Le Galopant: 132 ans de carrousel

Quand le forain Léon Bolland a créé son carrousel à Liège en 1885 pour amuser les fêtards et les enfants, je me demande s’il savait que le manège se retrouverait 132 ans plus tard à Montréal.

Je ne vous raconterai pas de mensonges, je ne suis pas allé à La Ronde depuis au moins dix ans. Même à l’époque où j’y suis allé, je n’aurais pas visité la section pour les enfants de toute façon. Il m’était donc complètement inconnu que le parc de l’île Sainte-Hélène avait dans sa collection le plus vieux carrousel galopant au monde. Étant le genre d’histoire que j’aime rechercher, je me suis mis à fouiller pour plus d’info et croyez-moi, ce carrousel à voyagé.

Période belge
Son histoire débute en Belgique en 1885 quand Léon Bolland crée un carrousel où les chevaux sculptés par Jules Moulinas semblent galoper au bruit de l’orgue grâce a un système de rails rarement vu. L’idée du carrousel n’est pas nouvelle, à l’époque par contre les chevaux étaient fixes ou allaient simplement de haut en bas pour offrir un peu d’excitations. Les rails de celui-ci actionnent les pattes des animaux pour simuler le galop, d’où son nom, Le Galopant.

Selon le Musée de la Vie Wallonne, l’appareil a un diamètre de 12,20 m et une hauteur de 7,62 m. Il comprend 24 chevaux et 4 gondoles oscillantes. À l’origine, il est actionné par une machine à vapeur de la firme J. Lejeune-Chody de Liège. Une locomobile avec dynamo fournissait le courant des ampoules électriques. Un orgue à cartons perforés, provenant des ateliers Marenghi de Paris, assurait l’animation musicale, 327 flûtes, 2 tambours, 2 cymbales et 2 claquettes. Chaque morceau nécessitait le passage de 48 cartons.

Foire à Liège, fin des années 1920.
Photo : Lambert Jamers, 64nywf65.20m.com

Les carrousels de ce type voyageaient, à l’origine, de fête foraine en fête foraine. Ainsi, ils étaient conçus pour être facilement démontables. La corniche constituée de douze panneaux peints et scènes féeriques et de nombreux éléments décoratifs de moulures, de dorures, et de lumières scintillantes se multipliant à l’aide de miroirs. Cette mise en scène dans un style rococo servait tout simplement à cacher mécanismes et structures temporaires fabriquées pour le montage et le démontage rapide du manège.

Le carrousel est vendu en 1932 à Jacques et Mélanie Bairolle, couple très connu dans le monde des foires. Chaque été, de mars à octobre, le Galopant fait la tournée des carnavals et des fêtes en Belgique. Les festivals les plus populaires avaient la chance d’être l’hôte de la famille Bairolle. La saison se terminait chaque année à la Foire d’octobre de Liège, créée en 1595, cette grande kermesse attire encore de nos jours plus de 1,5 million de visiteurs. Le carrousel est jusqu’en 1963, le clou de l’événement où se retrouvent tous les plus importants forains de la région. Dans son mémoire « Mes jeunes saisons », l’écrivain belge Jules D. Coen écrit; « Mais le clou de la foire restait assurément les deux manèges de chevaux de bois, l’un installé sur la place de la Gendarmerie, exploité par Bairolle de Bressoux, l’autre, de Minguet d’Amay… Ils avaient fière allure nos galopants d’autrefois avec leurs parures étincelantes de cuivres et de miroirs… »

En 1962, le père Bairolle à 70 ans et est prêt de la retraite et les enfants, ne sont pas enclins en reprendre le manège de leurs parents. Les Liégeois sont inquiets, le bruit court que leur célèbre « toûrnikèt d’à Bairolle », pourrait bien disparaître. Voici une entrevue plus qu’intéressante du journaliste de la RTBF, Sélim Sasson avec le père et le fils à ce sujet.


