Houdini et Montréal

Temps de lecture approximatif de 8 minutes

Erik Weisz, génie qui a défié la mort pendant toute sa carrière, est inhumé dans un cercueil en bronze avec un couvercle de verre au Macpelah Jewish Cemetery de Queens à New York. Le prestidigitateur est officiellement décédé le jour de l’Halloween 1926 d’une péritonite provoquée par une rupture de l’appendice. Parce que la mort de Weisz, plus connu sous son nom de scène d’Harry Houdini, est intimement liée à son passage à Montréal, voici l’histoire.

Erick Weisz en 1890
Erik Weisz en 1890.
Library of congress. LC-USZ6-2098

Houdini, le personnage

Le célèbre artiste naît Erik Weisz, le 24 mars 1874 à Budapest, en Hongrie. Encore jeune, il déménagera avec sa famille dans l’état américain du Wisconsin. À l’âge de 13 ans, il s’installera avec son père, un rabbin, à New York, prenant de petits emplois et habitant une pension, attendant que son père trouve un emploi à temps plein et que le reste de la famille vienne les rejoindre.

En 1893, Weisz lance sa carrière de magicien professionnel en duo avec son jeune frère sous le nom de « Houdini Brothers. » Pour l’occasion, il est rebaptisé Harry Houdini, le prénom étant un dérivé de son surnom d’enfance, « Ehrie » et son nom de famille rend hommage au grand magicien français Jean Eugène Robert-Houdin.

Harry et Bess Houdini en 1907
Bess et Harry Houdini, 1907
Photo : Musée McCord, M2014.128.702.32

La même année, il rencontrera l’amour de sa vie, Wilhelmina Beatrice Rahner, elle aussi interprète sur scènes à Coney Island. Ils se marieront l’année suivante et elle deviendra rapidement sa partenaire de spectacle sous le nom de Bess Houdini. Ils resteront mariés jusqu’au décès d’Harry et elle ne se remariera jamais.

La rue Ste-Catherine montrant le théatre Princess en 1921
Le Princess situé au 480 rue Ste-Catherine en 1921
Archives de Montréal. VM98-Y-2P020

Le spectacles du Princess

Le théâtre Princess ouvre ses portes une première fois en 1908 pour des spectacles de type vaudeville ou burlesques et sera détruit par un incendie en 1915. Il rouvrira deux ans plus tard en plein âge d’or de l’art de la scène. Je ne vous ment pas, il y a plus de théâtres-cinémas sur la rue Ste-Catherine à ce moment que de Starbucks aujourd’hui. En 1963, il sera renommé « Le Parisien » jusqu’à sa fermeture en 2007.

Harry Houdini le 14 octobre 1926.
Harry Houdini, le 14 octobre 1926 sur les ondes de WGY Radio, New York
Photo: New York Heritage Collection, WGY339

En 1926, la direction du théâtre convainc le grand illusionniste d’y venir présenter son spectacle durant la semaine du 18 octobre. Houdini jouit déjà d’une grande renommée et sa visite à guichets fermés fera autant plaisir aux Montréalais de tous âges présents lors des représentations qu’aux propriétaires de la salle.

Le Princess deviendra le cinéma Parisien en 1963

Le lendemain de la première, les journaux vont de l’avant avec leurs critiques. La Presse nous donne une comparaison avec l’autre grand magicien de l’époque.

Houdini n’est pas le seul à se dire « le plus magicien. » Nous connaissons un autre prétendant à la même couronne. Blackstone, dont le spectacle et quasi autant intéressant et mystérieux. Mais il y a entre les deux hommes, une différence appréciable : Blackstone se prend au sérieux.

La Presse 19 octobre 1926.

Malgré quelques critiques sur la mise en scène, le journaliste ajoute que le spectacle n’est rien de moins qu’incomparable. On retrouvera le qualificatif dans la critique de La Patrie.

