la légende de Joe Vincent

Temps de lecture approximatif de 7 minutes
Écoutez cet article

Des célébrités légendaires de Montréal, il y en a des centaines, pensez Maurice Richard, Oliver Jones, Oscar Peterson ou même William Shatner. On néglige par contre trop souvent ses héros qui ont laissé leur marque à un degré plus local, Joe Beef, Louis Cyr ou Ida Steinberg par exemple. Que ce soit sportif, culturel ou en affaires, toutes ces figures ont un statut particulier dans nos archives, peu importe à quel niveau. De l’autre côté du spectre, vous retrouverez ces légendes que l’histoire a malheureusement mises de côté ou tout simplement oubliées et aujourd’hui, je vous parle d’un de ses personnages, le Canotier Joe Vincent.

Joe Vincent (Au centre) encourageant les participants à une course de chaloupes.
Joe Vincent (Au centre) encourageant les participants à une course de chaloupes.
BAnQ: L’Opinion publique, Vol. 9, no 3 (17 janvier 1878), p. 27

Je tiens à préciser d’emblée que c’est grâce au blogue « Les Quatre Saisons » du réputé historien Jean Provencher que je fais la découverte de notre protagoniste. Je dois donc remercier M. Provencher de m’avoir permis de commencer mes recherches sur le dos des multiples articles qu’il a lui-même publiés depuis 2014. Tous les liens et ressources se retrouvent en bas de page.

« Mercure avait son caducée, Neptune son trident, Hercule sa massue, Joe Vincent à son aviron. » Voici la comparaison qu’écrivait le journal L’Opinion Publique le 5 août 1875, malgré cette liste, le même texte nous rappelle, Vincent n’a rien d’extraordinaire, sauf ses talents de batelier.

Gravure par Henri Julien de Joe Vincent
L’Opinion Publique, 5 avril, 1875

Ses origines

Joe Vincent est né à Verchères en 1839 sur la ferme familiale. Mais ce n’est pas la terre qui l’intéresse, c’est les rives du fleuve, les canots et l’appelle de l’eau qui piquera sa passion. Comme quoi nous sommes définitivement à une autre époque, il quittera la Rive-Sud à l’âge de douze ans pour venir s’installer à Montréal et trouver un emploi comme canotier sur le chantier de ce qui deviendra le pont Victoria.

Ses tâches consistaient à escorter les entrepreneurs aux différents endroits sur l’immense chantier. Une occupation ardue qu’il fera pendant 6 ans et qui n’était pas pour le premier arrivé. C’est durant cette période de sa vie qu’il fera la découverte de sa destinée. Pendant ces six années à naviguer le fleuve, il ne sauvera rien de moins qu’une douzaine de personnes de la noyade.

Vers 1860, avec l’inauguration du pont Victoria, Joe devient homme d’affaires et démarre un commerce de location d’embarcations situé sur le quai Jacques-Cartier. Si pendant l’été, les eaux sont calmes, on ne peut pas en dire autant lorsque vient le temps de la fonte des neiges ou à l’automne quand la glace fait son apparition.

Port de Montréal 1880
Le port de Montréal en 1880
Archives de Montréal, BM42-G1497

Une raison d’être

« Joe Vincent c’est ce solide gaillard au torse herculéen, aux bras musclés, à figure bronzée et aux traits énergiques. » Cette description du personnage dans le texte de L’Opinion Publique vous donne certainement des images dignes d’un film de Marvel. En plus de son commerce, c’est à lui que revenait la tâche de tracer le chemin que devait emprunter le pont de glace entre Longueuil et l’île de Montréal, car notons que le nouveau pont tubulaire sur lequel il avait lui-même travaillé n’était que ferroviaire. Il est aussi facteur vers l’île Ste-Hélène.

On peut lire dans le L’Ile Ste Hélène, passé, présent et avenir : géologie, paléontologie, flore et faune publié en 1876. « Quant au service des postes, c’est notre chaloupier et sauveteur bien connu de Montréal, Joe Vincent, qui, entrepreneur du contrat, remplissait les fonctions de facteur quotidien. »

À ce moment précis de notre histoire, personne ne connaît cette partie du fleuve comme Joe, c’est exactement cette compétence qui fera de lui un héros, comme le décrit si bien ce texte paru dans La Patrie le 13 avril 1896.

La Patrie, 13 avril, 1896

Un drame sur la glace en face de la ville,
Six jeunes bambins partis à la dérive sur un bloc de glace
Un courageux sauveteur.

Vers cinq heures, samedi, au moment où la glace a commencé à se mettre en mouvement, six petits garçons, qui allaient ramassé des chiffons dans les déchets que l’on vidait sur la glace vers le milieu du fleuve, se sont trouvés pris sur un bloc de glace qui s’est détaché et s’est mis à suivre le courant.

Les commerçants du marché Bonsecours suivaient dans les fenêtres de leurs étaux respectifs les péripéties de ce drame qui se déroulait sous leurs yeux.

Les bambins, qui avaient tout d’abord pris leur mésaventure par le bon côté, en voyant leur embarcation suivre le courant avec des cahots inquiétants, se mirent à pousser des cris déchirants.

Le bureau central de police ne parvenait plus à répondre aux appels du téléphone.

Le détective Lafontaine en compagnie de cinq constables se rendit jusqu’au port, mais arrivé sur le mur de revêtement, il s’aperçut qu’il n’y aurait pas moyen d’arriver jusqu’aux jeunes imprudents littéralement affolés par l ‘épouvante.

On eut recours à Joe Vincent qui est toujours l’homme des circonstances désespérées. Joe mit un canot à la disposition de la police.

Un nommé Guillaume Livernois, marchand de fruits au marché Bonsecours, se chargea de la chaloupe et, après des péripéties nombreuses, il parvint à rejoindre les jeunes imprudents et à les ramener sains et saufs sur la terre ferme.

Les enfants ont été reconduits par la police chez leurs parents.

En voulez-vous, en v’là

  • 1854-1860: Douze personne durant la construction du pont Victoria
  • 1855: Un homme au nom de Stewart
  • 1863: Deux homme dont un soldat du corps des infirmiers.
  • 1864: Le capitaine McPherson. officier du 30e régiment,
  • 1866: Un jeune homme
  • 1869, Deux frère au nom de Laflamme
  • 1871: Deux homme dont Charles Lauzon.
  • 1872: Le capitaine du R.C. Cook, Capitaine Turner
  • 1875: 18 personnes dans une embarcation en détresse entre Montréal et l’ïle Ste-Hélène.

Cette liste de sauvetages tirée du même article de L’Opinion Publique nous prouve bien que multiples vies furent changées par la simple présence de Vincent sur les berges du fleuve. En plus, notons que nous arrêtons ici à 1875, il lui reste plus d’un quart de siècle d’actes de bravoure à ce moment dans notre récit.

Inondations dans le port de Montréal, 1886
Inondation en 1886
Archives de Montréal, VM94-Z1807

Durant les nombreuses inondations de la fin du 19e siècle, il met à la disposition des autorités sa flotte de 21 chaloupe et même son bateau à vapeur. Même en 1900, lors ce qui semble être un de ses derniers sauvetages importants, les médias se demanderont pourquoi aucune médaille ne lui a encore été décernée.

Les exemples de sa notoriété son régulièrement mentionné dans les journaux locaux comme ici dans La Presse du 19 avril 1885. « La rue était inondée. Le capitaine Buckingham, du corps de sauvetage, voyant qu il ne pouvait rien faire avec ses voitures, envoya chercher une chaloupe chez Joe Vincent. L’arrivée du canotier fut saluée par les applaudissements de milliers de personnes. »

La Presse du 19 avril 1885

Mars 1900

Une tempête s’abat sur Montréal durant laquelle une équipe menée par notre héros aura du fil à retordre pour venir en aide à deux hommes qui venait de partir du port pour atteindre l’île Ste-Hélène. Il déclare à La Presse que ce fut le sauvetage le plus difficile de sa carrière.

