Les partis politiques ce foutent des besoins du peuple: 1ère partie le PLQ

Avez-vous vu la différence entre le gouvernement minoritaire de Jean Charest et entre celui majoritaire du présent mandat?  Avant, il faisait attention à ce que la population voulait.  Maintenant qu’il est majoritaire, il fait à sa tête et à sa manière.  C’est ça un gouvernement majoritaire, il fait ce qu’il veut, quand il veut et le peuple n’a qu’à suivre et n’a aucun droit de regard.

Regardons seulement l’obstination des libéraux à ne pas vouloir d’enquête publique sur la corruption de l‘industrie de la construction pouvant impliquer aussi des ministères du Québec et les municipalités (dont beaucoup de Montréal).  Les chefs des syndicats de la SPVM et de la SQ veulent une enquête publique et ils confirment que cela n’affectera aucunement l’enquête policière en cours.  De plus, les procureurs, eux aussi, veulent une enquête publique.  C’est la seule façon d’avoir des recommandations et éviter que le problème se répète à nouveau dans un avenir rapproché.  Mais le PLQ donne l’image qu’ils ont quelque chose à cacher.

Il y a eu deux intrusions dans les bureau du ministre Tony Tomassi, à l’intérieur de deux semaines.  La première fois rien n’a été volé, mais la deuxième fois un ordinateur portable est disparue, mais rien d’autre.  Il semble que les voleurs sont venus dans un but bien précis et qui n’était pas motivé par l’argent.  Le portable contenait une liste de gens de contact lié au milieu de la construction.  Comme par hasard, il a subitement disparue avant même que les policiers de l’escouade Marteau aient pu faire des vérifications à ce sujet.  Une autre raison qui rend le gouvernement libéral réticent face à une enquête publique.  Le gouvernement est là pour servir le peuple et cela devrait être sa priorité.  Tout le monde veut une enquête publique, la population veut savoir, qu’est-ce que ça leur prend de plus.

Un petit commentaire sur l’égocentrisme et le sexisme de la vice-première ministre, Nathalie Normandeau.  Elle s’est fait dire “ta gueule” à l’assemblée nationale.  Ok, ce n’est pas correct, elle peut trouver cela insultant.  Par contre, de là à exiger des excuses au nom des femmes, il y a des limites.  Qu’est-ce qu’elle veut dire au juste.  Que c’est plus grave de dire “ta gueule” à une femme qu’à un homme?  Que c’est correct de dire “ta gueule” à un homme.  Qu’elle est si importante (vice-première ministre attention!) qu’elle représente toutes les femmes?  Ou était-ce seulement un stratagème pour détourner l’attention de la population vers n’importe quoi sauf une enquête publique sur la corruption de l’industrie de la construction?  À mes yeux, Mme Normandeau, a perdu toute crédibilité.  Ainsi que le PLQ pour son refus de faire ce que le peuple demande.

Donc, si ce que le peuple veut n’est pas dans leur petit livre rouge (programme électoral), alors le peuple n’aura pas ce qu’il veut.  Point à la ligne.

Commentaires

Écrit par :