Les Montréalaises oubliées

Plusieurs sites en ville sont oubliés, délaissés par leur propriétaire, souhaitant que la loi de la nature ait le dessus sur les lois municipales. En 2011, l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal avait créé un précédent après avoir eu gain de cause en justice contre le propriétaire de l’édifice positionné aux coins du Boulevard St-Laurent et l’Avenue des Pins. L’arrondissement a obtenu une injonction permanente qui obligeait les propriétaires de l’immeuble patrimonial construit en 1900 en décomposition à le restaurer dans les 300 jours. À défaut de quoi, la ville pourrait procéder elle-même aux travaux et lui remettre la facture. Avec la prolifération de condos beaucoup plus payants que de simples édifices commerciaux, il n’est pas rare de voir ces propriétaires attirés par l’appât du gain, suite à leur propre négligence, un genre de récompense pour leur inattention.

Je sais queHéritage Montréal sort sa liste de sites en danger depuis quelques années. Mais je ne suis pas toujours en accord avec leur choix. Cette année par exemple, il parle encore du Square Viger qui selon ma propre opinion est une erreur depuis sa construction, un îlot de chaleur au beau milieu de nulle part avec aucun attrait touristique ou local et servant plus souvent qu’autrement d’hôtel pour les itinérants. Également dans leur liste, la Maison du Calvet dans le Vieux-Montréal construite en 1770 qui est encore en très bon état et est sauvegardée par le propriétaire, le toit ayant été refait récemment. La liste de l’équipe de M. Bumbaru ne reflète pas toujours la réalité, je suis conscient qu’elle a du bien, chaque année, elle permet de lever le voile sur la réalité Montréalaise que notre patrimoine bâti a trop longtemps été bafoué et pour ce fait, je lève quand même mon chapeau à Héritage Montréal qui pousse les gens à s’intéresser au passé important de la ville.

Avec l’exemple récent de la maison Redpath, des fois, il est juste trop tard. Avant qu’il soit trop tard pour des dizaines de sites à Montréal, je me permets donc une liste de bâtiments qui selon moi mérite d’être sauvée, avant qu’il soit trop tard. Certains de mes choix personnels se retrouvent dans la liste d’Héritage Montréal, d’autres semblent même avoir été oubliés par eux. Mes trois prérequis pour qu’un édifice se retrouve dans cette liste. Le building doit avoir une certaine histoire, récente ou ancienne, car comme j’ai souvent dit, ce n’est pas parce que c’est vieux que ça mérite d’être gardé et vice-versa. Avoir un endroit de choix (prime real-estate comme disent les Anglais) et être abandonnée et dans un état de décrépitude presque trop avancé, mais encore debout et probablement encore sauvable. Voici cette liste, sans aucun ordre en particulier.

Cinéma Champlain, 1955
1819 Ste-Catherine Est, Montréal. Coin Papineau
Propriétaire(s): Produits Suncor Énergie.
Salle de cinéma jusqu’en 1986, ensuite utilisé par comme église, placardé depuis quelques années déjà situées sur un des coins de rue les plus passants à Montréal lors de l’heure de pointe d’après-midi, je ne crois pas qu’il soit impossible d’y voir quelqu’un s’y intéresser.

cinemachamplain

Maison Louis-Hippolyte la fontaine, 1830 est.
1395 Overdale, Montréal.
Propriétaire(s): 7912820 Canada Inc. M. Arduini Giacinto.
L’Îlot Overdale est aussi l’endroit où se retrouve la maison d’architecture néo-classique fût une des résidences de l’ancien premier ministre du Canada unis. Cette maison a même survécu à une attaque lors des émeutes qui ont brûlé l’ancien parlement du Canada où se trouve la Place d’Youville aujourd’hui. Projet après projet ont été proposés pour cet endroit, sans jamais rien y voir. Les squatteurs ont longtemps utilisé la maison comme refuge.

MaisonLH

Maison Eventide – Salvation Army.
7480 St-Jacques, Notre-Dame-de-Grâce.
Propriétaire(s): Aliments Parmalat Inc.
Probablement l’endroit le moins connu de cette liste, cette maison ayant hébergé des femmes en difficulté par la Salvation Army, appartenant aujourd’hui à la compagnie laitière voisine et malgré une loi votée pour sa rénovation en 2000, reste encore inutilisée sauf comme rangement pour la compagnie.