Source: Sonuma

Période new-yorkaise
Comme il n’y a pas de fumée sans feu, le 15 mars 1964, Jacques Bairolle, son fils Joseph, son petit-fils et un ouvrier embarquent, au port d’Anvers, avec Le Galopant dans un voyage vers les États-Unis. En 1964 et 1965, New York est l’hôte d’une exposition universelle non sanctionnée par le Bureau International des Expositions.

Durant la période de l’exposition new-yorkaise, les visiteurs ont accès à un modèle du 18e siècle d’un village flamand « authentique ». L’attraction de 100 édifices inclu une réplique de la chapelle Saint-Nicolas à Anvers, un Hôtel de Ville, un pont en pierres et plus de 40 marchands. Ce village a d’abord été vu à Anvers (1930), Chicago (1933) et Bruxelles (1958), mais la grande différence avec celui de New York… le Galopant de Bairolle. L’accès au village belge est tellement spécial qu’il faut débourser des frais supplémentaires. 1,25 $ par adulte, 0,60 $ pour les enfants et les frais ne s’arrêtent pas la. L’accès au carrousel est aussi payant, 1 $ et 0,50 $ pour les plus jeunes. Malgré ces coûts additionnels et peut-être à cause des gaufres, le village attirera prêt de 100 000 visiteurs par semaine et ce, durant toute la durée de l’exposition. En mai 1964, Jacques Bairolle retourne en Belgique et y prendra une retraite bien méritée. Joseph qui était derrière la transaction américaine reste dans le monde des foires avec les autos tamponneuses qui, disons-le, sont plus modernes, plus courues par la foule.

L’expo ferme finalement ses portes sur un fond de controverse en 1965, la plupart des pavillons commandités par des compagnies américaines sont démolis ou déménagés laissant l’Unisphere de Flushing-Meadows une fois de plus toute seule.

Le Galopant dans le village Belge, New York.
Photo: Bill Cotter, worldsfairphotos.com

Période montréalaise
C’est dans le contexte de l’Expo 67 que La Ronde voit le jour. Au moment où le parc Belmont souffle déjà ses 44 chandelles avec des attractions un peu fatiguées, les visiteurs à la grande célébration de l’Expo eux ont le droit à plusieurs nouveaux manèges qui sont plus à la saveur du jour. Voulant ajouter un carrousel antique aux installations, la compagnie canadienne de l’exposition universelle de Montréal met la main le 8 février 1964 sur Le Galopant du village Belge de New York pour seulement 75 000 $.

Nous pouvons voir l’état fatigué des éléments
Photo gracieuseté de La Ronde, Six Flags. 1995

Le Manège est installé durant la durée de l’Expo dans le Carrefour International, non loin du restaurant bavarois, le Beer Garden Löwenbräu. Il est ensuite déplacé en 1968 pour Terre des Hommes, expositions annuelles qui se tiennent sur le site de l’Expo. Il est relocalisé dans le secteur pour enfants, « Le Monde des petits », emplacement plus compatible avec sa clientèle. Les plus vieux se rappelleront que le thème de « Quelle Famille! » à la télé de Radio-Canada de 1969 à 1974 était filmé sur le Galopant (je n’étais pas au monde encore). Finalement en 1984, il est repeint et déplacé pour une dernière fois lorsque l’on procède au réaménagement de La Ronde. 2001, la ville de Montréal vend le parc au groupe américain Six Flags pour la risible somme de 20 millions. Refusant des offres de Paramount Parks et des Parcs Astérix entre autre. Je me rappelle qu’à l’époque, je me demande vraiment ce que va devenir La Ronde entre les mains d’Américains.

