Le hockey mineur est-il la cause de la discrimination des Québécois

que mis en echec

Bob Sirois a publié un livre s’intitulant Le Québec mis en échec, La discrimination des Québécois dans la LNH.  En utilisant une panoplie de statistiques et de témoignage de personnes impliquées dans le milieu.  Humm, il y a une époque que c’était vrai et extrêmement visible.  Pour aujourd’hui, il y en a un peu, mais pas au même niveau.  La qualité des joueurs sortant du Québec a grandement diminué.  Le noyau du problème est la mauvaise évolution du hockey mineur dans toute la province.

Nos bénévoles ont beaucoup de cœurs et donnent beaucoup de leurs temps.  L’effort n’est pas à blâmer.  La compétition a été très diminuée par le retrait des équipes de haut niveau en bas âge, sous prétexte que c’est un jeu et c’est pour s’amuser.  Je m’excuse, mais dans d’autre sport (patinage artistique par exemple), ils n’ont pas diminuer l’importance de la compétition.  Le hockey est une école sur la vie.  Au hockey parfois tu connais les joies de la victoire, tu apprends à composer avec la défaite, à travailler en équipe, apprends à surmonter tes erreurs.  N’est-ce pas ce que l’on vit dans notre vie d’adulte?  C’est une pratique des épreuves de la vie future, de plus, les parents sont là pour les encourager, les consoler, les aider.

Au Québec: il n’y a pas de mise en échec avant la catégorie bantam élite, à la catégorie novice il n’a plus de niveau élite (double lettre AA, BB, CC), à la catégorie atome ils ont enlevé le niveau AA.  Cela nous donne une image de fragilité physique et surtout mentale.  Ce n’est pas l’intention des dirigeants, malheureusement on ne contrôle pas l‘image qu‘on projette.  À ton vraiment besoin de protéger nos jeunes ainsi.  Par la suite, nos jeunes arrivent au niveau supérieur avec “une coche” en retard sur les autres.

Pour compenser le manque de compétition, il faut donner de meilleurs outils à nos jeunes en bas âges.  Tout commence à la base.  Des cours aux bénévoles sur les techniques de patins, sur le conditionnement physique et naturellement incorporer le tout pour que ce soit quand même amusant pour les enfants.  Nos bénévoles aiment bien le hockey, mais cela n’en fait pas des connaisseurs pour autant.

Pour ce qui est des témoignages d’insultes reçu pendant les parties de la LNH, je prends cela avec un grain de sel.  Me faire traiter de Frenchy ne me dérange pas.  Je suis fière d’être francophone.  Se faire traiter de fucking frog pendant une partie serait pire que de se faire traiter de piece of shit ou ass hole???

N’importe qui peut utiliser des statistiques pour leur faire dire ce qu’ils veulent.  Oui, il y a un préjuger envers les hockeyeurs Québécois, mais pas à l’image odieuse que Bob Sirois dessine avec ses statistiques.  Il semble oublier de vérifier l’évolution de l’enseignement du hockey au Québec durant ces dernières années.  Il y a quelques programmes en place au hockey mineur, mais c’est seulement dans plusieurs années que nous allons pouvoir en mesurer les retomber.  Pour l’instant, il faut donner plus d’outils aux bénévoles et moins de maternage aiderait à redorer notre image.

Commentaires

Écrit par :