L’adresse d’Houdini, l’agilité de ses doigts sont incomparables. Il met l’auditoire au défi d’avoir l’œil plus vif que ses mains. On voit émerger, pour le ravissement de nos yeux, une blonde jeune personne qui semble tout étonnée d’être tirée du néant. Énumérer tous les tours serait trop long.

La Patrie, 19 octobre 1926
Publicité du spectacle d'Houdini au Princess

Une partie favorite de son spectacle est celle où le magicien entreprend de dévoiler les mystifications des prétendus spiritistes. Il fait monter avec lui des gens du public et leur joue une scène digne des meilleurs médiums pour ensuite expliquer les trucs et astuces utilisés pour tromper leur vigilance.

Notez ici la publicité parue dans La Patrie. Les billets varient entre 0.25 $ et 1.25 $, pour un spectacle de cette envergure. Je me demande combien ils se revendaient chez les « scalpers? »

Mise en contexte, le 16 octobre Babe Ruth et Urban Shocker des Yankees sont à Montréal pour un match hors-concours. De l’autre côté de la rue Sainte-Catherine, on présente The Sparrow, le nouveau succès de Mary Pickford et le 19 octobre, le grand ténor Beniamino Gigli est au Forum. Comme quoi, Montréal est bien vivant.

Houdini sur la scène du Princess, 1926
Houdini sur la scène du Princess, 1926 (Non confirmé)
Source: Musée McCord, M2014.128.694.133.2

Le spiritualisme

Sceptique éminent, Houdini est un illusionniste et tient à bien faire comprendre à son public qu’il n’y a rien de mystérieux dans ce qu’il présente sur scène. À l’annonce de sa visite, le journal Le Canada mentionne.

« il n’invoque pas les esprits malins et n’a pas de correspondance avec les trépassés, mais il nous montre comment les soidisants médiums et spirites s’y prennent pour nous faire croire en des choses auxquelles ils ne croient pas vraiment. »

Le Canada, 7 octobre 1926.
L'esprit d'Houdini apparaissant à Houdini, 1920
Montage photo, Esprit d’Houdini apparaissant à Houdini, 1920
Photo : Musée McCord, M2014.128.703.28

En plus d’offrir une conférence ayant pour but d’informer les policiers de Montréal contre la pratique des médiums le 18 octobre. Le lendemain, à l’invitation de William Dunlop Tait, doyen de la nouvelle faculté de Psychologie de l’université McGill, il fera un entretien de démystification de la pseudoscience des spirites.

Houdini avec le chef de police Pierre Bélanger en 1926
Houdini dans le cabinet du chef de Police Pierre Bélanger.
Source: La Patrie, 19 octobre 1926

Cette rencontre aura lieu dans l’immeuble du « Student Union » de l’université, édifice qui aujourd’hui est devenu le Musée McCord. Lors de cette causerie, il offrira une somme de 10 000 $ à quiconque veut bien organiser une démonstration de mysticisme qu’il ne saurait expliquer lui-même. Offre qui ne trouvera pas preneur.

Sans doute, hier après-midi, Houdini a guéri plusieurs fervents du spiritisme s’il y en avait dans la salle.

La Patrie, 20 octobre 1926

Un étudiant approchera Houdini suite à la conférence, Samuel Smilovitz un jeune artiste qui avait dessiné le magicien durant l’après-midi. Impressionné par les talents, il invita Smilovitz et un ami, Jacques Price, à venir le rencontrer dans sa loge.

McGill Student Union qui deviendra plus tard le Musée McCord
L’Immeuble du MCGill Student Union, aujourd’hui, le Musée McCord, 1912-13
Photo : Musée McCord, VIEW-12841

Le 22 octobre

Sam et Jacques se rendent à la rencontre de l’artiste vers 11 h 15. Dans la petite loge se trouve; Houdini, étendu, lisant son courrier, Bess, une infirmière, deux assistantes du couple et quelques minutes plus tard un troisième étudiant viendra joindre le petit groupe.

Photo de J. Gordon Whitehead
Ce serait la seule photo de Jocelyn Gordon Whitehead

Jocelyn Gordon Whitehead, le troisième étudiant, après avoir essayé à plusieurs reprises de contacter le magicien depuis son arrivée sera finalement lui aussi invité à la loge d’Houdini. Ce type de rencontre était une pratique qu’il avait l’habitude de faire dans chacune des villes qu’il visitait.

Whitehead se voulait très curieux, menait la conversation avec une série de questions pendant que les deux étudiants en art continuaient leurs croquis. La discussion tourne sur la force physique du magicien. Notre curieux lui demande alors « Est-ce vrai qu’un coup dans l’estomac ne vous fera pas réagir? »

Houdini affirmera qu’il a enforci ses muscles d’une telle façon qu’il peut prendre un très fort coup dans l’estomac sans broncher. Un de ses tours est de prendre des hommes forts de l’auditoire, les faire monter sur scène et les inviter à lui donner un coup directement à l’abdomen sans réaction de celui-ci.

Houdini se préparant pour un évasion publique, Cleveland, 1915
Houdini se préparant pour un évasion publique, Cleveland, 1915
Photo : Musée McCord M2014.128.702.142

Whitehead vs Houdini

Il y a quelques documents légaux et de déclarations sous serment des témoins qui nous sont dus à des démarches judiciaires de la famille contre la compagnie d’assurance d’Houdini. Par contre, vous le savez sûrement, « Légal » n’est pas toujours synonyme de « réalité. »

Comme nous parlons d’un événement qui s’est passé il y a presque 100 ans. Personne n’a encore Twitch ou Facebook Live pour faire un direct de la scène. Voici donc les faits les plus acceptés par les historiens au sujet de cette fatidique journée du 22 octobre 1926.

Ce que nous savons hors de tout doute est que, Houdini était étendu, se remettant d’une blessure à la cheville qu’il avait subie lors d’un spectacle à Albany, New York, le 11 octobre.

Publicité du spectacle au Princess
Publicité The Gazette

Gordon Whitehead demandera au magicien s’il peut essayer et celui-ci acquiesça. C’est à ce moment que l’étudiant ira de deux coups de poing rapides qui feront mal à Houdini. Nul ne sait s’il n’a pas eu le temps de se préparer, de durcir ses muscles pour absorber le choc ou s’il a tenté de se lever de sa position couchée, ralenti par sa cheville endolorie et a été pris à contre-pied. Mais le « OK, ça suffit » de sa part fut assez pour faire comprendre aux témoins de la scène que les coups avaient touché cible.

Si le choc avait fait mal, la conversation reprit pour quelques minutes encore. Vers 13 h, Smilovitz et Price font autographier leurs croquis terminés, remercièrent l’artiste pour son temps précieux et les trois étudiants quittèrent la loge.

Détroit

Harry Houdini terminera ses deux spectacles au Princess et ce, malgré une douleur persistante à l’abdomen. Selon Sophie Rosenblatt, l’infirmière qui suivait actuellement le couple, il devait minimiser les efforts. Un de ses assistants fut appelé à faire quelques tâches habituellement effectuées par le magicien durant la représentation, tirer les rideaux ou bien lever une boîte par exemple.

Il prendra un train à 23 h en direction de Détroit au Michigan. La douleur était si intense que durant un arrêt à London, Ontario, un message sera envoyé à destination pour demander la présence d’un médecin prêt à examiner le magicien dans sa chambre d’hôtel.

Malgré les fortes recommandations du Dr Leo Dretzka de se rendre immédiatement à l’hôpital, Houdini préférera amorcer le spectacle pour ne pas déplaire à la foule qui l’attendait déjà. Il est monté sur scène au Garrick Theatre avec une fièvre de 104 °F et un diagnostic d’appendicite aiguë. Il s’écroulera d’ailleurs à quelques reprises durant la performance, qu’il ne terminera jamais. Ce fut son dernier spectacle.

Le lendemain, son appendice s’est rompu. La péritonite s’était installée, et sans l’aide d’antibiotiques qui n’existaient pas encore à l’époque, ce type de condition n’était rien de moins qu’une condamnation à mort. Il fut transporté à l’Hopital Grace de Détroit pour une opération d’urgence.

