Le train de banlieue est-il rentable ?

Logo Train de Banlieue AMTJe soulève la question suite à la lecture d’un article dans le Journal de Montréal par Héloïse Archambault ce matin intitulé Virage vers le transport collectif. Je ne suis qu’un utilisateur du transport en commun occasionnel, que 3-4 fois par mois. Ce qui est déjà beaucoup en comparaison avec la plus grande partie des habitants de la banlieue que l’on retrouve sur les ponts à tous les jours.

En gros, l’article relève le fait que le nombre d’usagers sur la ligne Candiac-Montréal du train de banlieue par l’AMT est en hausse de 30% depuis le début des travaux sur le Pont Mercier. 30% de plus sur cette ligne c’est un grand total d’environ 500 utilisateurs de plus. Si ma mathématique est bonne, cela donne en temps « régulier-sans-travaux-sur-le-pont-Honoré-Mercier » environ 1675 passagers par jour. Est-ce seulement moi où ce nombre semble plutôt mince ?

Supposons que les utilisateurs de la ligne sont tous adultes (non-étudiants) et qu’ils voyagent tous à l’aide de la carte TRAM zone 5 de l’AMT à 142$. Cela donne un revenu mensuel de plus ou moins 237 850$. Avec neuf départs le matin et neuf retours l’après-midi les jours de semaine, je me demande si ce 237 850$ est assez pour payer les dépenses de l’Agence pour la ligne Candiac-Montréal. la location du passage au C.N., la main d’oeuvre, le diesel, les taxes municipales des gares, les frais d’accès à la gare Lucien-L’Allier, etc.

Je dois avouer que je n’ai jamais utilisé le train de banlieue et que la ligne Candiac est la moins achalandée des cinq lignes de train de l’Agence Métropolitaine de Transport. En comparaison, la ligne Deux-Montagne reçoit près de sept millions de passagers annuellement et doit compenser grandement pour le déficits encourue de la ligne en question qui n’en compte qu’un peu plus de 650 000 sur une base annuelle.

J’utilise sur une base quotidienne l’automobile, sur une base hebdomadaire, le transport en commun de la STM et sur une base plus ou moins mensuelle, le Bixi et j’aimerais que mes institutions publiques commence à se comporter un peu plus comme une compagnie privée. Je serais prêt à payer mes passages en métro un petit peu plus cher et je payerai surement 25% de plus pour le Bixi mais, quand je dois payer mon immatriculation et mon permis de conduire et que je me vois offrir une taxe de 35$ pour payer les transports en commun, je n’arrive pas à comprendre pourquoi l’AMT continue à offrir un service déficitaire comme la ligne Candiac-Montréal ? J’espère presque que les travaux sur le pont s’éternisent, peut-être que plus de gens prendrons le train et rendrons cette ligne rentable.

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.