Les fêtes de Montréal.

Le comité des fêtes du 375e anniversaire de Montréal ont annoncé les grandes lignes de ce qui, si tout se passe comme prévu, feront de ces fêtes celui qui laissera le plus aux générations futures. Mais avant de parler de 2017, que s’est-il passé avant dans l’histoire? Que nous reste-t-il du 300e, 325e et du 350e? Pourquoi ne pas aller encore plus loin, qu’est-ce que les presque 300 000 Montréalais ont fait lors du 250e de la fondation de la ville par Paul Chomedey Sieur de Maisonneuve quand ce dernier décréta les bases du village de Ville-Marie le 17 mai 1642 sur l’ancienne Place Royale.

Si vous vous rendez sur la Place d’Armes, en face de la Basilique Notre-Dame, vous verrez le grand monument en honneur de Sieur de Maisonneuve trônant sur des figures historiques qui ont fait de Ville-Marie un endroit unique encore aujourd’hui. Ce monument par le sculpteur canadien-français Louis-Philippe Hébert représente en plus de Chomedey; Jeanne Mance, Charles LeMoyne, Raphaël Lambert Closse accompagné de sa chienne Pilote et un Iroquois tristement sans nom. Imaginé par un groupe de citoyens, ce monument parmi les plus photographiés à Montréal fût érigé en 1895 pour célébrer les 250es anniversaires de la fondation de la ville. Dévoilé en 1895, trois après les fêtes, vous pouvez voir que ça fait déjà un bail que les dates sont aléatoires dans notre ville. Durant ces mêmes fêtes de 1892, le square de la Douane, Rue de la Commune à quelques mètres de l’endroit où Chomedey fonda Ville-Marie, est renommé Place Royale, nom original de cet espace qui après avoir été la Place d’Armes originale et ensuite la Place du Marché, a toujours été public. Un obélisque est érigé en honneur aux fondateurs que vous retrouverez encore sur la Place D’Youville.

Monument à Sieur de Chomedey, Place d'Armes
Monument à Sieur de Chomedey, Place d’Armes

La Première Guerre mondiale bât son plein lors du 275e de Ville-Marie, mais les simples festivités vont bon train plusieurs messes et tours de ville sont organisés par la Société Historique de Montréal et par la Société St-Jean-Baptiste. Une plaque commémorative au coin des rues St-Sulpice et de Bésoles dévoilée en 1980 remplace la plaque originale de 1917 honorant les Religieuses hospitalières de Saint-Joseph alors que le Maire Médéric Martin est en poste. Soeurs Judith Moreau de Brésoles, Catherine Macé et Marie Maillet, arrivent à Ville-Marie en 1659 pour venir donner un coup de main à Jeanne-Mance dans l’Hôtel-Dieu situé alors à cet endroit. Une description complète, presque heure par heure des festivités du 17 et 18 mai 1917 est disponible pour une lecture complète et intéressante. Tirées de ce texte, « Telles furent ces fêtes du 275e anniversaire de Montréal qui ont permis à la population de Montréal de se retremper dans les souvenirs anciens et d’y puiser un réel réconfort ».

plaque275

Pour le 300e de la fondation, des fêtes grandioses sont imaginées dès le début des années 30 par le comité du 300e de Montréal sous la présidence du très populaire journaliste Léon Trépanier. Malheureusement, en plein milieu de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs de ces festivités sont abandonnées au soutien de guerre et force Trépanier à démissionner. La fête commence officiellement le 15 octobre 1941. C’est en début de janvier 1942 que le Maire Raynault invite les citoyens et les quartiers à faire leurs propres festivités, de janvier à décembre 1942, plusieurs activités plus modestes rappellent le tricentenaire de la métropole. C’est surtout l’église catholique qui prend les rênes et plusieurs services religieux sont célébrés en honneur à Maisonneuve. Le 17 mai, suite à la grande messe sur le Mont-Royal qui rassemble plus de 50 000 personnes, en soirée, les feux d’artifice de La Presse illuminent le ciel montréalais. Ni le gouvernement fédéral ou provincial ne participent financièrement aux cérémonies et malgré ce qui aurait dû être des fêtes très importantes, peu ou pas de monuments nous rappelle le 300e si ce n’est que la Cité-Jardin du Tricentenaire est située coin Viau et Rosemont.

Cité-Jardin au coin des Rue Viau et Rosemont.
Cité-Jardin au coin des Rues Viau et Rosemont.

Ce n’est rien de moins que l’Expo 67 que les Montréalais se payent pour fêter le 325e de la fondation. C’est sûrement ces fêtes durant le règne Drapeau qui laisseront le plus leur marque encore visible aujourd’hui. Le Cadran solaire Van der Heide offert par Rotterdam, la statue de Copernic, don du Congrès Canadien Polonais, la Biosphère ancien pavillon des USA et tous les pavillons encore utilisés de nos jours, l’île Notre-Dame, Le Planétarium Dow, la Ronde et bien sûr, le Métro sont tous des exemples de l’ampleur de legs de cet anniversaire. L’Homme de Calder est même inauguré le 17 mai 1967 en honneur de la fondation. Je crois que les Montréalais se sont repris pour les fêtes abandonnées du 300e. Je pourrais faire plus d’un article sur le Montréal de 1967, mais tellement de sites sont déjà dédiés à l’Expo que je ne voudrais pas m’y aventurer et peut-être me tromper. Quand ça vient à l’Expo 67, j’ai découvert que j’étais sous haute surveillance.

