Le silo à grain no 5

Le silo no 5 se retrouve une fois de plus dans les manchettes cette semaine suite à une annonce de Parcs Canada qui aurait l’intention d’installer leur oTENTik sur la Pointe du Moulin à Vent, dans l’ombre de l’élévateur B.

Durant la construction du canal de Lachine entre 1820 et 1825 on allonge un quai à son embouchure dans le port de Montréal. Découpé à même le quartier Sainte-Anne, on crée de toute pièce la jetée de la Pointe-du-Moulin-à-vent entre les écluses du canal et le bassin. Créé de remblais tirés directement de la construction du canal de Lachine. Son nom vient des moulins érigés pas trop loin par les Sulpiciens au début du 18e siècle. Le quai étroit est élargi entre 1843 et 1848. Finalement, des travaux sont amorcés vers 1873 où l’on creuse la profondeur du quai et on l’élargit une fois de plus pour atteindre ses dimensions actuelles.

Carte Postale, jetée Pointe du Moulin à vent sans silo.
Carte Postale, jetée Pointe du Moulin à vent sans silo.

Vers la fin du 19e siècle, Montréal n’est rien de moins que la plaque tournante du grain en Amérique du Nord et le principal port céréalier au monde. Le grain et la farine qui arrivent au port sont surtout des fermes environnantes québécoises. La colonisation des provinces de l’ouest et son agriculture abondante du blé font que Montréal devient rapidement le point de départ de ces cultures vers les pays transatlantiques. Jumelons à ça un chemin de fer de plus en plus efficace et les méthodes d’entreposage actuel sont rapidement dépassées par les événements. L’unique silo du port n’offre qu’une capacité de 1.6 million de boisseaux et les installations nécessaires inefficaces de Montréal créent une congestion vers l’exportation. À titre indicatif, je vais assumer que l’on parle de boisseaux impériaux et non américains. Donc un boisseau impérial contient 8 gallons impériaux, soit une capacité de 36 kg environ.

Élévateur No1
Élévateur No 1
Élévateur No 2
Élévateur No 2

La course est maintenant lancée, coup sur coup deux élévateurs à la fine pointe de la technologie font leur apparition entre 1902 et 1905. Les commissaires du port de Montréal sont responsables du premier de ces nouvelles structures avec l’élévateur no 1. Il se retrouve en face de la Place Royale s’étirant jusqu’à la rue Saint-Sulpice et offre une nouvelle capacité de 1 million de boisseaux à lui seul. La compagnie du Grand Tronc, n’étant pas en reste et en pleine expansion vers l’ouest du pays fait construire à sont tour l’élévateur B par l’ingénieur John S Metcalf. La structure d’acier mesure 55 mètres de haut et une superficie de 26 m sur 73 m au sol. Montréal exporte 60 millions de boisseaux par année vers 1913 et un agrandissement déjà prévu au contrat du Grand Tronc se met donc en branle. On fait donc appel une fois de plus a Metcalf qui depuis, a modifié sa façon de construire ses silos. C’est le béton armé qui est retenu cette fois-ci, l’annexe sera d’une capacité de 1 million répartie dans 28 silos de béton.

elevateurb

1920, la solvabilité du Grand Tronc est à ce moment dans l’histoire boiteuse et cette dernière est sur le point d’être annexé à la nouvelle entité gouvernementale, le Canadien National Railway. Les autorités du port prennent alors la responsabilité de l’élévateur B et ils y font construire une nouvelle rallonge. En tout, 32 nouveaux silos en béton armé d’une capacité de 32 000 boisseaux chacun sont ajoutés ce qui offre une nouvelle capacité totale de 3,5 millions de boisseaux. En même temps, dans Hochelaga on construit l’élévateur no 3 démontrant une mouvance vers l’est des installations portuaires. Dernier agrandissement en 1957, on ajoute alors 15 silos de béton armé, mais encore une fois, utilisant de nouvelles technologies et atteignant une capacité finale de plus de 5 millions de boisseaux. C’est maintenant prêt de 60 ans d’évolution que l’on retrouve dans les installations du silo no 5, nom qui lui sera donné en 1963 quand la commission du port reconfigure ces installations. Certains iront jusqu’à dire que l’on doit à cette structure du port de Montréal la colonisation réussie de l’Ouest canadien, que sans cette évolution aux marchés d’exportation, les prairies n’auront jamais eu la prospérité espérée. En 2016, cet argument est débattable et c’est peut-être pour cette raison que les résidents des provinces des prairies nous en veulent de refuser leur pétrole, mais ça, c’est une tout autre histoire et je m’égare de mon sujet premier.

