L’édifice Rodier et la loi Chaboillez

Depuis quelques années déjà, il semble que l’édifice Rodier se retrouve plus souvent dans le chemin qu’autre chose. Il existe au minimum deux exemples récents où ce bâtiment de forme irrégulière est dans la mire des pics et des pelles pour faire de la place. Le démolir serait tellement plus simple et pourtant, il se tient encore bien debout, sur son petit triangle depuis 1875 en attendant un nouveau locataire qui pourra faire revivre sa gloire d’antan.

En 2004 le promoteur Prével fait l’acquisition des anciennes usines du chocolatier Lowney à fin de les revitaliser et les transformer en condos dans un secteur qui ne valait pas grand-chose. Je ne le sais malheureusement pas, mais trouver des investisseurs pour Griffintown était probablement quelque chose de plutôt compliqué. Le secteur était délabré, les usines et entrepôts abandonnés jonchaient les rues et les trottoirs vides. L’ancien quartier ouvrier irlandais était loin d’être le berceau de la culture de jeunes professionnels qu’il est devenu 12 ans plus tard. Avec toutes les nouvelles constructions, hôtels et l’École de Technologie Supérieure il est possible de compter en milliers le nombre de nouveaux résidents de ce quartier qui voilà une décennie à peine croulait sous son propre poids.

De l’autre côté de la « track », l’autoroute Bonaventure sera bientôt de l’histoire ancienne, un mauvais souvenir où le béton était le fer-de-lance des années 60 du règne Drapeau. Alors, est-il possible de m’expliquer pourquoi cet immeuble est encore vide? Des promoteurs devraient littéralement se « garrocher » pour y construire des condos de luxe avec au rez-de-chaussée une ou deux boutiques pouvant s’adresser au millier de nouveaux résidents. Le « Flatiron » est probablement un des édifices les plus beaux de ce quartier en ce moment et rien ne bouge depuis 2010 à la fermeture du Baron Sports qui s’y trouvait depuis plus de 40 ans. Acquis à la famille Baron, la ville de Montréal en est le propriétaire depuis novembre 2010.

Les Rodier sont pendant la majeure partie du 19e siècle une famille francophone très importante. Malgré leur puissance foncière, leur nom n’est pas passé à l’histoire comme d’autres familles canadiennes-françaises. Juste à penser aux Dandurand, aux Beaubien ou aux Barasalou qui à leur façon son venus marquer l’histoire et dont les noms résonnent encore pour plusieurs, avant les annonces du Réseau Électrique Métropoliain de la Caisse de dépôt, probablement que très peux d’entre vous connaissiez même que cet édifice maintenant en danger portait le nom de Rodier. Le plus connu de la famille est sans contre dit Charles-Séraphins Rodier (1797-1876) né dans le quartier Saint-Michel et maire de Montréal de 1858 à 1862. Il est avocat, marchand, philanthrope et politicien, ce qui semble être la norme pour la bourgeoisie de l’époque. Il fut le premier marchand de la ville à importer sa marchandise directement de Grande-Bretagne et de France et il se retira des affaires en 1836, il avait amassé une fortune considérable, et ce, avant la rébellion de 1837. Sous son administration, la construction du pont Victoria sera terminée, un système de transport en commun sera instauré et le Palais de Cristal sera construit. En 1867, il sera nommé membre du conseil législatif du Québec et il occupera aussi la fonction de président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal en 1871. À Hochelaga, une minuscule rue porte son nom et on le retrouvera également dans la toponymie des villes de Québec, Laval et Repentigny.

Maire Charles-Séraphin Rodier
Maire Charles-Séraphin Rodier
Photo: William Notman, 1861, Musée McCord

Si Charles-Séraphins, était un modéré, son cousin Édouards-Étienne Rodier (1804-1840) appuie ouvertement Louis-Joseph Papineau dès les débuts du parti canadien qui devint ensuite le parti Patriote. Admettons qu’on pourrait considérer E.E Rodier comme un rebelle. Né dans une famille aisée, sa situation reste précaire et c’est grâce à deux différents mariages dans des familles plus fortunées qu’il réussit à ouvrir son cabinet d’avocat, l’argent de ces dames devint sa fortune après tout. 1834, Rodier s’engage totalement dans l’action politique et délaisse de plus en plus son cabinet. Il devient rapidement un des leaders de la frange plus radicale du parti, il participe certainement à l’élaboration de la stratégie des patriotes et est mêlé de près aux événements.