Lorsque Houdini reprit connaissance la première fois, il demanda aux chirurgiens si les coups reçus à Montréal étaient la cause de son état. À leur avis, avec la médecine disponible en 1926, c’était sans aucun doute.

Une deuxième opération n’a pas pu le sauver et le 31 octobre, jour de l’Halloween, Harry Houdini, âgé de 52 ans, rendit l’âme à 1 h 26 dans la chambre 401 de l’hôpital Grace en compagnie de son épouse et de ses plus jeunes frères.

Le cercueil de Harry Houdini arrivant à New York
Le cercueil de Harry Houdini arrivant à Albany, New York 2 novembre 1926
Photo © Bettmann/CORBIS

Une mort encore contestée

Pour écrire ce texte, nous avons épluché plus d’une centaine de documents et de sites internet sur la vie du magicien et croyez-moi, il y a une quantité impressionnante d’experts sur le sujet et deux fois plus d’opinions divergentes. Nous avons donc utilisé les faits qui faisaient consensus au prêt de ces connaisseurs.

Je tiens à préciser que la mort d’Houdini est plutôt complexe et n’étant pas médecin, les éléments du côté médical de l’incident m’échappent. Certains diront que des coups comme ceux reçus ne sont pas assez pour causer une péritonite. D’autres proposeront que dû à sa longue carrière à se contorsionner pour sortir de camisoles de force, ses organes ce seraient déplacés et fragilisés

Ensuite, comme toute bonne histoire de mort nébuleuse attire son lot de théorie du complot, n’oublions pas de mentionner que le prestidigitateur avait beaucoup d’ennemis. Étais-ce un complot d’assassinat commandé par des spiritualistes?

Sir Arthur Conan Doyle et Harry Houdini en 1923
Sir Arthur Conan Doyle et Harry Houdini en 1923
Photo : Harry Ransom Center, Collection Sir Arthur Conan Doyle.

La rumeur voulait que le père de Sherlock Holmes, Sir Arthur Conan Doyle, amateur de spiritisme, eût une dent contre le magicien ou même que Whitehead aurait été payé pour le frapper.

J. Gordon Whitehead ne sera jamais jugé pour les coups donnés à l’artiste le 22 octobre 1926. Il quitta McGill quelques mois plus tard ne terminant jamais ses études. Il décédera en juin 1954 plus ou moins dans la pauvreté et sera inhumé dans le Cimetière des Trembles (alors Hawthorn-Dale) dans l’est de la ville.

En 2007, on demandera que le corps du prestidigitateur soir exhumé pour effectuer quelques tests d’ADN. Des développements récents pointaient dans la direction de l’empoisonnement par Margery Crandon, une médium connue de l’époque et cible régulière de Houdini. Cette exhumation n’aura jamais lieu.

Le boxeur Jack Dempsey et Harry Houdini posant pour la photo, 1920.
Le boxeur Jack Dempsey et Harry Houdini posant pour la photo, 1920.

Mon rôle ici n’est que de relater les faits reconnus et la connexion montréalaise de la vie et la mort de Harry Houdini. Si le sujet vous intéresse, je vous invite à faire votre propre idée sur la vraie raison derrière son décès. Une chose est certaine, sa mort sera pour toujours reliée à Montréal.

Et en passant, vous rappelez vous le cercueil de bronze avec le couvercle de verre dont nous avons parlé au début? Il a été fabriqué à la demande du magicien, envoyé à Détroit et devait être utilisé durant ses spectacles pour un numéro d’évasion. Une drôle de coïncidences ne croyez-vous pas?

Quelques ressources:

Avez-vous aimé ce texte? Avez-vous appris quelque chose?
Nous vous invitons à nous laisser un pourboire qui aidera dans la recherche de futurs articles.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet, Martin n'était même pas né à l'époque de 99% des sujets discutés de ce site. Il aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.