Mardi Musique: Caféïne – New Love

cafeine-new-love

Xavier Caféïne ou simplement Caféïne, le nom change, mais le son varie peu et c’est bien comme ça. L’artiste qui a finalement passé dans les radars avec son album solo « Gisèle » nous présente un album anglophone appelé « New Love ». Je ne suis pas du type à classer dans les genres musicaux, mais si on me demandait de décrire Cafeïne, je dirais qu’il fait dans le rock-garage-glam. Quand je pense garage, j’imagine tout de suite, Galaxy ou Dale Hawerchuck. Ici, c’est un peu de punk mais beaucoup de rock, ce qu’il manque énormément dans les radios francophones de Montréal. (Marie-Mai, Éric Lapointe et Martin Deschamps, ce n’est pas du rock!)

L’album à majorité anglophone que j’ai eu le bonheur d’écouter à quelques reprises avec l’écoute gratuite sur le site de Voir (et toujours disponible sur le site d’Indica) m’a permis de découvrir un Caféïne plus mature et la différence s’entend. Nous ne sommes pas trop loin de « Montréal » ou « Gisèle » mais avec une écoute sérieuse, il est facile de remarquer les nuances. J’ai deux problèmes avec un artiste qui se nomme Xavier Plante et qui chante en anglais; l’accent Québécois est minimaliste mais présent et les radios locales vont complètement l’ignorer. Si vous n’êtes pas Céline ou Simple Plan, la chance de vous faire ramasser par les CKOI et NRJ et de vous faire écouter par la majorité musicalement naïve de Montréal sont plutôt difficile. Après tout ce n’est pas les We Are Wolves, Dears et Stills que vous attendez sur ces radios commerciales top 40?

Le premier simple « New Love » n’a pas encore de clip, mais il est possible de l’écouter sur le site Soundcloud de Caféïne et est un bel exemple de ce que vous y retrouverez.

Et, puisqu’aucun vidéo n’est disponible, je vous partage un vidéo « souvenir » de 2006 et qui a un lien direct avec ce blogue.

Je tiens à ajouter que l’album sous l’étiquette Indica est une production de Gus Van Go, ancien Me, Mom & Morgentaler, groupe qui m’a fait découvrir le ska au tout début des années 90. ce qui trahi mon âge un peu.

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.