Neveu de l’ancien maire de Montréal, Charles-Séraphins Rodier Jr. (1818-1890) ouvre en 1859 une manufacture de batteuses qu’il vend à crédit aux agriculteurs des environs. Certains ne pouvant payer, c’est à l’aide de garanties sur les terres des fermiers qu’il deviendra rapidement un des propriétaires fonciers les plus importants de Montréal. Il fut un des membres fondateurs de la Banque Jacques-Cartiers, ancêtre de la Banque Nationale que l’on connaît de nos jours. Il eut même une brève carrière politique comme conseiller du quartier St-Antoine de 1857 à 1860. Il occupera le poste de président de la Société St-Vincent de Paul et de la société St-Jean-Baptiste. Philanthrope, il forme en 1869 le 64e bataillon de la milice, les Voltigeurs de Beauharnois et en est le premier lieutenant-colonel. Charles-Séraphins est à la fin du siècle considéré comme le Canadien français le plus riche du pays avec une fortune évaluée à plus de 2 millions de dollars. C’est à lui que l’on doit l’édifice qui porte son nom de famille.

Le square Chaboillez en 1910
Le square Chaboillez en 1910
Photo: BANQ.qc.ca

Veuve depuis 1813, Marguerite Conefroy, ancienne épouse du notaire Louis-Joseph Chaboillez, fait don en 1818 à la ville de Montréal des terres de ce dernier qu’elle avait fait lotir par l’Inspecteur des Chemins, un certain Jacques Viger. Ensemble, ils feront les plans des routes en prenant soin de nommer ceux qui jusqu’alors étaient sans nom. On verra la Rue Sainte-Marguerite et Chaboillez apparaître, mais vous retrouverez maintenant les rues Sainte-Cécile et Montfort en leur place. D’autres rues en leur nom seront nommées, soit la une rue Sainte-Marguerite sur un autre de leurs terres dans le village St-Henri des Tanneries ainsi que la rue Sainte-Émilie en honneur de leur fille. La rue de l’Inspecteur est nommée pour Viger et le grand espace public portera le nom de square Chaboillez. En plein centre commercial, le coin devint rapidement un carrefour traversé par tous ceux et celles qui veulent se rendre en ville (plus ou moins le Vieux-Montréal maintenant). Le Square était ni plus ni moins la porte d’entrée vers Montréal, même que la Compagnie du Grand Tronc ira jusqu’à y construire à quelques pas du square sa nouvelle gare Bonaventure. Si autrefois l’endroit était sujet aux inondations fréquentes à cause d’un petit lac et multiples rivières qui se rejoignaient non loin de la, aujourd’hui elles ont disparues ou ont été enterrées. L’intersection était quand même fréquentée, en plus d’une caserne de pompiers et d’un poste de police, on pouvait y retrouver un bar populaire et les hôtels Essex et Colonial. Il y avait multiples boutiques pouvant desservir ce quartier ouvrier dont les cordonniers Ronayne Bros très populaires à l’époque. Leur magasin sera détruit suite à l’inondation de Griffintown de 1888. Petit fait personnel, mon père en arrivant à Montréal ayant quitté à 18 ans son Rivière-Ouelle natal en 1956 fut chambreur dans une des multiples maisons de la rue de l’Inspecteur.

Le Square Chaboillez durant l’inondation de 1888.
Le Square Chaboillez durant l’inondation de 1888.
Photo: George Charles Arless, Musée McCord

C.-S. Rodier Jr fait l’acquisition du quadrilatère des rues Notre-Dame, Saint-Maurice et de l’Inspecteur pour y construire un nouvel édifice. Le bâtiment, dont l’architecte n’est indiqué nulle part, est reconnu par sa forme plutôt unique à Montréal qui compte que bien peu de lots à la forme triangulaire. Coiffé d’une couronne sur sa tour octogonale, ses façades à parements de pierres de taille, ainsi que de briques d’argile, il est également le premier immeuble de Montréal avec une structure en fonte qui préfigurera l’acier. Rodier reconnaissait l’importance de l’emplacement géographique de l’édifice dans la trame urbaine voulait y mettre un phare. Rarement mentionnées, les sources parlent d’une construction en 1875, c’est le cas de l’évaluation foncière de la ville. Or, il est possible de voir sur les images d’archives des inondations de 1886 et de 1888 que c’est bel et bien encore les petits bâtiments de bois et le cordonnier qui s’y retrouvent. L’explication est facile en cherchant un peu, l’édifice Rodier original fut construit en 1875, la tour elle y sera ajoutée en 1890.

Construction de la tour octogonale  en 1890.
Construction de la tour octogonale en 1890.
Photo: Archives E.Z. Massicote, banq.qc.ca

Depuis les années 50, il semble toutefois que ce coin unique de la ville est souvent dans les jambes de la ville. Le square Chaboillez sera redessiné et déplacé en 1953 lors de l’incendie de la vieille gare Bonaventure. L’immense espace public devient rapidement un stationnement pour la nouvelle gare et il le restera jusqu’à la construction du Planétarium Dow en 1966. Depuis, seul un petit espace vert bien peu visité sur la rue St-Jacques, hôte de la statue de Copernic porte encore ce nom.