Photo Musée McCord
Photo Musée McCord

À la fin des années 1970, la chute de plusieurs des grands ports de l’est du continent, dont celui de Montréal est imminent. L’élévateur no 2 est détruit en 1978 devant le Marché Bonsecours et le silo no 1 aura le même destin en 1983, ouvrant ainsi l’horizon sur la ville cachée depuis le début du siècle. Les marchés se tournent vers l’Asie au lieu de l’Europe et c’est la côte ouest qui en tirera les avantages. Le silo no 5 restera en fonction, mais grandement ralentit jusqu’en 1994 quand l’élévateur B-1 verra finalement ses derniers wagons. Depuis un peu plus de 20 ans maintenant que ce mastodonte dort tranquille sur la Pointe-du-Moulin-à-vent attendant une nouvelle vocation. Or, voilà est le problème, il n’est pas facile de trouver une nouvelle vie à un bâtiment d’un demi-kilomètre de béton armé et de 206 silos. Sans compter que probablement la moitié de la population aimerait voir cette structure imposante disparaître comme on l’a fait avec ces petits frères.

Même si ce n’est plus les belles années, le grain et la farine sont toujours populaires dans les différentes installations de Montréal. Bien sûr, il y a la minoterie ADM plus communément appelée l’élévateur à farine Five Roses construite en 1941. Les silos de la Canada Maltage (1969) sur le quai Bickerdike, les silos d’entreposage de la Cereal Foods Canada (1972) de la rue Oak et la minoterie Robin Hood Horizon Milling dans sur la rue Notre-Dame dans le sud-ouest. Dans l’est de la ville ont compte sur les silos de la compagnie CanEst Transit et le plus grand des grands élévateurs actifs, l’élévateur no 4 dans le terminal Hochelaga.

Alors devons-nous le détruire, le réduire, le garder dans son intégrité? Le silo représente le passé industriel de Montréal, du canal de Lachine jusqu’à l’ouverture de la voie maritime. Il demeure le dernier témoin d’une époque de croissance exaltante qui a transformé l’économie canadienne. Maintenant propriété de la Société Immobilière du Canada qui possède aussi le Vieux-Port, les idées et les projets passent un après l’autre sans réaction des propriétaires. On y voit à quelques reprises le déménagement, des fois partielles, d’autres fois complètes du Musée d’Art Contemporain. Il est possible de passer de condos de luxe à coopérative d’habitation selon l’humeur du moment et il y a même eu un projet de casino. Plus récemment, c’est un projet d’hôtel qui a piqué la curiosité de certaines personnes et même le déménagement du siège social de l’ONU. Pendant que Mme Phyllis Lambert donne une cote de 0 à la Maison Radio-Canada d’un côté, le grand architecte Le Corbusier s’extasie devant les grands silos nord-américains nommant spécifiquement le Silo no 5 dans son livre « Vers une architecture »

Plusieurs grandes firmes d’Architectes de Montréal ont offert leurs suggestions pour le site. Voici deux exemples des architectes Saucier + Perrotte et de Menkes, Shooner, Dagenais et Letourneux.

Les projets de S+P et de MSDL
Les projets de S+P et de MSDL

Il est possible de tirer plusieurs exemples de reconversion de ce type de silos à grain. Marseille a transformé ses silos en salle de spectacles. Une université d’Ohio utilise un ancien hôtel comme résidence étudiante directement dans les anciens silos de la compagnie Quaker et oui, chaque chambre est ronde. Même chose pour Oslo.

Salle Le Silo de Marseille
Salle Le Silo de Marseille
Résidence étudiante en Ohio
Résidence étudiante en Ohio
Résidence étudiante à Oslo
Résidence étudiante à Oslo

Plus prêt de nous, le silo Redpath a été transformé en centre d’escalade par l’équipe d’Allez-up.

Photo tirée de la Page Facebook d'Allez-up.
Photo tirée de la Page Facebook d’Allez-up.