Suite à l’expo, des rénovations de 250 000 $ sont effectuées sur le manège, la ville de Montréal est responsable de son entretien. Si entre 1969 et 1978 les travaux sont effectués par un artisan, ils tombent ensuite sous la responsabilité des employés de la ville. Le 1er janvier 1978, l’Association montréalaise d’action récréative et culturelle (AMARQ) est créée. La société paramunicipale sans but lucratif qui devient gestionnaire de La Ronde et par le fait même, responsable de l’entretien du carrousel jusqu’à sa vente à Six Flags. Après la saison 2002, malgré son bon état, mais usé et endommagé par des années de météo montréalaise le Galopant est entreposé en attendant sa rénovation. Il est remplacé par Le Grand Carrousel en fibre de verre, encore sur place aujourd’hui. Cette même année, la compagnie américaine investit presque le prix payé pour le parc en entier et présente sept nouvelles attractions. Près quelques années caché du public, avec un peu de pression d’organismes comme Héritage Montréal, Six Flags, en 2006, décidèrent pour les 40 ans du parc la saison suivante de ressortir le carrousel de son entreposage et de lui offrir une restauration complète.

Expo 67
Durnat la restauration, les chevaux de bois.
Photo gracieuseté de La Ronde, Six Flags. 2006

La Ronde fait appel à des experts en la matière pour effectuer le travail, la compagnie de l’Ohio « Carousel Magic ». Ironiquement, cette compagnie a dû fermer ses portes depuis pour cause de conditions difficiles dans le monde du carrousel. Ébénistes, sculpteurs, peintres, électriciens, mécaniciens, soudeurs, etc. s’assurent que le travail soit fait dans les règles de l’art. Une nouvelle dalle de béton est coulée, les rails sont changés et un bâtiment pour protéger le manège qui fait partie maintenant du patrimoine mondial est érigé.

Photo gracieuseté de La Ronde, Six Flags. 2007

C’est en mai 2007 que l’on fête le retour du Galopant sur son emplacement actuel. Quelques modifications ont été apportées, il manque quelques chérubins qui se trouvaient sur les gondoles (que l’on peut voir sur la vidéo de la RTBF plus haut). Gondoles qui d’ailleurs sont maintenant fixes et n’oscillent plus comme auparavant. Selon certaines opinions, le carrousel est beaucoup plus lent, l’orgue original n’est plus et les nostalgiques trouveront qu’il manque un peu de ce qui lui a fait son charme d’antan, mais reste qu’on parle d’un appareil mécanique de plus de 130 ans, certaines choses sont mûres pour être changées.

À l’aube des 50 ans de La Ronde et après des investissements de prêt de 100 millions $ depuis son acquisition, je ne me demande plus si Six Flags tient à cœur le parc. Reste que j’ai toujours un doute, surtout avec le climat politique actuel au sud de la frontière, qui sait ce qui arrivera. Même après 50 ans, il y a toujours une crainte de voir ce joyau quitter vers un parc peut-être plus important du groupe américain. Une chose est certaine, peut-être que je vais me trouver une raison cet été pour aller visiter La Ronde, juste pour m’asseoir sur un de ses chevaux de bois qui ont voyagé des kilomètres à tourner en rond, et ce, dans trois différents pays transportant des centaines de milliers d’enfants et de parents.

La recherche sur Le Galopant fut des plus intéressantes, autant qu’il y a beaucoup d’information sur ce manège, il semble qu’elles viennent toutes d’un seul site web. 64nyf65.20m.com se consacre à l’expo de New York avec une section entière dédiée au Galopant qui selon ce que nous avons pu lire, est écrit par un ancien forain ayant voyagé avec le carrousel durant sa période belge. Le site tiré directement de la période de l’âge de pierre du web contient quand même beaucoup d’information très intéressant. Je dois aussi remercier le département marketing de La Ronde et Six Flags d’avoir répondu à mes questions, de m’avoir fait parvenir des documents me donnant un accès privilégié à la grande restauration de 2006/2007.

Durant Expo 67
Photo Archives de Montréal, VM94-EX265-091A
Restauration du moteur autrefois à vapeur mais électrique aujourd’hui.
Photo gracieuseté de La Ronde, Six Flags. 2007
Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire