Montréal. Ravenscrag est aujourd’hui le Allen Memorial Institute du Centre Universitaire de Santé McGill sous la bannière de l’Hôpital Royal-Victoria, mais avant fut la demeure luxueuse de Sir Hugh Allan.

Le manoir de style néo-renaissance est terminé en 1863 par l’écossais Sir Hugh Allan, homme d’affaires prospère président de l’Allan Lines Shipping Company fondé par son père. La compagnie est responsable de lignes importantes sur l’Atlantique pour passagers et marchandise, allant même jusqu’à recevoir le contrat de courriel royal entre Montréal et Liverpool. La richesse de la famille Allan n’est plus à prouver, la villa n’est pas juste dans le Golden Square Mile, mais elle trône sur celui-ci toute en haut de la Rue McTavish sur un terrain d’un peu plus de 35 000 mètres carrés, le Manoir qu’il nomme Ravenscrag en mémoire d’un château d’Écosse situé dans la ville de Kirkcaldy. Fait inusité, le château Ravenscraig est situé non loin d’un hôpital appelé le Victoria Hospital.

Ravenscrag - Photo Musée McCord
Ravenscrag – Photo Musée McCord

Je pourrais vous parler de ce manoir de 34 chambres pendant des heures, mais retournons à nos moutons. À la mort du fils de Sir Allan, Montagu Allan, la mère de ce dernier et veuve du patriarche fait don de l’édifice à l’Hôpital Royal-Victoria en 1940 dans le but de faire place à un centre de recherche et d’hébergement psychiatrique. Il fut renommé en son nom actuel en 1943 en honneur de l’homme influant y ayant habité.

La même année, Dr Donald Ewen Cameron fonde le département de psychiatrie de l’hôpital Royal-Victoria dans le Allan Memorial Institute sous l’invitation du Docteur Wilder Penfield , le psychiatre ironiquement, tout comme Sir Allan, est aussi écossais, gradué de l’Université de Glasgow. L’homme est une vedette dans ses champs d’expertise, un expert sur la mémoire ayant été invité à la barre lors de la comparution du nazi Rudolf Hess aux célèbres procès de Nuremberg il sera même nommé président de la World Psychiatric Association de 1961 à 1966. Il faut tout de même se placer en contexte, la recherche psychiatrique en est qu’à ses balbutiements et on croit encore que prendre un pic à glace et de la passer par le crâne pour atteindre le cerveau pour lobotomiser une victime est une solution tout à fait normale et logique.

En pleine guerre froide, la Central Intelligence Agency (CIA) a beaucoup de choses à cacher, elle effectue de façon clandestine des recherches scientifiques sur des sujets humains, et ce dans presque 30 universités. Connu sous le nom de Projet MK-Ultra, les tests font soumettre plus souvent qu’autrement à l’insu des patients l’utilisation de drogues telles que le LSD et des barbituriques, l’hypnose, les électrochocs et selon certains rapports l’utilisation d’agents radiologiques et biologiques. Il est interdit à la CIA d’effectuer des expériences sur des sujets humains, mais qu’à l’intérieur des États-Unis, le Canada, et surtout Montréal à ce moment la dans l’histoire est l’endroit rêver pour ce genre de recherches.

Malgré la destruction massive de la plupart des documents en 1973 à la fin du projet, le chat sort du sac. Pendant 20 ans, 20 millions $ certains historiens affirment que l’objectif du programme était de créer un système de contrôle mental par lequel la CIA pourrait programmer les gens à mener des assassinats. Le Projet MK-Ultra compte parmi les moments les plus sombres de la guerre froide et de la recherche du soldat parfait qui à son insu, à un moment exact programmé, peut devenir une arme secrète. Les théoriciens du complot et la presse de gauche parlent encore de MK-Ultra parmi les plus grands secrets du gouvernement américain et à ce jour il est encore impossible de savoir combien de victimes ont été touchées par ces recherches noires.

