Les retombées des Grammys pour MTL

Si vous suivez notre compte Twitter, vous savez surement que la musique est une grosse partie de ce qui me motive et le Grammy gagné hier par The Arcade Fire confirme ce que je raconte depuis très longtemps. La scène musicale anglophone de Montréal est en ce moment une des plus remarqués dans le monde du son « Indie ». Si vous suivez notre compte Twitter, vous avez surement remarqué que probablement 1 tweet sur 50 mentionne The Arcade Fire, je vais donc m’abstenir de vous parler de ma réaction quand leur nom a été nommé lors de la cérémonie. Mais je veux vous parler de ce qui se passe maintenant que le nom de la ville a été nommé devant des millions de gens aux Grammys.

À la fin des années 90, David Usher du groupe Moist est passé de Kingston, Ontario à Montréal et à ce moment précis, je me rappelle avoir dit à plusieurs personnes de mon entourage que ça devrait exploser bientôt, pas à cause de la notoriété de David, simplement parce que plusieurs artistes anglais que j’aimais bien sont partis pour aller travailler ailleurs. Melissa Auf Der Mar, Rufus Wainwright et Gus Coriandoli (Me, Mom & Morgentaler) pour ne nommer que ceux là et que le contraire allait arriver.

Depuis les choses ont changé, des festivals comme Osheaga ou Pop Montréal ont aidé la cause de la ville c’est certain, mais la qualité du produit qui sort de Montréal et qui fait entendre son son dans les sphères d’influence comme les festivals de musique indépendante de New-York ou dans South by Southwest, c’est impossible de passer inaperçu. Même en français quand un groupe comme Karkwa se tape le Prix Polaris ou Coeur de Pirate qui fait vibrer les Victoires de la musique, il y a surement quelque chose dans notre eau.

La semaine passée The Dears était le groupe invité de David Letterman (lien vers très mauvais vidéo) et cette semaine, The Arcade Fire nous font honneurs aux Grammys. Je lisais un article d’un groupe de Calgary qui ont déménagé leur son ici (je crois que c’est The Braids, mais je ne retrouve plus l’article) et un des membres du groupe racontait qu’aussitôt arrivé ici, les critiques et les compagnies ont automatiquement pris le temps de les écouter et la moitié du duo de jumelles Tegan & Sara se fait entendre d’ici. Je vais m’avancer peut-être sur un plancher glissant ici, mais je vais dire que Montréal est à la scène Indie ce que Seattle a été à la scène « grunge » des années 90.

Oui, notre Céline nationale nous a déjà donné quelques Grammys, incluant l’album de l’année mais, Céline est poussé par une machine incroyable, sa voix est faite pour le marché mondial avec un son pour plaire à la majorité. Je suis fier de Céline Dion même si ce n’est pas mon genre musical, mais quand un phare de la musique indépendante mondiale se prend un Grammy pour le Meilleur album de l’année et que ce groupe est d’ici, il faut avouer que quelque chose va bien, très bien ici.

Je vais profite de ma tribune pour faire un pied de nos à nos radios populaires qui n’ont pas ces groupes en rotation normale, Ces groupe sont d’ici, Québécois, Anglais ou Français et mérite d’être entendu ailleurs que sur CIBL, CKUT ou CISM. Pourquoi faire jouer certaine cochonnerie américaines quand le talents local est reconnu partout sauf ici. Aux CKOI, Énergie, Virgin, RythmeFM, Cité Rock matante vous devriez avoir honte, vous devriez vraiment regarder dans votre propre cour et faire connaitre le talent d’ici. Nous regorgeons d’artistes qui mérite d’être entendu et qui jouent de la musique qui entrerait parfaitement dans vos créneaux musicales.

Pour les gens intelligent qui voudraient en apprendre plus sur ce qui se fait ici, je vous conseil, Bandeapart.fm ou CBC Radio3. Voici également quelques noms d’artistes LOCAUX que vous vous devez de découvrir. The Besnard Lake, Wolf Parade, Bernard Adamus, The Stills , Misteur valaire ou Le Husky. Je vous fait la promesse de vous faire découvrir d’autre groupe quand je le pourrais.

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.