Les Maires en devenir au 15-18

La politique semble être un mal nécessaire, malheureusement, je suis de ceux qui sont devenus cynique peut importe le palier gouvernemental. Le bon côté des choses c’est que la prochaine campagne électorale municipale sera définitivement enlevante…pour de la politique.

Michel C. Auger

Michel C. Auger est un des journalistes et intervieweurs politiques les plus crédibles dans l’industrie et depuis le début de la nouvelle saison de ICI Radio-Canada Première (oui, j’utilise le nouveau nom) M. Auger anime l’émission du retour, le 15-18. Aussitôt arrivé, voilà que l’émission attaque la campagne électorale montréalaise de plein front en invitant trois des candidats de tête à la mairie. Bergeron, Coderre et Côté se sont donc frottés à l’intervieweurs d’expérience et….. nous n’avons absolument rien appris de nouveau.

Richard Bergeron

Mardi, le rêveur, chef de Projet Montréal, Richard Bergeron. les sujets abordés ont été la voiture, les condos, le tramway, le téléphérique, la structure de gouvernance et le futur de Bergeron lui-même.
Pour écouter, cliquez ici

Les bons points:

  • On sait où il s’en va, ces « promesses » sont précises et il dit exactement ce qu’il pense.
  • Les stationnements payant ce n’est pas fait pour être vus, remplacer ces terrains par des condos. Au moins, cela attire des payeurs de taxes.
  • Urbaniste de métier, il semble vraiment avoir Montréal à coeur et il n’est pas seulement la pour le poste. Ça s’appelle « Intégrité »

Les moins bons points:

  • M. Bergeron offre beaucoup de projets sans vraiment savoir comment payer ces belles idées.
  • Projet Montréal est le partis des Montréalais qui habitent entre Verdun et Hochelaga. Si vous payez vos taxes à la ville de Montréal à l’extérieur de ces régions, vous n’existez pas.
  • À un peu de « syndrome Labaume », c’est bien pour un quartier ou deux, pour une ville internationale de la trempe de MTL, je ne suis pas convaincu encore.
Denis Coderre

Mercredi ce fût le moment pour le politicien de carrière, Denis Coderre. Cette fois-ci, la crédibilité de M. Coderre fut attaqué dès le départ et les propos mentionnés furent; Les fantômes du Maire Tremblay, le nouveau vérificateur général, son partis, le transport en commun, garder les Montréalais à Montréal et son plan général de changements.
Pour écouter, cliquez ici

Les bons points:

  • Visible, grande gueule et un homme qui prend de la place (figurativement parlant). C’est aussi ce que Montréal à besoin en ce moment.
  • Il comprend bien le problème financier de Montréal et avant de quêter, il faut savoir où va l’argent!
  • Je crois qu’il est proche de ces électeurs et à une bonne expérience des différents niveaux gouvernementales.

Les moins bons points:

  • Jusqu’à maintenant, 21 anciens membres d’Union Montréal ou aussi appelé « La Raison pour laquelle nous sommes en crisse ».
  • Il donne des réponses de politicien de carrière, de belles longues phrases avec des réponses vagues, de plus, il passe son temps à s’obstiner avec Michel C. Auger.
  • J’ai comme une impression qu’il se présente par opportunisme, mais ce n’est qu’un point de vue personnel.
Marcel Côté

Finalement jeudi fut le tour du nouveau venu, Marcel Côté. Chef d’une coalition qui compte, entre autre, l’équipe de Vision Montréal. Il nous explique c’est quoi cette affaire de coalition, la structure des élections, le transport collectif, son conseil du trésor, son programme de partis et Madame Harel.

Les bons points:

  • N’étant pas un grand orateur, il semble connaitre ces dossiers Montréalais. En voulant prendre des décisions.
  • Il me donnait l’impression qu’il gérera la ville comme une compagnie, ce qui est plutôt le bienvenue. Trop de chefs et pas assez d’indiens.
  • Un homme qui n’a pas encore été pollué par les autres politiciens.

Les moins bons points:

  • Les Montréalais ont besoin de sang nouveau, mais aller vers quelqu’un de complètement inconnue des électeurs, ça sera difficile. Il est très connu des gens d’affaire, mais 75% des citoyens sont des Joe Six Pack et se fout bien qu’il soit sur le CA de l’OSM.
  • Malgré sa connaissance, ces réponses avaient l’air improvisé.
  • C’est un intellectuel, ce n’est pas nécessairement mauvais, mais il manque de personnalité que les deux précédents ont énormément.

Prenez en compte que je n’ai fait que donner mes impressions selon les entrevues entendues lors de cette émission. J’ai lu les programmes, ou du moins, ce qui est disponible jusqu’à maintenant, mais je voulais voir ce que ces candidats pouvaient dire devant quelqu’un qui a posé des questions à plus d’un premiers ministres et autres personnalités d’importance dans sa carrière.

Malheureusement, d’autres candidats ont peu de chance comme Mélanie Joly, Michel Brûlé ou Irois Léger, mais je crois qu’ils ont quelque chose à dire et qu’on devrait peut-être les écouter (dans la voix de Serge Fiori) Leur chance viendra, quand la campagne commencera officiellement en début septembre.

Après avoir écouté les trois entrevues, selon vous, qui a gagné ce débat ?

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.

Un commentaire

  1. proposmontreal.com
    04/05/2014

    Test!

Les commentaires sont fermés.