Prendre un verre de bière mon minou… À Verdun.

Je l’ai mentionné souvent, je suis un immigré, en effet, avant d’être un Montréalais, j’étais un Verdunois (#verdunluv) et je suis assez fier de ce que mon « hood » est devenu. Au milieu des années 80, dire que vous étiez de Verdun forçait un automatisme, les gens se poussaient, se tassaient comme si vous aviez la grippe espagnole. Verdun a fait l’annonce cette semaine de son ouverture vers une vie nocturne plus vivante pour finalement apporter la ville dans le 21e siècle. À court terme, vous verrez débat entre les anciens et les nouveaux verdunois, à long terme, vous verrez l’ancienne ville devenir un arrondissement en bonne et due forme de Montréal et ce n’est pas une mauvaise chose.

Il y a dans les médias une grande erreur qui se répète régulièrement quand on mentionne la sécheresse de débits de boisson à Verdun. La Loi Scott est souvent évoquée, le quartier est sous la Loi de la Tempérance du Québec et non la Loi Scott. En 1878 cette loi offre la possibilité aux municipalités de choisir au sujet de la vente d’alcool sur leur territoire. On parle ici d’une prohibition totale, aucune vente d’alcool n’étant permise, pourtant l’alcool est vendu dans les marchés et dépanneurs depuis plus ou moins toujours. La loi de la tempérance du Québec, permet à une municipalité d’interdire l’ouverture de tavernes, bars et cabarets dans la cité. Petit fait cocasse, un référendum fédéral le 29 septembre 1898 posent la question suivante sur une prohibition complète dans le pays. « Êtes-vous favorable à la passation d’une loi défendant l’importation, la fabrication ou la vente de spiritueux, vins, bière, ale, cidre et de toutes autres liqueurs alcooliques comme breuvages ». Sachez que le oui remporte une forte majorité dans toutes les provinces du pays, sauf une…au Québec ou le camp du non gagne avec une écrasante victoire de 81,2%. Le référendum est tout de même remporté à 51,4% par le oui, mais la loi ne sera jamais développée et le Canada ne verra pas vraiment de prohibition. Suite à l’annonce de cette semaine, il ne reste qu’une seule ville sous le règne de la Tempérance du Québec, notre ville de « pas dans ma cours » préférée, bien sûr, je parle de St-Lambert.

De retour à Verdun, jusqu’en 1965, la seule façon d’avoir sa petite bière ou son petit fort est de le prendre à la maison. Le référendum marathon de 58 heures du 15 novembre 1965 avec une participation de 36% de la population votent en faveur de la vente d’alcool sur son territoire vient changer tout ça. Avec 4 739 en faveur et 4 420 en désaccord, ce n’est qu’une mince majorité de 319 votes qui feront la différence. Cette victoire offre maintenant la chance aux restaurateurs de faire la demande pour un permis de vente de boisson. Le référendum étant sous la loi de la tempérance du Québec avait des règles strictes qui expliquent sa durée de presque 58h. Une journée complète de 10:00 à 17:00 devait être offert pour chaque 400 électeurs. Sous cette méthode, le référendum aurait donc pu durer pendant 63 jours. Par contre, la loi stipule que si aucun électeur ne se pointe au bureau de vote pour une période de plus de 30 minutes, le référendum prend fin. C’est alors que les bureaux seront fermés le 24 novembre 1965 à 11:37. Le clan du Oui voulait une victoire pour pousser la construction d’hôtels haut-de-gamme sur l’île-des-Soeurs et ainsi aider son développement à l’ombre de l’Expo 67. Construction d’hôtels qui comme vous pouvez le voir aujourd’hui, n’aura jamais lieu. Le clan du non lui était mené par nul autre que le Maire O’reilly lui-même et la droite religieuse irlandaise, une bonne partie de la population verdunoise.

