Grands projets de Montréal.

Jetée Alexandra, un des projets dévoilés lors du Forum Stratégique de la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain.
Jetée Alexandra, un des projets dévoilés lors du Forum Stratégique de la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain.

Je suis certain que Montréal n’aura pas eu une telle effervescence depuis les années Drapeau à la Mairie de la Métropole. Expo 67, les Olympiques de 76 et l’apparition de grandes tours dans la ligne d’horizon auront fait la mairie de Drapeau une pour l’histoire. Avance rapide à cette semaine quand la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain nous offrait en grandes pompes leur neuvième édition du Forum stratégique annuelle présentant les grands projets. Ce forum sert à présenter les grands projets qu’attendent les Montréalais au cours des années à suivre. Ces projets sont pour la plupart des annonces pures et dures avec la chance de les voir très grandes. C’est avec un buzz sur les médias sociaux que la cuvée de cette année fut dévoilée et je dois dire que c’est probablement la plus belle collection de projets depuis les neuf ans de ce forum. Si toutes ces annonces se réalisent, Montréal de 2020 sera grandement différent de celui de 2015. Ces projets s’ajoutent à ceux déjà en mouvement comme Turcot, Champlain, le pôle du Parc Olympique et les grandes tours du Quartier des Canadiens.

Ces projets sont plus humains, des façons d’embellir la ville pour les Montréalais et ceux y viennent, ce n’est pas les événements de 1967 et de 1976, mais avec les nouveaux médias et la mondialisation, il n’est pas nécessaire de faire des événements en grandeurs pour attirer les yeux sur la ville. Vous n’avez qu’à construire un nouveau tronçon de piste cyclable en site propre et les sites de cyclisme du monde entier en parleront. Il est possible de « mettre Montréal su’a map » qu’avec des investissements intelligents qui auront un effet positif mondialement. Ces annonces sont exactement cela et je me réjouis de voir cette nouvelle ère d’investissement dans une métropole qui malheureusement, en a grandement besoin.

C’est plus de quatre milliards qui ont été officialisés lors de la présentation et j’en ai retenu quelques-uns que je vous présente ici. Prenez note que ces projets ne sont que mes préférés et plusieurs autres seront en cours.

McGill love Royal-Victoria.
C’est depuis l’annonce du CUSM que l’université internationale courtise avec le gouvernement pour mettre la main sur ce qui restera de l’hôpital construit en 1893. Hier nous avons eu la chance voir l’intention de transformer les bâtiments en résidences, salles de classe et en service aux étudiants ce qui agrandira énormément le Campus McGill sur la montagne. Ajoutons à ça le nouveau campus Outremont de l’Université de Montréal et le quartier de l’ÉTS et Montréal met la main sur le titre de ville étudiante par excellence avant bientôt. Malheureusement, nous avons toujours les grèves de l’UQAM et du Cegep du Vieux-Montréal pour nous rappeler à l’ordre de ce côté.

Jetée Alexandra.
Cela fait plusieurs fois que je mentionne ce projet sur le blogue. Le quai qui accueille présentement les croisiéristes est d’une abomination hors du commun. Un bloc de béton froid et sans vie qui reçoit plus de 55 000 touristes chaque saison. Montréal peut devenir très facilement une table tournante de l’industrie de la croisière Québec/maritime/Nouvelle Angleterre. Les gens ne font pas qu’y passe pour quelques heures, c’est d’ici que plusieurs croisières prennent fin et démarrent avec de nouveaux passagers. Les visiteurs y sont habituellement pour une nuitée ou deux. Il est donc important de prendre en considération leurs premiers ou derniers souvenirs de Montréal qu’est l’endroit qui les accueillent.

L’oratoire St-Joseph
Je vais m’abstenir de parler religion pour ne pas démarrer de débats inutiles, mais malgré la baisse importante de la religion catholique à Montréal, l’Oratoire reste un des joyaux architecturaux de la ville, un des plus hauts points de la montagne et une partie importante de notre histoire. Montréal a été construit par la religion et ça, il ne faut pas l’oublier. Rien que son dôme terminé en 1939 est le troisième plus grand sur la planète et un des sites les plus visités du Québec. Religieux ou non, il est impossible de visiter Paris pour la première fois sans passer par Notre-Dame ou de visiter Rome sans entrer dans la Basilique Saint-Pierre. L’Oratoire devrait être traité ainsi. La Basilique Notre-Dame a vu la Place d’Armes se refaire une beauté, il est temps pour l’église du Frère André de recevoir le même traitement.

Recouvrement de Ville-Marie
LE projet qui a réussi à faire tourner le capot de Richard Bergeron est celui dont je doute le plus. Malheureusement, comme d’autres exemples où multiple pallié de gouvernement sont investis, ils ont tendance à tourner en rond et être plus long à compléter. Le Rond Point Dorval ou le SRB Pie-IX en sont de bons exemples. Reste que j’ai quand même confiance de voir celui-ci de mon vivant, le Quartier de la Santé doit être accueillant pour les milliers de gens qui y travailleront ou qui y recevront des soins. Déjà qu’être à l’hôpital au Québec est une corvée hors du commun, aussi bien rendre l’expérience un peu plus agréable. Malgré une promesse de 100 millions, il n’y a pas encore d’évocation concrète et le concours de design n’est même pas encore lancé, il faut donc en croire les élus en place, ce qui en soi peut devenir un projet important.

J’aurais également ajouté la reconversion de Ste-Catherine Ouest dans cette liste, mais les détails sont encore trop flous et plus d’annonces seront faites lors de la présentation du projet entier au début du mois de mai, je consacrerais sûrement un billet complet à ce projet qui me tient plus à cœur que les autres. La grande déception pour moi est qu’il n’y a toujours pas de projet concret pour le grand silo #5 que j’aurais aimé voir transformer. Ce merveilleux exemple de l’histoire industrielle du port reste debout en attendant qu’on décide de l’inviter au party. Le Rond point Dorval, l’Îlot Voyageur et le Silo #5 sont les trois projets qui démontrent que malgré le bon vouloir de tout et chacun, la grande région de Montréal reste encore à l’intérieur de certain immobilisme qui se veut une plaie sur les administrations qui se suivent depuis plus de 20 ans maintenant.

Oui, oui je sais, vous allez me parler de l’état lamentable des rues de Montréal avec des nids-de-poule dangereux. Quand c’est rendu que les trous sont aussi dangereux pour les piétons qu’ils le sont pour votre suspension, c’est à un point plutôt ridicule. Mais les réfections des rues sont des combats de tous les jours, c’est du macro-management, ce n’est pas des lègues à laisser aux générations futures et il faut séparer les deux, c’est de l’instant présent et ces projets annoncés n’enlève aucunement un sou au budget de la mise à jour du chemin routier.

Je le répète souvent. Montréal doit arrêter de se comparer à Toronto, New York, Paris ou Londres. Montréal est une ville de 2e niveau, mais habituellement, ce niveau est le plus intéressant à visiter, à voir, ces villes sont plus humaines, plus agréables. Montréal doit regarder vers Boston, Copenhague, Zurich ou Prague. Le « Laissons Toronto devenir Milan, Montréal restera toujours Rome. » que Drapeau ait lancé lors de son discours du 24 octobre 1960 n’aura jamais été aussi vrai que maintenant.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.