L’avenue du Président Donald-Trump?

Avec ce qui se passe au sud de la frontière et leur nouveau président, nous nous sommes posés une question. Quelle sont les chances de voir une avenue Donald-Trump dans la toponymie de Montréal? Bonne nouvelle, elles sont plutôt minces. Sur les 44 anciens présidents, il y en a que sept salués sur l’île de Montréal.

Qu’est-ce que ça prend?

Une visite dans la métropole ne vous garantit pas un odonyme. Seulement deux présidents américains sont venus en visites officielles à Montréal durant leur présidence à la Maison Blanche. Le 26 juin 1959, la Reine Elizabeth et le président Dwight D. Eisenhower se donnent rendez-vous dans la région Montréalaise lors de la cérémonie officielle pour l’ouverture de la voie maritime. Ensuite, il faudra attendre jusqu’au 25 mai 1967 pour voir le président Lyndon B. Johnson donner un discours sur la Place des Nations de l’Expo 67.

On ne parle donc pas d’histoire d’amour entre les présidents américains et Montréal, ni Eisenhower, ni Johnson ne se retrouvent dans la toponymie de la métropole. Alors, Qui sont ces sept chefs d’état américain qui se retrouvent dans nos rues?

Avenue Madison, Arr. NDG-CDN, James Madison (1751-1836)

Ce chemin d’accès est cédé à la municipalité de Notre-Dame-de-Grâce en 1907 par la West End Land Company. Plus tard, le chemin sera renommé en Avenue Madison, mais il n’y a aucun document officiel sur le changement de nom. S’il est possible que ce président qui a mené les Américains dans la guerre de 1812 ait bien sa place dans la toponymie, d’autres sources mentionneront que la rue porte plutôt le nom de la capitale du Wisconsin, la ville de… Madison, qui de toute façon a été nommé en honneur du président, c’est donc la même chose. Alors pourquoi le 4e président des États-Unis mérite-t-il son odonyme? Les rues voisines ne suivent pas un thème logique et personne n’est en mesure de répondre à cette question. Il se peut donc que le Madison soit simplement un homme important dont l’histoire locale a perdu sa trace.

Abraham Lincoln

Avenue Lincoln, Arr. Ville-Marie, Abraham Lincoln (1809-1865)

Le 16e président des États-Unis qui tient le poste de 1861 à 1865 n’a plus vraiment besoin de présentation. Son règne prendra fin le moment où l’acteur John Wilkes Booth entre sur le balcon où se trouvait le président et lui tire une balle de fusil derrière la tête. Le malheureux événement du Théâtre Ford à Washington D.C. a donc écrit le nom de Lincoln dans les livres d’histoire étant le premier leader américain a être assassiné. Tout le monde le sait qu’il fut le président du début de la fin de l’esclavage au sud de la frontière. Par contre, saviez-vous qu’il a aussi été celui qui a créé le système bancaire américain, a mené l’Union à la victoire dans la guerre civile et qu’il a signé plusieurs lois améliorant la vie de tous les jours pour tous ses citoyens?

Lincoln, je crois, mérite donc sa place dans les rues de Montréal, sa marque sur l’histoire de toute l’Amérique du Nord est indéniable. Faits cocasses, saviez-vous que l’assassin John Wilkes Booth a séjourné à Montréal pour environ dix jours en octobre 1864. Montréal était un point de rencontre important pour l’armée des états confédérés. Les rumeurs veulent que Booth ait planifié l’assassinat pendant sa visite.

Ulysses S. Grant
Avenue Grant, Arr. Pierrefonds-Roxboro, Ulysses S. Grant (1822-1885)

L’avenue est nommée à la mémoire de Ulysses S. Grant, 18e président des États-Unis. Grant eut une brillante carrière militaire au côté de Lincoln avant de devenir président en 1869. Aux É.-U., il est rappelé dans la mémoire collective pour la reconstruction du Sud suite à la guerre de Sécession. Grant eut aussi une grande politique pro-amérindienne et sous sa présidence, le chemin de fer transcontinental fut complété. Mais il est difficile de ne pas parler de la grande dépression économique de 1873 qui, même si elle fut surtout européenne, est venue teinter sa présidence.

Autre qu’il fut une personne importante dans l’histoire des États-Unis, je ne sais tout simplement pas pourquoi il a sa place dans notre toponymie. La lignée de rues de ce quartier de Roxboro porte pour la plupart des noms de militaires importants en Harwood, Montgomery, Général-Brock, Baldwin et Arnold. Peut-être que Grant méritait sa place parmi ces grands amiraux et généraux britanniques.

Rue Roosevelt, Kirkland, Theodore Roosevelt (1858–1919)

Gagnant d’un Nobel de la paix, Theodore Roosevelt a une importante participation dans le traité officialisant la fin de la guerre russo-japonaise. Durant sa présidence, les États-Unis reconnaissent l’indépendance du Panama sur la Colombie et obtiennent le contrôle du fameux canal. 26e président des États-Unis entre 1901 et 1909, il est souvent reconnu plus pour sa participation aux actions internationales que locales. Dans la culture populaire, le «teddy» de «teddy bear» est nommé en son honneur, la légende raconte que lors d’un voyage de chasse en 1902, Roosevelt refusa de tirer un ours sans défense qui avait été attaché à un arbre. Je ne sais pas la relation entre Kirkland et Roosevelt et la raison de sa présence dans la toponymie de cette ville de l’ouest de l’île, mais Theodore Roosevelt mérite tout de même cette accolade.

FDR
Avenue Roosevelt, Ville de Mont-Royal, Franklin D. Roosevelt (1882–1945)

L’autre Roosevelt, Franklin D, aussi appelé FDR, est le 32e président du pays. Il est reconnu pour son New Deal qui a eu pour but de contrer la dépression de 1929 et il est un personnage important de la Deuxième Guerre mondiale. C’est celui-ci qui sera entraîné dans la 2e Grande Guerre suite à l’attaque sur Pearl Harbor par les Japonais. Il est élu pour quatre mandats de 1933 à 1945 et il décède durant le dernier suite à une longue maladie. Son vice-président et successeur, Truman sera celui qui appuiera sur le bouton rouge quelques mois plus tard.

Voir cet odonyme dans les rues de Mont-Royal n’est vraiment pas surprenant, TMR possède plusieurs noms de rues rappelant les grandes guerres et ses protagonistes. La bataille de Dunkirk, Winston Churchill et Bernard Law Montgomery n’en sont que quelques exemples.

Harry Truman
Rue Truman, Arr. Verdun, Harry S. Truman (1884-1972)

Truman est certainement reconnu pour avoir mis fin à la 2e Grande Guerre en autorisant les bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, tuant presque 200 000 personnes. Mais on lui doit aussi le Plan Marshall reconstruisant l’Europe après la guerre et il commande les États-Unis dans la guerre de Corée. En général, ses deux mandats à la tête du pays furent dans un moment où la guerre était une option viable.

La rue Truman se trouve dans le quartier Crawford Park de Verdun, un quartier qui à l’époque se voulait peu dispendieux et offrait l’accès à la propriété aux anciens combattants de la 2e guerre mondiale. Le lien avec Truman, parallèle au parc Reine-Élizabeth n’est donc pas vraiment surprenant.

JFK
John F. Kennedy (1917-1963)

Je ne vous dirais pas que j’ai gardé le meilleur pour la fin, mais je dois dire que Kennedy est plus que présent dans la toponymie de la ville. la plupart d’entre-vous connaissez son histoire et je n’en ferais pas un grand récit ici. John Fitzgerald Kennedy fut assermenté au poste de 35e président des États-Unis en 1961 après sa victoire contre Richard Nixon aux élections de 1960. Deux ans plus tard, le 22 novembre 1963, au moment que le cortège présidentiel traverse les rues de Dallas, Lee Harvey Oswald assassine le président de la fenêtre d’un immeuble surplombant le parcours. Sa carrière politique fut plus que prolifique, des réussites comme le lancement de la course vers l’espace avec l’URSS à de cuisantes défaites comme le débarquement de la baie des Cochons contre Cuba. Et ce, passant par la guerre froide avec l’Union Soviétique et le traité d’interdiction partielle des essais nucléaires. Intéressant, comme Booth avec Lincoln et selon l’agence douanière américaine, Oswald aurait passé quelques jours à Montréal quelques mois avant l’assassinat de JFK pour distribuer des tracts pro-cubain.

Dans notre toponymie, JFK c’est l’avenue du Président-Kennedy dans Ville-Marie, c’est la rue John-F.-Kennedy à LaSalle et la Place Kennedy dans Dorval. C’est 18 autres odonymes partout dans la province en plus de la désignation d’une partie de la route 173. De retour à Montréal, on retrouve dans le quartier de St-Michel l’école John F. Kennedy, une importante école secondaire pour la communauté anglophone de l’île et un parc dans Outremont. Nous nous sommes sérieusement demandé pourquoi toute cette place laissée à un président qui, malgré son importance pour les Américains, n’a vraiment rien eu comme connexion directe ou indirecte avec Montréal.

