La gare de la rue McGill

Temps de lecture approximatif de 3 minutes

L’architecture de la rue McGill entre les rues de la Commune et Saint-Jacques dans les limites ouest du Vieux-Montréal raconte des histoires intéressantes. Des immeubles de toutes les époques s’entrecroisent de la fin du 19e siècle allant jusqu’à 2005.

La rue McGill, vers 1930
La rue McGill, vers 1930
Archives de Montréal, VM94-Z24

Quelques banques y installent leurs sièges sociaux, comme la Eastern Township bank (1909) ou Toronto-Dominion (1960). Mais McGill est avant tout la rue des boutiques, on y retrouve les premiers magasins-entrepôts à utiliser leurs vitrines pour présenter les produits à la mode. Sérieusement, je pourrais écrire sur pratiquement tous les édifices de cette rue sans manquer de sujets.

Par contre, ce qui a retenu mon attention lors de ma plus récente visite se veut tout le contraire de ce que je viens de raconter. Je parle aujourd’hui du plus petit building de la rue toute entière. Un immeuble tout mignon qui du haut de son unique étage n’a certainement pas le panache de ses voisins. Pourtant il raconte une histoire tout aussi intéressante. Celle des premiers trains de banlieue.

La gare originale de la M&SC Railway, 1925
La gare originale de la M&SC Railway, 1925
Bibliothèque et Archives Canada, PA-165219

La Montreal & Southern Counties Railway

Le petit immeuble de brique rouge qui au moment d’écrire ces lignes, loge une pizzeria se trouve techniquement sur la rue Marguerite-d’Youville à l’intersection de la rue McGill. Si dans un temps normal vous pouvez vous y asseoir et profiter des excellents glucides italiens, entre 1909 et 1956, ce sont plusieurs trains par jour qui y trouvent refuge.

La compagnie de la Montreal and Southern Counties est incorporée en 1897 pour opérer un chemin de fer entre la rive sud et le centre-ville, mais il faudra attendre plus de douze ans pour voir le rêve se réaliser.

Le tram arrivant du côté de Saint-Lambert.
Le tram arrivant du côté de Saint-Lambert.
Source Inconnue

C’est le samedi après-midi du 30 octobre 1909 que les premières voitures de la M&SC font le voyage Montréal et Saint-Lambert pour marquer l’inauguration officielle du service entre les deux municipalités et pour écouter d’importants discours par des gens tout aussi importants.

Le groupe revient à Montréal à 17 h (en pleine heure de pointe de 1909), traversant les deux kilomètres du pont Victoria qu’en trois minutes. Ainsi commence une histoire amour-haine avec le transport de banlieue toujours d’actualité aujourd’hui.

Les rails du terminus de la rue McGill, 1940
Les rails du terminus de la rue McGill, 1940
Mario Pompetti via Facebook.
le terminus de la Gare d'Youville,
Le terminus de la Gare d’Youville,
Source Inconnue

En 1910, le circuit s’étire à Montréal-Sud, dans le secteur où se trouve sans ironie, la station de métro Longueuil maintenant. Avec les années, d’autres comtés de la rive sud allant jusqu’à Granby se verront offrir le traitement du tramway électrique de la M&SC.

La gare est rallongée en 1923, devenue une filiale de la Compagnie de chemin de fer du Grand Tronc et par conséquent du Canadien National, elle reçoit maintenant quelques trains diesel venant de certains états américains et se veut plus ou moins une annexe de la gare Centrale.

Vue d'ensemble dans l'angle de la rue McGill,
Vue d’ensemble dans l’angle de la rue McGill,
BanQ, 0005487674

La nouvelle venue, l’automobile

Le 14 mai 1930 marque le début de la fin pour la compagnie ferroviaire. L’ouverture du pont Jacques-Cartier déroule la route à l’automobile et la Montreal & Southern Counties se voit couper les rails sous le pied dans le secteur de Longueuil.

La gare de la rue McGill en 1948.
La gare de la rue McGill en 1948.
Archives du Canadien Pacifique, no 1904,

D’importantes décisions sont prises par des gens tout aussi importants que l’avenir est entre les mains de l’automobile. Au petit matin, le dimanche 19 juin 1955, les lumières de la station de la rue McGill s’éteignent définitivement.

Pour ajouter une voie de transit, dès le lendemain, on travaille rapidement pour enlever les rails de la compagnie et les trottoirs pour piétons et bicyclettes question de faire place au progrès et la liberté qu’est la voiture à essence.

Tram de la M&SC sur la rue McGill
Tram de la M&SC sur la rue McGill
Science and Technology Railway Collection

Panneau Horaire, 1955
Panneau Horaire, 1955
ACHF/Exporail Fonds Frederick Angus

C’est la fin

Sans Montréal, la Montreal & Southern Counties fera un dernier voyage entre Greenfield Park et Saint-Lambert un soir frais d’octobre 1946 après 37 de services électriques entre la grande ville et sa banlieue sud.

La gare fermée à la fin des années 50
La gare fermée à la fin des années 50
Aubrey Mattingly Transportation Collection

Par la suite et jusqu’au début du nouveau millénaire, différents bureaux et restaurants se relaient pour occuper le local qui servait de salle des pas perdus dans la première moitié du siècle.

En 2003, durant la construction de son nouveau voisin, les entrepreneurs du complexe résidentiel en profiteront pour rénover la petite gare. Depuis, la rue McGill a repris du poil de la bête et est un incontournable pour les amateurs d’architecture. La gare fait maintenant face un charmant espace urbain, le parc des Frères-Charon.

La Gare Via Google Streetview
Via Google Streetview

Si tout va bien, 2021 verra le retour des trains électriques entre la rive sud et le centre-ville. Malheureusement, la majorité des utilisateurs du REM qui croiseront le pont Samuel-de-Champlain n’a aucune idée de l’histoire de la petite gare de la rue McGill qui voilà plus de 112 ans aura été la première à offrir le service qu’ils empruntent quotidiennement.

Le retour du train électrique ers Montréal
Le retour du train électrique ers Montréal
Réseau express métropolitain

Vous avez aimez? Encouragez-nous en utilisant les liens suivants.

Patreon : https://www.patreon.com/join/proposmontreal
Pourboire PayPal: https://bit.ly/2Z5NbKM

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet, Martin n'était même pas né à l'époque de 99% des sujets discutés de ce site. Il aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.