Quand tu es né pour un petit pain

« Quand tu es né pour un petit pain » est une expression que mon père utilisait dans ma jeunesse, une façon pour lui de me rappeler que je dois avoir de l’ambition, j’ai vécu ma jeunesse à Verdun, une des villes (maintenant un arrondissement) où la fierté des gens du coin pouvait se retrouver partout. Le mélange d’Irlandais, de Francophone, de Madelinot et d’Anglophone typique de Montréal faisait que tu n’avais pas honte de dire que tu habitais Verdun. Les gens de Verdun avaient toujours espoir de s’en sortir, de ne plus être affichés à leur histoire des frères Dubois. Des lois ont été mises en place pour sortir Verdun du look taudis qu’il lavait pollué dans les années 60 et 70.

Pour des raisons que je ne peux pas m’expliquer encore, mon chemin m’a apporté dans Hochelaga, là où les mêmes gens de classe ouvrière habitent le coin. Hochelaga lui est dépourvu de fierté, mais contient beaucoup de chialeux qui attendent leurs chèques au début du mois et qui trouvent totalement normal de se faire vivre par le gouvernement. Les deux quartiers se ressemblent sur beaucoup de points, trop pour les nommer ici, mais je veux m’attarder sur le développement de ces quartiers.

Les deux quartiers ont vu depuis le début des années 2000 une apparition plus courante de condominium là où se trouvaient des terrains vides auparavant. Visitez les rues de l’Église ou Bannantyne de Verdun et vous retrouverez de beaux immeubles neufs. Vous retrouverez le même type de construction sur les rues Pie-IX et Ontario dans HoMa (version branchée de Hochelaga-Maisonneuve). Les habitants de Verdun ont accepté la venue de ces condos tant et aussi longtemps que des gens moins fortunés n’étaient pas mis à la rue pour leur faire de la place. Mais du côté d’Hochelaga, construire un condo c’est comme être obligé de le construire 2 ou 3 fois et c’est là que j’arrête les comparaisons et que je me concentre sur le 2e cas.

Quand tu es né pour un petit pain tu acceptes très mal que d’autres gens fassent mieux que toi dans la vie. Quand tu es né pour un petit pain tu t’assures que tout le monde puisse entendre que tu es moins nanti. Quand tu es né pour un petit pain, tu ne veux pas vraiment t’en sortir, car dans le fond, tu es bien dans ta merde et tu tiens à ce que tout le monde le sache. Les gens d’Hochelaga ne veulent pas de condos, ils veulent des appartements abordables pour faire venir des gens plus pauvres qu’eux. Au lieu de regarder la situation de l’autre façon. Si de nouvelles constructions dans Hochelaga apportent des gens plus fortunés, des gens qui ont plus d’argent à dépenser, ont doit s’entendre que ce ne sont pas des gens qui veulent se rendre au quartier dix30 sinon ils habiteraient Brossard pour la moitié du prix. Ce sont des acheteurs locaux qui feront vivre de nouvelles boutiques et de nouveaux magasins. Or, ces nouveaux magasins auront besoin de nouveaux employés, de nouveaux employés qu’il pourront trouver dans un quartier rempli de gens compétants et prêt à travailler. Donc, ces gens qui auront de nouveaux emplois auront eu un brin d’ambition et pourront à leur tour se payer ces condos, peut-être avoir assez d’ambition pour devenir eux même propriétaire de boutique et à leur tour employer de nouveaux employés qui eux aussi auront un peut-être un peu d’ambition. Comme vous voyez, c’est un cercle de moins en moins vicieux.

Malheureusement, je ne vais pas généraliser, mais il y a un petit groupe de ces habitants sans ambitions qui eux, ne veulent pas de ces nouvelles constructions, qui ne veulent pas s’en sortir et au lieu de voir ces condos comme un but dans la vie, ils les regardent comme une menace à leur petite vie de classe ouvrière. La photo plus basse explique ce qui se passe depuis quelques mois dans Hochelaga, des condos en pleine construction partent en flamme et détruit le rêve de petites familles ou de gens plus fortunés qui eux voyait HoMa comme un bel endroit où y vivre, où élever ces enfants et où y travailler. Mais en faisant ces menaces ils font peur à tout le monde, même ceux qui voudraient construire des immeubles à loyer modique. De l’autre côté de la 720, Verdun se développe à une belle rapidité, des gens qui ne travaillaient pas, maintenant se sont trouvé de beaux emplois dans de nouveaux garages, dans de nouveaux restaurants et dans de nouvelles boutiques. Je ne dirais pas que la Wellington sera la prochaine Avenue Mont-Royal, mais il ne manque pas grand-chose. La rue Ontario elle….on en reparlera quand je comparerais les deux ventes-de-trottoirs dans un billet futur.

Un peu d’hisoire, le Sieur de Maisonneuve, Paul Chomedey était un homme avec de l’ambition, il travailla à la construction des fortifications du Village d’Hochelga qui plus devint la Ville de Montréal. C’est à lui que l’on doit la croix au sommet du Mont Royal. Mais tout comme le quartier qui porte son nom, il n’était pas bien vu par le gouvernement français et fut rappelé en 1665 où il mourut dans l’oublie à Paris.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.