L’Histoire du palais des nains

Temps de lecture approximatif de 7 minutes

Avant la radio, avant la télé et avant l’internet, la population avait tout de même des façons de s’amuser que nous pourrions aujourd’hui trouver intéressantes. Cela nous donnera plusieurs sports encore populaires de nos jours, le cirque ou bien les carnavals divers. C’est à ce moment dans l’histoire qu’on se retrouve au Palais des Nains de Montréal.

Avant tout, débutons avec un avertissement, notre histoire d’aujourd’hui se passe principalement entre la fin du XIXe et au début du XXe siècle et les événements dont nous allons parler étaient définitivement d’une autre époque. Alors, notre but n’est pas de blesser ou de viser les gens vivant avec un handicap, mais de relater cette petite histoire de Montréal.

Philippe Adélard Nicol est né à Saint-Henri-de-Lévis le 27 septembre 1881 et ses parents auront la surprise de voir un bébé avec une particularité, Philippe est atteint de nanisme. Tous ses frères et sœurs sont de tailles régulières, son père mesure 1 m 90 (6’3”) et sa mère 1 m 73 (5’9”) ce qui est relativement grand, même aujourd’hui.

Nous sommes encore à l’époque où plusieurs grandes familles, n’ayant pas les moyens de s’occuper d’un enfant ayant des besoins particuliers font régulièrement interner dans un hospice et/ou des hôpitaux. Heureusement pour notre histoire, ce n’est pas le cas ici.

La famille Nicol déménage au New Hampshire en 1887 et comme tout enfant de son âge et malgré son handicap, Philippe ira à l’école puis au collège classique qu’il fréquente que trois mois par année. 

C’est que dès l’âge de trois ans, sa taille fait de lui une attraction remarquée et ses parents permettront sa participation durant l’été à des cirques ambulants parmi les plus populaires sur la planète. Il est toutefois toujours accompagné d’un membre adulte de la famille qui continue son éducation quand il n’est pas en classe.

Photo de Barnum & Bailey
Edward J. Kelty (1888-1967)
Century Photographers 74 W 47 N.Y.C.
Ringling Brothers and Barnum & Bailey Circus – Greatest Show on Earth – 1931

Freak shows

Il passera une bonne partie de sa carrière avec les populaires cirques de Barnum & Bailey et de Forepaugh & Sells ainsi qu’au sain de différentes tournée Vaudevieliennes. 

Philippe est populaire dans de ce qu’on appelle les « Freak Show. » Aux côtés de femmes à barbe, d’hommes forts et autres « sideshows ». Philippe est plus tard le clown qui amuse la foule entre les différents numéros sous le grand chapiteau.

À l’adolescence, il tire un bon cachet de la vente de photos autographiées et se donne le titre théâtral de Comte Philippe Nicol. Cette pratique n’était pas rare quand nous pensons aux populaires Général Tom Thumb (a. k. a Tom Pouce) ou Admiral Dot, deux autres artistes de petite taille qui n’avaient rien de militaire.  

Ayant atteint sa taille adulte de 90 cm (36”) il revient habiter avec la famille à Manchester en 1903 où il ouvrira un magasin général et de confiseries. À la même époque, Joseph-Octave Champagne ami de Philippe et gérant de l’homme fort Louis Cyr lui présente Mlle Rose Dufresne. Rose, né en 1887 et aussi de petite taille, ayant fait le tour des cirques et des théâtres. Je ne sais pas si c’est le coup de foudre, mais ils seront mariés à Lowell, N.H. en 1906.

Le couple de nouveaux mariés

Le couple maintenant connu sous les noms de scène de « Comte et Comtesse Nicol, roi et reine des nains » repartira pour un court instant dans la tournée des cirques jusqu’en 1913 quand ils viendront s’installer à Montréal avec une petite fortune.

Le Palais des Nains

Philippe ayant appris des meilleurs « showmen » songe à la création d’un palais en plein centre du parc Lafontaine. Dans le style de P.T. Branum, les Nicol avaient imaginé un endroit où les gens pourraient venir voir les personnes de petite taille dans leur quotidien.