La recherche dans les universités et hôpitaux est souvent financée par des instances privées ou des gouvernements locaux et étrangers. Alors quand des agents de l’armée américaine par l’entremise de l’Université Cornell de New York offrent des sommes substantielles au Dr Cameron pour son nouveau département de psychiatrie à Royal-Victoria, ce n’est pas hors de l’ordinaire et il est difficile pour lui de refuser. On lui offre des recherches sur des techniques de lavage de cerveau rien de moins. Calqué sur les soldats américains qui reviennent de la Corée avec des idéologies communistes, le concept consiste à enfermer les sujets dans des cellules pendant des semaines, leur faire jouer des cassettes en continu pendant qu’ils sont sur les effets de drogues ou d’autres substances. Les patients étaient admis aux départements du Dr Cameron pour différentes raisons allant de la simple dépression à la schizophrénie. Ces derniers pensaient recevoir des traitements selon leur diagnostic, mais recevaient les expériences du Projet MK-Ultra à la place. Entre 1977 et 2004, c’est plus de 250 victimes qui seront dédommagées directement par la CIA à coup de millions de dollars pour leur participation aux recherches dans le Allan Memorial Institute.

Les docteurs Cameron et Hebb
Les docteurs Cameron et Hebb

Le neuropsychologue, Dr Donald Hebb, directeur de la psychiatrie à l’université McGill Est lui aussi au début des années 50 financées par la CIA dans le développement d’une méthode de torture basée sur la privation sensorielle. La méthode consiste en la réduction des perceptions sensorielles, priver de ses cinq sens par un casque assourdissant, bandeau sur les yeux, tubes sur les mains, et le nez bouché, le sujet est ensuite isolé dans une chambre privée de contact humain et de stimulations extérieures. Les effets vont jusqu’aux hallucinations et à la régression mentale.

Les étudiants de McGill étaient invités à participer à certaines expériences d’isolation du Dr Hebb pour une compensation de 20$ par jour. Il est important de noter ici que contrairement aux recherches du Dr Cameron, les participants pouvaient mettre fin à l’expérience à leur demande. La rumeur veut même que le génie et poète Montréalais Leonard Cohen ait participé à plusieurs de ces séances et les théoriciens du complot croient pouvoir en discerner les preuves dans ses textes, mais cette partie entre dans le règne du mythe.

Étudiant de McGill en isolation.
Étudiant de McGill en isolation.

Ravenscrag, ainsi que son écurie, sa maison de personnel et son belvédère furent tous agrandis au fil du temps et aux besoins de l’Hôpital ou de l’Université. Sous la protection du patrimoine de la ville depuis 1987 et par le Gouvernement du Québec depuis 2005 son destin tout comme son histoire peuvent paraitre incertains suite au déménagement du CUSM vers le site Glen. Pour l’instant, le manoir sert plus ou moins encore aux mêmes fonctions depuis qu’elle fut donnée par la famille Allan à l’Hôpital, un centre de recherches et ambulatoire de neurologie et de psychiatrie.

Je n’ai que passé sur les grandes lignes de MK-Ultra, des centaines de livres, de site web et de recherches universitaires ont été effectués sur le sujet qui est décrit en long et en large partout sur la toile. Qui aurait pu deviner que Montréal fut à un moment donné dans l’histoire le berceau de la torture sensorielle, révélé des décennies plus tard dans le plus grand des secrets offrant plus de questions que de réponses à un passé noir et lugubre de notre histoire. Les personnes incluses dans l’histoire, des docteurs aux patients sont pour la plupart décédés, les documents ont été détruits ou classifiés confidentiel par la CIA et il serait difficile aujourd’hui d’en savoir beaucoup plus sur le dossier. MK-Ultra reste un des moments sombres de la guerre froide et Montréal était rien de moins qu’une des plaques tournantes des recherches sur des cobayes humains.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l’histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.