Les années 60 et 70 furent plutôt tumultueuses pour le quadrilatère. La construction de la Place Bonaventure viendra y placer sa rampe d’accès par la rue Montfort et de l’Inspecteur. Parlant de rampes, c’est celles de la toute nouvelle autoroute Ville-Marie qui viendront modifier la rue de la Cathédrale en 1972. Déplaçons nous vers 2010, Le Baron Sports met la clé dans la porte et les temps ont changé. L’automobile devient rapidement persona non grata et la demande pour un nouveau corridor pour les quelques 1400 à 1600 autobus devient incontournable, c’est la saga du Corridor Dalhousie. La ville fait l’acquisition de l’édifice plus que centenaire et un projet coûteux et destructif de la Société du Havre de Montréal vient faire de l’œil au nouveau propriétaire. L’idée est de créer une route plus efficace pour les autobus de la Rive-Sud et les promoteurs suggèrent de faire passer les autobus dans une nouvelle voie réservée. Le projet voulant faire place à une nouvelle rue parallèle au viaduc du chemin de fer, longeant celui-ci de la rue Ottawa à la rue Notre-Dame et venait amputer l’édifice original de 1875. Avec un regain de vie éminent pour le quartier et la crainte de la destruction d’un certain patrimoine architectural, le projet est vivement critiqué par la population et l’OCPM.

Le plan du déménagement du square Chaboillez.
Le plan du déménagement du square Chaboillez.
Source: Archives de Montréal, VM66-S6P083op.pdf

Avance rapide jusqu’en 2016 quand le projet de Réseaux Électrique Métropolitain de la Caisse de Dépôt vient offrir exactement le même scénario que le Corridor Dalhousie, mais avec un train et des milliards en investissement, un projet porteur qui ferait jouir n’importe quel maire de grandes métropoles. Malheureusement, le résultat est également le même, l’édifice avec une structure en fonte sur un lot triangulaire de la rue Notre-Dame est une fois de plus, dans les jambes, dans le chemin de milliers de déplacements humains. Le projet de la CDP est beaucoup plus ficelé que celui de 2010 par la SHM. Le projet à beaucoup plus de points positifs que négatifs, mais une fois encore, le patrimoine bâti est une arrière-pensée, un bâton dans les roues de la modernité et les erreurs faites dans le passé risquent de se répéter.

L’édifice Rodier est un des joyaux de l’architecture locale du 19e siècle et Montréal, dans l’ensemble de son œuvre, a malheureusement détruit beaucoup de ses constructions d’époque. L’édifice a déjà grandement souffert durant les dernières années et selon la ville, la maçonnerie est à refaire et plusieurs éléments structurants ont grandement besoin de mise à niveau. Si rien n’est fait, l’édifice se verra donner une mention de « non sécuritaire » et devra être démoli. Ce comportement passif agressif est la nouvelle façon de détruire ce qui est dans le chemin, c’est l’effet « Maison Redpath ». Ce n’est pas parce que c’est vieux que ça mérite d’être sauvé, je l’ai souvent dit. Mais après avoir lu sur la famille derrière cet édifice et surtout après avoir appris sur les vies de ceux qui habitaient le quartier, c’est d’une grande tristesse que je croise l’édifice vide tous les jours et je me demande comment faire comprendre son importance à ceux qui ont son avenir entre leurs mains.

Édifice Rodier, 2016
Édifice Rodier, 2016

Ironiquement, vous connaissez la Loi de Chaboillez? En 1885, durant une importante canicule, le cheval épuisé d’un livreur local meurt au beau milieu du square sur la rue Chaboillez. Louis Cyr, l’homme le plus fort du monde, légende s’il en est une est également policier à Montréal, accompagné de son collègue, ils sont les premiers sur les lieux. Le policier en train de rédiger son rapport d’incident se tourne vers Cyr et lui demande comment épeler « Chaboillez ». Après quelques secondes, l’homme fort prend la bête et vient la déposer sur la Rue Notre-Dame, se retournant, vers le premier policier, en lui disant, « Voilà, tu peux écrire que le cheval est mort rue Notre-Dame ».

Plutôt que de faire une bêtise, on contourne le problème. Je ne sais pas si l’histoire est vraie, mais il faut avouer que cette loi s’applique à l’édifice Rodier. Plutôt que de penser comment le sauvegarder, ne serait-il pas plus facile de le détruire?

Le square en 1911
Le square en 1911
Photo: Archives E.Z. Massicote, banq.qc.ca
Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.

Un commentaire

  1. […] Le rocher Irlandais 7. L’édifice Rodier et le Square Chaboillez 6. L’emblème floral de Montréal 5. 20 faits sur Montréal, 9e édition 4. Le matin du mardi […]

Laisser un commentaire