Devanture du Palais des Nains au 415 Rachel Est
Le Palais des Nains original du 415 rue Rachel Est.

Malheureusement, il m’est impossible de dissocier cette image négative à celle de Munchkinland, du Magicien d’Oz et je suis plutôt heureux que ça ne ce soit pas réalisé. 

Il y aura même quelques discussions avec l’exécutif de la ville de Montréal, mais qui ne mèneront à rien. Ce revers ne mettra pas fin aux rêves du couple qui transforment leur demeure du 415 rue Rachel à l’intersection de la rue Berri, en musée à 10 sous. 

Carte de Visite du Palais des Nains

Le concept de musées à 10 sous est un type de divertissements populaires américains conçus comme des centres d’éducation morale, mais qui sont en réalité que du voyeurisme. Situé à seulement quelques coins de rue du parc Lafontaine, Les Nicol invitent maintenant les curieux à les regarder dans leur quotidien.

Le slogan « Venez vous sentir comme un géant » vous explique plus ou moins ce qui s’y trouve. En passant dans le corridor principal de l’appartement, vous pouvez voir le couple vaquer à leurs tâches ménagères ou bien lire le journal tout en interagissant avec le public. 

Le couple Nicol dans la salle à manger

Mise en scène

Un véritable musée de miniatures, tout est à la hauteur nécessaire, sur mesure pour une personne de petite taille. Meubles, comptoir et accessoires ménagers, tout est adapté. La maison est richement décorée digne des manoirs du Golden square Mile plus à l’ouest de la ville.

Pendant que les touristes font leurs voyeurs devant le théâtre domestique, Rose s’installe au piano, miniature bien sûr et joue habillement une chanson populaire. Même leur horloge grand-père est sur mesure. 

Rose Dufresne-Nicol au Piano
Rose au piano

Comme une chorégraphie, les membres de la famille accueillent les visiteurs dans le style « Ah! Vous êtes là, » se placent à des endroits spécifiques pour les photos de la même manière que des mannequins de cire du Musée Eden. 

Ah! Vous êtes là

Tout est orchestré dans le style des « freak shows » et même si Nicol n’utilise jamais ces mots exacts, il faut appeler un chat, un chat. Les textes utilisés dans les brochures et les publicités sont vendeur pour ne pas dire exagérés. Le palais est en fait qu’un appartement, Philippe qui se décrit comme le plus riche des « nains » dans le plus petit couple du monde. 

Il ne manque que le crieur devant la porte invitant les passant à venir voir à l’intérieur et qu’ils n’en croiront pas leur yeux. 

Items souvenirs du palais des Nains
Items souvenirs du Palais des Nains
Collection privée de Guillaume Sanfaçon

Année de changement

En 1926, la même année où le Palais déménage dans de nouveaux locaux au 961 de la rue Rachel, le couple verra leurs vies changer de grande et belle façon. Le 19 septembre, sera la journée de la naissance du Prince Nicol, le premier et seul enfant du duo.

L'entrée du Palais des nains
Photo par Kate McDonnell
mtlcityweblog

Les documents touristiques, affirment que nous avons droit ici à la première naissance d’un couple de petites personnes, ce qui est en fait, encore un truc de vente. 

Si l’heureux papa avait le souhait que son fils n’ait pas la même enfance et éducation que lui, à faire le tour des cirques, affiché comme une anomalie. Philippe Nicol Junior, également atteint de nanisme deviendra rapidement une attraction populaire de l’endroit.

L’attraction reste populaire, les tours de ville ajoutent un arrêt sur la rue Rachel, si c’est principalement pour parcourir le grand parc Lafontaine, le palais attire par conséquent son lot de visiteurs qui peuvent acheter des souvenirs de leur rencontre.

La vie privée

Dû à la popularité de Philippe, les rumeurs et démêlés juridiques font les manchettes et voici un exemple qui nous place à une époque où le politiquement correct était, inexistant.

