Héritage Montréal, cuvée 2013

C’est le temps de l’année où je peux m’obstiner avec l’équipe d’Héritage Montréal. Quoique cette année, je n’ai pas grand-chose à dire sur la liste des sites emblématiques menacés de 2013. L’équipe de Dinu Bumbaru n’a pas fait preuve de beaucoup d’originalité cette année en reprenant en général sa liste de 2012 et en ajoutant quelques évidences, peut-être parce que l’ambiance à Montréal n’est pas à la destruction de biens passés date mais, plutôt à nettoyer l’Hôtel de Ville. Des sites menacés de l’an passé seul le Horse Palace de Griffintown est disparu comme je l’avais moi-même souhaité sur mon billet réplique de 2012 et la moitié de l’îlot St-Laurent dont j’ai également prédis le résultat (prenait pas la tête à Nostradamus pour le prédir).

Les nouveautés de cette année sont donc;

La Caserne Létourneux situé dans l’Est de la ville attire l’attention rapidement lorsque vous roulez sur la Rue Notre-Dame avec son architecture unique. Construit en 1915 sur le site du premier hôtel-de-ville de la ville de Maisonneuve, l’édifice sert de Poste de Police, de caserne de pompier et de cour municipale jusqu’à l’annexion de Maisonneuve à Montréal. Fait à noter que l’architecte est un certain Marius Dufresne, ingénieur de Maisonneuve de 1910 à 1918 et a dessiné la plupart des édifices connus de ce coin de la ville. En plus, de la Caserne Létourneux, la Dufresne Engineering Company nous ont offert les ponts Pie-IX et Viau, le marché Maisonneuve, le Bain Morgan et bien sûr, le magnifique Château Dufresne au coin des rues Sherbrooke et Pie-IX. Vide entre 1981 à 2002, rénové en Saucier+Perrotte Architectes en 2003 puis vidé une fois de plus suite à sa mise en vente en mai 2012, en plus, d’être du Mauvais Côté de Notre-Dame. Ce bâtiment est superbe et mérite d’être sauvegardé, je ne crois pas qu’il soit menacé comme laisse l’entendre Héritage Montréal, la personne qui achètera cet édifice unique pour un peu de moins de 3 millions de dollars saura surement dans quoi il s’embarque.

Photo:  Marc Cramer pour Saucier+Perrotte architectes
Photo: Marc Cramer pour Saucier+Perrotte architectes

L’amphithéâtre construit pour un usage temporaire en 1966 pour une certaine exposition universelle, La Place des Nations se voulait l’endroit où se tenait les cérémonies lors de l’Expo 67. Je vais devoir dire que je suis d’accord avec Héritage Montréal sur celui là, l’endroit est complètement laissé à l’abandon, sert d’espace VIP deux semaines par année pour les roulottes d’artistes lors des Festivals Osheaga et Heavy MTL. La place sert plus souvent d’espace de débarras pour la ville et le Parc Jean-Drapeau. Tellement pourrait être fait avec cet espace, un endroit de spectacles extérieurs ou compétitions sportives la Place des Nations n’est peut-être pas en danger de disparition, je dirais plus que l’auditorium extérieur est plus en hibernation, prêt à se réveiller lorsqu’un visionnaire pas encore à l’embauche de la Société du Parc Jean-Drapeau trouvera quoi en faire.

Photo: Alain Quevillon
Photo: Alain Quevillon

Finalement, dans la catégorie, « Ouin Pis », la Coopérative Saint-Léonard est le premier quartier résidentiel de 655 maisons unifamiliales construites de 1956 à 1962 faisant partie de la Coopérative d’habitation de Montréal. Aujourd’hui, situé dans le quadrilatère des rues Des Artisans, Boulevard Robert, il ne reste qu’entre 250 et 300 bungalows originaux. C’est un débat, Est-ce qu’un bungalow fait en série (il y avait que sept modèles différents) vaut la peine d’être sauvegardé. Je suis d’accord que l’histoire de ce quartier de Montréal est très intéressant et doit être sauvegardé, mais nous ne parlons quand même pas de maisons d’ouvriers et d’artisans de Saint-Henri datant de la fin du 19e siècle. La maison unifamiliale typique de Montréal est en voie de disparition en partie à cause de la prolifération des condos. Je suis donc indécis sur la Coop de Saint-Léonard-de-Port-Maurice, est-ce que les bâtiments font le quartier ou l’histoire n’a pas besoin de maisons de briques rouges?

Archive: Ville de Montréal
Archive: Ville de Montréal

Finalement la liste, comme à chaque année, nous permet de penser à notre histoire et ça, peut importe si vous êtes d’accord avec ou non. De cette liste, je crois que le Square Viger est le seul site qui ne mérite pas d’être gardé tel quel. L’endroit n’est même pas barricadé comme la Place des Nations et l’endroit reste désert peut importe la saison. Peut-être que l’ambiance changera avec l’arrivée du CHUM, mais pour l’instant, cet îlot de chaleur de béton gris ne mérite pas sa place à Montréal.

Édifice Rodier (à conserver)
Église Très-Saint-Nom-de-Jésus (à conserver)
Caserne Létourneux (Pas en danger)
Coopérative Saint-Léonard (Indécis)
Forge Cadieux (à conserver)
Hôpital de la Miséricorde (pas en danger)
Ilot Saint-Laurent/Monument National (Juste un petit effort, nous y sommes presque)
Maison Redpath (à conserver)
Place des Nations (à conserver)
Square Viger et Agora (bye bye)

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l’histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.