« Depuis plus de quarante ans que je fais le métier de sauver les imprudents aussi bien que les personnes victimes de quelque accident, dit M. Joe Vincent, je n’ai jamais éprouvé autant de difficultés ; je n’ai jamais eu à lutter avec autant de désespoir contre les éléments déchaînés. La tempête d’hier est la plus terrible que j’ai encore vue, et je suis convaincu que les deux hommes, pour le sauvetage desquels nous courrions les plus grands risques, étaient infailliblement perdus, si nous ne nous étions pas portés à leur secours. Partis vers 6 heures dans une chaloupe, nous n’avons pu atterrir qu’à 9 ¼ heures. »

Romantisé

Joe Vincent est tellement réputé qu’il fait même son apparition dans les romans de l’époque. « Un revenant » écrit en 1884 raconte l’histoire d’un homme ayant quelques problème et dès le début du livre, cherchent à s’enlever la vie.

« C’est alors que Léon se sentant déshonoré, perdu dans l’estime de sa fiancée, ne voyant aucune issue pour sortir du cercle de fer qui l’étreignait, avait sous l’empire d’une immense surexcitation nerveuse, voulu chercher le repos et l’oubli dans le suicide. Cette ressource suprême des malheureux qui perdent la foi ou la raison. Chez Léon, l’une et l’autre s’étaient momentanément obscurcies et il s’était jeté à l’eau sans se rendre bien compte de ce qu’il faisait. C’était lui que Joe Vincent et ses hommes avaient repêché près du quai Bonsecours par cette nuit pluvieuse de mai 1864. »

Le journal satirique « Le Canard » utilise régulièrement les canots de Joe pour rire de la flottille militaire britannique les comparants l’un et l’autre. Son nom est tellement connu de tous, que même les résidents de Kahnawà:ke parlent de lui comme un frère puisqu’il baragouine Mohawk et a une peau un peu plus foncée.

La fin d’une époque

« Le brave batelier que tout le monde a connu et estimé, Joe Vincent, est mort subitement hier matin, à sa résidence, 135 rue du Bord de l’eau. » Voilà ce qu’on pouvait lire en première page de La Patrie du 9 mai 1902 suite au décès du personnage à l’âge de 64 ans.

La Patrie du 9 mai 1902

Aimé de tous, peuple Canadien-Français, militaire anglais autant que par les Amérindiens. Joe Vincent décédera étonnamment célibataire ne laissant aucun descendant à qui raconter ses histoires et une somme considérable de 80 000$. Il ne le faisait pas pour être un héros ou pour avoir des admiratrices, il le faisait parce que c’était dans sa nature.

Le grand oublié

Quelque 117 ans après son départ, Joe Vincent est plus où moins oublié de l’histoire de Montréal. Juste à taper son nom dans un outil de recherche pour y trouver très peu d’information sur l’homme qui aura sauvé des eaux autant de personnes.

Si en 1885, le ministre de la Marine reconnaît le travail de Joe en lui remettant une montre de poche et une chaîne en or comme mentionné dans le Daily Evening Mercury du 22 juillet 1885, nos élus actuels ne connaissent probablement pas son nom.

C’est pour cette raison que je joins ma voix à celle de M. Jean Provencher et que je demande qu’on reconnaisse la vie et l’œuvre de Joe Vincent. Que ce sot une simple plaque, d’un monument ou d’un toponyme. On honore trop souvent des personnalités ayant moins marqué l’imaginaire montréalais et à ce titre, Vincent a une réelle place dans l’Histoire avec un grand H.

Qu’en pensez vous M. Shatner ?

Sources

Inspiration
Les Quatres Saisons par Jean Provencher

Quelques articles de journaux.
L’Opinion Publique, 5 aoùt, 1875
La Feuille d’érable, 10 juillet 1880
Daily Evening Mercury du 22 juillet 1885
La Presse du 19 avril 1885.
La Presse, 15 septembre, 1896
Annonce de son décès dans Le Courrier de St-Hyacinthe, 10 mai, 1902

Vidéo de la semaine

Cette semaine, notre « Saviez-vous que» vous présente le melon de Montréal. Saviez-vous que nous avions sur l’île un des meilleurs melons au monde ?

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet, Martin n'était même pas nés à l'époque de 99% des sujets discutés de ce site. Il aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.