La famille et l'infirmière du petit Philippe
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
0002634310

Victoria Tanguay, l’infirmière ayant pris soin de l’enfant du couple pendant plusieurs années gagne une poursuite pour salaire non versé de 1 267$. Malheureusement pour Mme Tanguay, la cour d’appel cassera la décision puisqu’elle aurait dû intenter le recours au nom de son mari, dont elle est séparée. Une autre époque en effet.

À l’âge de 58 ans, souffrant de rhumatismes chroniques depuis quelques années, le comte Philippe décède subitement le 27 mai 1940 laissant dans le deuil Rose et Philippe Jr. alors âgé de 13 ans.

Décès de Philippe Nicol
Grand titre du quotidien
L’illustration nouvelle, 28 mai 1940

Rose et Junior 

Après la mort du comte Nicol, l’histoire du palais des nains devient floue et moins médiatisée. Rose continuera l’héritage de son mari jusqu’à son décès le 24 octobre 1964. Le fils du couple royal ne suit pas dans les traces de son papa et eu une vie plutôt difficile. 

Rose et Philippe Jr.

En 1947 il est arrêté après être entré par effraction dans une boutique voisine du palais pour y voler quelques outils électriques. En 1951, il est une fois de plus capturé après une tentative de cambriolage à main armée sur un magasin de tabac de l’avenue Mont-Royal et sur un chauffeur de taxi à l’aide d’un fusil-jouet. 

Comme beaucoup de personnes de petite taille, il fera de la lutte aux États-Unis et on perdra la trace du jeune Philippe jusqu’à son décès le 6 avril 1992.

Rose Dufresne-Nicol et Philippe Junior devant le Palais du 961 Rachel Est.
Rose et Philippe Junior devant l’appartement du 961 Rachel Est
Collection privée de Guillaume Sanfaçon

Le déclin

Il est difficile de savoir ce qui s’est passé après la mort de Rose Dufresne-Nicol. Mais l’endroit est vendu en 1972 à un homme de grandeur régulière et son épouse de petite taille Huguette Rioux qui continueront le musée dans le but de donner des emplois à d’autres personnes atteintes de nanisme et en y logeant une boutique de réparation de poupée.

Si les intentions étaient bonnes, les médias sont loin de représenter l’héritage de Philippe Nicol sur un bel angle. Corruption et détournement de subventions gouvernementales avec la fondation d’un organisme. L’Association des petites personnes du Canada qui développe elle aussi avec le temps ses propres problèmes allant jusqu’à impliquer le célèbre Lionel « Little Beaver » Giroux (1934-1995), vedette québécoise et internationale de la lutte entre les années 60 et 80. 

Little Beaver vs Huguette Rioux
La Presse, 4 avril 1990

Sous la pression populaire, le Palais du comte et de la comtesse Nicol fermera finalement ses portes en 1992, probablement 20 ans trop tard. L’immeuble qui a déjà complètement été rénové à deux reprises est maintenant un studio de yoga et des espaces de thérapie holistique et de médecine « non-conventionnelle » avant d’avoir été un sauna et studio de massage gai. 

Il ne reste absolument plus rien de l’appartement pour petites personnes qui a fait le renom de Philippe Nicol. Sauf pour l’horloge grand-père qui est maintenant une pièce centrale de la collection du Musée de l’Horloge canadienne et les quelques morceaux qui ce sont retrouvé dans des encans de meubles anciens.

Mobilier du palais
Chaise et Bureau de Philippe Nicol identifié au Palais des Nains de Montréal vendu dans une maison d’encan du Maine.
Liveauctioneers.com

L’objectification des individus vivant avec un handicap fait une résurgence, les « reality shows » nous montrent des gens en surpoids ou qui ont des dépendances uniques et la vie des personnes de petite taille est mise à l’écran dans des émissions dignes des musées à 10 sous.

Peut-être que malgré l’arrivée de la radio, la télé ou l’internet, le monde n’a pas autant changé qu’on le souhaiterait

Vous avez aimez? Encouragez-nous en utilisant les liens suivants.

Patreon : https://www.patreon.com/join/proposmontreal
Pourboire PayPal: https://bit.ly/2Z5NbKM

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet, Martin n'était même pas né à l'époque de 99% des sujets discutés de ce site. Il aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.