Bureau Canada Packers. 1930.
316 rue Bridge, Montréal
Propriétaire(s): Indiport Inc. M. Arvind Soni
Cet ancien bureau de la compagnie Canada Packers, un des employeurs importants dans l’histoire de ce quartier, semble aujourd’hui, un peu au beau milieu de nulle part, entouré d’un Costco et de son stationnement. Sa petite soeur fût démolie dans l’illégalité au début de l’année au coin des rues Wellington de Bridge.

Canada Malting Company, 1905
5022 St-Ambroise, St-Henri, Montréal.
Propriétaire(s): Quonta Holding Ltd. Steven Quon.
Situé sur le canal Lachine, ces silos à grain en terracotta sont abandonnés depuis 1985 ont eu plusieurs projets de reconversion comme vous pouvez voir dans ce document sans jamais aboutir à grand-chose.

Photo: BruBMédia
Photo: BruBMédia

Banque Molson. 1905.
5001 Notre-Dame Ouest, St-Henri.
Propriétaire(s): M. André Marc Harry Zabitsky
Construction de l’architecte Edwards Maxwell (Musée des Beaux-Arts) comme succursale de la banque de la famille Molson au coin de la rue St-Rémi. Le propriétaire actuel a voulu transformer le building lors de son acquisition, mais depuis, le bâtiment est revenu sur le marché immobilier et est à vendre en ce moment, toujours vide.

Forge Cadieux, 1900 est.
815 St-Paul Ouest, Montréal.
Propriétaire(s): M. Gilles Cadieux
Également sur la liste d’Héritage Montréal, cette petite bâtisse a déjà fait preuve d’une démolition partielle voilà pas si longtemps et malgré qu’elle soit occupée, fait preuve d’un entretien minimum. La reconstruction de Bonaventure et l’ébullition de condos dans ce coin de la ville risquent d’être la fin de ce bâtiment plein d’histoire.

Forge Cadieux
Photo: BruBMédia

Gare Viger. 1898.
700 rue St-Antoine Est, Montréal
Propriétaire(s): 9257-2916 Québec inc. Jesta Group.
Dans ce cas, le plus grand, le plus prestigieux et le plus connu de ma liste, la Gare Viger est un joyau de l’architecture montréalaise. Un hôtel prestigieux commandé par Van Horne et le CPR à l’architecte Bruce Price plus reconnu pour le Château Frontenac de Québec. À partir de 1951 l’édifice hébergea des bureaux de la ville jusqu’à sa vente en 2006 et est vide depuis. Plusieurs projets ont été déposés sans jamais voir la lumière au bout du tunnel. Si un choix de ma liste doit être sauvegardé « no question asked » ça doit être la Gare Viger.

Externat Sainte-Sophie. 1855.
1105 Gouin Est. Cartierville.
Propriétaire(s): Commission Scolaire de Montréal.
L’externat Sainte-Sophie a été dévasté par un feu majeur en 1997 et il ne reste que quelques vestiges qui doivent être sauvegardés, un bel exemple de construction en pierre grise, situé dans le quartier historique le plus inconnu de Montréal, Sault-au-Récollet qui a presque autant à raconter que le Vieux-Montréal.

Bain Public Hushion, 1914.
757 Des Seigneurs, Montréal.
Propriétaire(s): Ville de Montréal.
Il y a un regain de vie pour les anciens bains publics, il y a quelque chose qui attire les investisseurs dans ce genre de bâtiment. Mais le Bain Hushion reste encore inutilisé, et ce, depuis 1988. Ma crainte avec l’édifice de brique rouge, ce n’est pas de le voir disparaître, mais bien de le voir être vendu à rabais comme la ville de Montréal fait trop souvent avec ces biens immobiliers.

Voilà donc la liste de ProposMontréal en réponse à celle d’Héritage Montréal. D’accord ou non? Je suis ouvert à la discussion, après tout je ne suis pas un expert en la matière. Je ne suis qu’un blogueur qui est fatigué de voir certains des plus beaux édifices à Montréal placardé par des propriétaires qui ne voient pas les bijoux qu’ils ont entre les mains.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l’histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.