Référendum Verdun Novembre 1965
Caricature, The Gazette, 25 novembre 1965

Il ne faut quand même pas le cacher, il y avait de la vente d’alcool à Verdun, fallait juste le savoir. Plusieurs restaurants continuaient à vendre de la boisson après la fermeture des cuisines. Si vous êtes verdunois de longue date, vous avez sûrement entendu dire que l’alcool coulait à flots dans les soirées à La Légion, avenue de Verdun. Des bars sont aussi ouverts aux limites de la ville, que ce soit sur le Boulevard de la Vérendrye ou aux limites est sur Wellington, il ne s’agit que d’une petite marche pour se rendre dans une taverne (Bienvenue aux Dames!). Malgré le référendum de 1965, il est pratiquement impossible d’y prendre un verre. Très peu de restaurants obtiennent ces fameux permis et la ville reste pratiquement sèche jusqu’en 1996 quand la loi de 1965 est abrogée et simplifiée. Malheureusement, il faut encore commander un repas pour profiter de sa bière ou de sa bouteille de vin, mais il n’y a pas de limite. Un petit repas en entré et vous pouvez boire le reste de la soirée. C’est avec cette nouvelle mentalité que les résidents ont enfin droit à des restaurants de qualités ou des bistros sympathiques.

Le prochain changement majeur se passe en 2010 avec le nouveau plan d’urbanisme de la ville devenue arrondissement. La ville s’ouvre à la création de micro-brasseries. Les règles sont simples, ce qui y est consommé, doit être brassé sur place. Les propriétaires de la brasserie artisanale Bénélux coin Sherbrooke et Jeanne-Mance se lance alors dans l’acquisition et la création du premier bar depuis 138 ans dans la cité de Verdun. À coup de bâtons dans les roues, de bureaucratie et ce qui semblait être une éternité, le Bénélux Verdun ouvre alors ces portes le 13 mai 2013 et les cuves sont placées dans les voûtes de cette ancienne Banque de Montréal dans un édifice centenaire de 1917. La brasserie bénéficie d’un avantage qu’aucune autre micro-brasserie ne peux s’installer à moins de 1,5 km de distance de celle-ci. Une bière brassée sur place porte même le nom de « La Tempérance » en honneur à la vieille loi.

Brasserie Benelux
photo tirée de leur page Facebook.

Lors du dépôt de son nouveau plan stratégique cette semaine, l’arrondissement pour stimuler l’offre de commerces et de services de proximité permettra l’établissement de bars et de resto-bars dans des zones ciblées et ainsi y créer une vie de quartier comme il est possible de retrouver ailleurs sur l’île. Ces zones en questions sont donc, La promenade Wellington entre Strathmore et la 6e avenue, La Place du Commerce et le Chemin de la Pointe-Nord à l’île des Soeurs. La rue Wellington est selon ma seule opinion et basé sur aucun fait une des rues commerciales avec l’Avenue Masson ayant le plus de potentiels à Montréal. Ces artères importantes ne seront jamais des destinations comme Mont-Royal ou Ste-Catherine peuvent l’être mais sont la pierre angulaire d’une vie de quartier vivante et attrayante pour de futurs résidents. La Rue Ontario Est dans Hochelaga à beaucoup e potentiel également, mais nécessite un virage de mentalité dans le quartier qui sera dur à changer. Rendez vous au coin de la Rue Ontario Est et Valois et vous verrez probablement un des plus beaux coins de la ville entière, histoire, culture lcoale, de belles boutiques, des gens plus jeunes et moins jeunes se retrouvent tous sur ce coin de rue et pourtant il n’y a aucun doute que vous êtes à Hochelag’.