Ce n’est pas tout, il y a un autre élévateur à grain qui aura besoin d’attention très bientôt, soit les silos de la Canada Maltage rue Saint-Ambroise. Construit à la même époque il est un rare spécimen de silo en terre cuite, mais demeure dans un piètre état en ce moment.

De retour au numéro 5, le bâtiment est protégé par le patrimoine bâti et sa démolition serait plutôt compliquée et doit donc être conservée. Mais jouons le jeu, disons que l’option de le détruire est sur la table cela ouvrirait une vue sur Habitat 67 qui d’un côté architectural, est beaucoup plus attirant à l’œil que les silos de bétons. Cela aurait sûrement un effet libérateur en quelque sorte sur la partie ouest du vieux port et malgré la présence encore active d’un certain degré d’industrialisation sur le quai Bickerdike. La vue pour les croisiéristes arrivant à coup de grands navires sur la nouvelle jetée Alexandra ne pourrait être qu’améliorée. Au lieu de dépenser 500 millions pour reconvertir l’élévateur, pourquoi ne pas tout simplement prendre cet argent et verdir ce coin? Le résultat de ce type d’intervention est considérablement réussi quand l’on regarde le Bassin Peel par exemple. Nous avons qu’à regarder de vieilles images d’archive pour voir a quel point cette section du port est illuminée sans l’ombre de l’élévateur. Créons un endroit comme le parc de la Cité-du-Havre où tous peuvent se rendre pour un BBQ entre ami ou en famille, un parc linéaire digne de ce que la région touristique du vieux port et du Vieux-Montréal se doit maintenant d’offrir.

Pendant que nous y sommes, je voudrais pouvoir attirer votre attention sur une des œuvres d’art les mieux cachées de Montréal, rares sont ceux qui savent l’existence de cette croix de métal de l’artiste Robert Roussil. Sculpture en fonte de 15 m de haut de conception modulaire, l’œuvre est originalement commandée par le ministère des Transports du Québec et est installée sur la tour de contrôle routier au-dessus de l’Autoroute Ville-Marie. Dans la foulée de la construction du siège social de l’OACI au même endroit, la sculpture est démontée et réinstallée à l’extrémité de la jetée Pointe-du-Moulin-à-vent où elle se trouve depuis 1997.

Oeuvre de l'artiste Robert Roussil
Oeuvre de l’artiste Robert Roussil

En 2010, la Société Immobilière du Canada nouvellement propriétaire de la jetée ouvrait sa boîte à suggestions et offrait l’opportunité pour tous de partager leur opinion sur l’avenir de l’élévateur. Le vice-président responsable du Québec à cette époque, Cameron Charlebois affirmait dans tous les grands médias « Les frais sont importants. On ne dormira pas sur nos lauriers, on commence le dialogue tout de suite », en ajoutant que le projet devrait être bouclé pour 2017. J’aimerais vous rappeler que dans ce monde, 2017 c’est demain, et que les chances de voir quelque chose arriver avec le mastodonte reste plutôt mince, sauf peut-être y voir des gens faire du camping dans un environnement un peu bizarre.

Les tentes de luxe Otentik de Parcs Canada
Les tentes de luxe Otentik de Parcs Canada

Dernièrement le débat s’est levé avec l’incendie qui a mené à la démolition d’un entrepôt patrimonial de la rue Wellington dans le Vieux-Montréal et dans l’incendie du Théâtre Snowdon. Qu’attendons dont nous pour mettre de l’avant notre histoire? Que faisons-nous des promoteurs qui laissent leur bâtiment périr jusqu’à tant qu’une étincelle les aides dans leurs plans ou que la ville décide qu’un bâtiment est devenu trop dangereux et qu’il doit être démoli? Ces propriétaires d’édifices patrimoniaux doivent prendre les choses au sérieux et avant de voir d’autres incidents de la sorte, il est important de sonner l’alarme sur le sujet. Autant que je sois un fan fini de ces nouvelles tours qui se pointe dans l’horizon dans le nouveau quartier des gares, autant que j’aimerais mettre de l’avant notre passé industriel. Question de nous rappeler que Montréal a déjà été la capitale industrielle du Canada et peut-être inspirer nos dirigeants à répéter les bons côtés de l’histoire pour une fois.

Vu du port de Montréal de l'élévateur B. Photo Musée McCord, fonds William Notman.
Vu du port de Montréal de l’élévateur B. Photo: Musée McCord, fonds William Notman.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l’histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.