Pourquoi tant d’admiration alors?

Premier président «télévisé» si je peux le dire ainsi, étant une des personnalités les plus marquantes du 20e siècle, je comprends son importance. Je me suis tout de même tourné vers la Commission de Toponymie du Québec pour leur poser la question directement. ProposMontréal a reçu une réponse très intéressante et très rapide de M. Le Blanc, conseiller en relations publiques et porte-parole pour l’organisme provincial. «La présence de J.F. Kennedy dans la toponymie révèle l’importance de cette personnalité politique dans la culture québécoise des années 1960. D’origine irlandaise, JFK était le premier président catholique, caractéristique importante dans un Québec, encore religieux, des années 1960. Il était perçu comme un politicien en marge de la politique traditionnelle. Les Américains voyaient en lui celui qui allait réformer les droits civiques vers une meilleure justice sociale. Son assassinat a été un événement tragique pour toute une génération».

Président Kennedy à Dallas.

Assassiné le 22 novembre 1963, c’est que quelques jours plus tard, le 4 décembre, que le gouvernement du Québec adopte un arrêté en conseil (no 2119) pour rappeler son souvenir dans la toponymie. Celle-ci se lit ainsi; «Attendu que la mort brutale du jeune et brillant chef d’État américain, John F. Kennedy a vivement affecté la population québécoise; attendu qu’il y a lieu de rappeler sa mémoire en donnant son nom à la route Lévis-Jackman, qui est la voie la plus directe entre la capitale de la province et le lieu de naissance du Président Kennedy en Nouvelle-Angleterre, il est proposé en conséquence, sur la proposition du premier ministre: Que, en hommage à la mémoire du Président John F. Kennedy, la route Lévis-Jackman soit désormais désignée sous le nom de “Président-Kennedy”».

Le 9 janvier 1964, à Montréal, le comité exécutif vote en faveur de nommer une nouvelle artère actuellement en construction au nom du président. On peut lire dans La Presse du lendemain, «Par suite d’une décision prise hier après-midi, par le comité exécutif de l’hôtel de ville, il y a maintenant à Montréal une artère baptisée “avenue du président Kennedy” (appellation en français seulement). Ainsi a été baptisée la nouvelle
artère en voie d’aménagement au nord des rues Ontario et Burnside, de la rue St-Urbain, vers l’ouest, jusqu’à la rue Victoria».

Je suis convaincu suite à cette lecture que Kennedy est probablement, de notre liste de chefs d’état, celui qui mérite le plus son espace dans les rues de notre ville.

J’ai oublié quelqu’un?

Il y a bien la présence des rues Clinton, Pierce ou Buchanan dans la ville de Montréal et même si ces noms pourraient aussi rappeler ceux de présidents américains, elles furent toutes nommées en l’honneur de personnalités locales. Dans l’ouest, la ville de Pointe-Claire a deux rues aux noms de Jefferson et Jackson, mais je n’ai pas été en mesure de les lier à Thomas Jefferson ou à Andrew Jackson respectivement parce que personne de la ville a été capable de répondre à mes questions.

À la fin de l’exercice, si ce n’est qu’ils étaient des hommes d’état américains, je n’ai pas été capable de comprendre entièrement pourquoi ces personnages qui n’ont jamais mis les pieds ici ont été honorés de cette façon. Autres époques, autres mœurs faut croire. Verra-t-on un autre président apparaître sur une plaque odonymique de Montréal? J’en doute, vous pouvez donc dormir tranquille, il n’y aura fort probablement jamais d’avenue Donald-Trump. Surtout avec cette poussée méritée de la part de Toponymie Montréal vers les noms féminins, vous avez plus de chance de voir une rue au nom d’Eleanor Roosevelt, de Barbara Bush ou de Michelle Obama qui à leur manière ont aussi marqué l’histoire en tant que première dame et souvent plus que leur époux.

Avez-vous une idée de thème toponymique que vous aimeriez que l’on couvre? Faites-nous-en part sur nos différents médias sociaux ou par courriel, ce sera un plaisir de prendre toutes vos suggestions en compte lors de notre prochaine chronique des rues de Montréal.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.