secteurs

Revenons dans le sud-ouest, il est possible d’ouvrir une boîte de Pandore avec cette annonce d’ouverture de boîtes de nuit. Malgré l’interdiction d’endroits jugé « louches », la mafia des frères Dubois dans le Sud-Ouest dans les années 60 à 80 et la présence des gangs de motards dans les années 90 n’ont pas changé le fait que le crime à Verdun était assez présent. Plusieurs boutiques se voulaient des « fronts » à des business encore plus louches que n’importe quels bars et clubs. Suite à multiples interventions policières dans le monde du crime organisé à la fin des années 90 et début 2000 qui ont fait que la vie de quartier a repris le dessus. C’est aussi vrai dans le Sud Ouest que dans n’importe autre quartier à Montréal. Un bon mélange de locatif sur les rues nord-sud et de condos sur les avenues est-ouest ont fait que Verdun semble aujourd’hui une alternative plus qu’intéressant pour les jeunes familles avec plusieurs « plex » avec cours avant et arrières, stationnement, trois stations de métro (Verdun, de L’Église, Lasalle) avec deux autres à quelques minutes (Monk, Jolicoeur) de marche et une artère principale qui s’est doté de plusieurs boutiques de proximité que ce soit des boulangeries, chocolateries ou boutiques de thé. Verdun est une partie de la ville à haute densification et la vie de quartier y est très présente, pourtant, il y a quelque chose de très « montréalais ». L’arrondissement en question est la limite ouest de ce « montréalisme » qui est complètement absent dans les arrondissements voisins comme Lasalle ou Lachine qui sont des entités en elles-mêmes.

L’ouverture de pubs de quartier n’ont fait qu’améliorer la vie de quartier de plusieurs artères, juste à regarder la micro-brasserie L’Espace Publique rue Ontario pour voir que bars n’égale pas nécessairement débauche. Sur Wellington, ont semble vouloir bien encadrer ce développement. Deux règles sont mises de l’avant, les futurs établissements ne comprendront aucune machine de loteries vidéos et la superficie de plancher destinées à la consommation ne pourra pas dépasser les 200m carrés. Je prends l’Exemple d’un « Sports Bar » où il y a un espace salle à manger et un espace bar. On ne risque donc pas de voir débarquer les « Sergakis » de ce monde. Ensuite, chaque proposition sera évaluée sur les points suivants, les heures d’ouvertures, l’achalandage projetée, le milieu environnant et son incidence sur ce même milieu et la qualité du projet dans un tout. Wellington étant tout de même une rue avec plusieurs résidences, le bruit sera un facteur important.

Je crois qu’il est certain que des endroits déjà très populaires de l’artère commerciale comme le JoBlo (parmi les meilleurs burgers sur l’île), les îles en Ville ou Le Garage Café se verront avantagés s’ils décident d’embrasser cette nouvelle offre. Pour ce qui est de l’Île-des-Soeurs je vais avouer que je suis un peu dans le néant, j’y vois peut-être l’arrivée d’une chaîne comme une Cage aux sports, un St-Hub ou les 3 brasseurs, la Pointe-Nord reste encore en plein développement et avec des tours à condos qui se construisent en ce moment et le Campus Bell, je ne vois pas vraiment ce qui pourrait s’y retrouver, l’Îles-des-Soeurs est depuis le début de son exploitation, plus une banlieue où tu vas pour dormir si tu y habites et où tu vas au boulot si ton siège social y est présent. Bien hâte de voir ce qui pourra se développer là.

JoBlo Steakhouse Verdun
l’intérieur du JoBlo Steakhouse est déjà un bon endroit pour prendre un verre.

Pour conclure, selon le plan de restructuration de la ville, les premiers bars devraient faire leur apparition en 2015. Je ne crois sincèrement pas que nous allons y voir une prolifération hors de contrôle après tout, on ne parle que d’une rue de 1,46 km en longueur. La possibilité réelle de voir plus de trois ou quatre établissements de se type est assez mince et la mairie d’arrondissement semble avoir un bon contrôle sur la situation pour le moment. Vous pouvez lire le guide de propositions sur le site de la ville.

Il faudra s’armer de patience avant de voir une vie nocturne verdunoise s’activer, reste que c’est un pas dans la bonne direction pour élever mon patelin au-dessus d’une masse populaire de « no man’s land » dans ce coin de l’île.

Rue Wellington Verdun
Rue Wellington
Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.