Ce n’est pas tous les projets qui verront le jour. En décembre 1964, le maire Jean Drapeau dévoile un projet de tour érigée à l’extrémité est de l’île Sainte-Hélène et d’une hauteur de 325m. Cette tour, réalisée conjointement par les villes de Montréal et de Paris, doit commémorer le 325e (325m pour le 325e) anniversaire de la fondation de Montréal, comme la tour Eiffel ou l’Opéra de Sydney, cette tour se voulait une icône pour la métropole. Faute de ressources financières, le projet est abandonné dès l’année suivante.

Maquettes de la Tour Montréal-Paris avec Jean Drapeau
Maquettes de la tour Montréal-Paris avec Jean Drapeau

Sous la Mairie de Jean Doré, les fêtes de 1992 ont un legs important et sont celles qui nous marquent encore le plus aujourd’hui. Comme si le recyclage était alors à la mode, le comité du 350e se réapproprie des endroits dans la ville. Le vélodrome est transformé en Biodôme, Environnement Canada signe une entente de 17,5 millions de dollars avec la ville pour réaménager le Pavillon des États-Unis en Biosphère, un lieu qui sera consacré à la mise en valeur, à l’observation et à la recherche sur l’eau et l’écosystème des Grands Lacs et du Saint Laurent. Le Casino de Montréal est annoncé dans l’ancien pavillon de la France et le parc du Vieux-Montréal est ouvert. L’état du Vieux-Port et du Vieux-Montréal des années 70 et 80 pourrait être un sujet d’article à lui seul. La sculpture par Calder est mise à niveau et déménagé dans son endroit actuel sous la menace de la famille de l’artiste et la Plage à Doré (nom non officiel) est aménagée au milieu du Circuit Gilles-Villeneuve (merci Julie pour toute l’information partagée).

Dans le monde muséal, le Musée d’Art Contemporain de Montréal qui se retrouvait dans un ancien pavillon de l’Expo dans la Cité du Havre depuis 1983 le quitte et est déménagé aux côtés de la Place des Arts. Les Musées de la Pointe-à-Callière et le Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu ouvrent leurs portes. Le Champ-de-Mars passe de stationnement à un superbe parc encore utilisé aujourd’hui avec le dévoilement des fortifications originales de la ville. On en profite également pour rouvrir le marché Bonsecours au public, on rénove l’Hôtel de Ville et a construit le Complexe Chaussegros-de-Léry où logent plusieurs bureaux de la ville. L’action se passe surtout à la Place du 350e plus tard rebaptisé Place Émilie-Gamelin.

Champs-de-Mars, 192?
Champ-de-Mars, 192?

Quelques nouveaux monuments font aussi leur apparition. Arrivé sans avertissement, don de la ville de Berlin, une partie du mur de Berlin est installé dans le Centre de Commerce Mondial, la ville de Lyon offre le Lion de la Feuillée de 1831 qui lui se retrouve maintenant au Jardin Botanique. « Mémoire Ardente », l’oeuvre de Gilber Royer aujourd’hui sur la Promenade piétonnière sur de la Commune est alors dévoilée originalement sur la Place Jacques-Cartier. Finalement, un monument est dévoilé en honneur de Pierre Gadoys, propriétaire de la première concession offerte par De Maisonneuve, le 4 janvier 1648. C’est à cette concession que l’on doit l’orientation des rues de la ville et probablement les points cardinaux assez uniques à l’île de Montréal.

Pas nécessairement connecté aux fêtes, Montréal voit sa ligne d’horizon grandement s’améliorer en 1992 avec l’ajout du 1000 de la Gauchetière, la plus haute tour de la ville. Apparaît également le 1501 McGill College avec sa couronne en pyramide illuminée et le 1250 René-Lévesque, aussi connut sous le nom de Tour IBM Marathon la 2e plus grande tour du skyline montréalais.

Le trou où se retrouve aujourd'hui le 1000 de la Gauchetière.
Le trou où se retrouve aujourd’hui le 1000 de la Gauchetière.
Musée d'Art Contemporain depuis 1992.
Musée d’Art Contemporain depuis 1992.

Pour ce qui est du 350e, croyez-moi, j’en passe et j’en oublie, 1992 fût une bonne année pour Montréal, j’ose imaginer comment sera le 400e. Mais entre les deux, nous verrons le 375e et malheureusement, je suis négatif face à cet événement. Le cynisme envers la classe politique qui sévit sur Montréal, le Québec et le canada seront, j’ai bien peur, encore bien présents en 2017. Nous serons toujours sous le règne de Coderre à la mairie ce qui n’est pas vraiment négatif après que 100 jours en poste, ayant tout de même ses détracteurs. Couillard et sa bande sur leur niveau provincial qui nous coupe tout ce qu’il peut couper et même si Harper ne se représente pas lors des prochaines fédérales, nous serons sûrement entre les mains d’un Trudeau, le fils de l’autre, qui n’est pas plus une bonne nouvelle. Comme disent les anglais, « The apple doesn’t fall far from the tree ».

L’agrandissement du Quartier des Spectacles jusqu’à St-Laurent en passant par l’esplanade Clark, l’ouverture du belvédère de l’Oratoire St-Joseph, une mise à jour du parc Jean-Drapeau, du Musée Pointe-à-Callière, de la Place Vauquelin et la mise en valeur du Mont-Royal sont tous possibles avec deux ans à faire. D’autres projets par contre verront le jour avec quelques années de retard ou seront tous simplement abandonnés. Le recouvrement de Ville-Marie, la transformation de l’autoroute Bonaventure et la réfection de la rue Ste-Catherine pour ne nommer que ceux-ci. Un peu comme 1992, l’année 2017 verra la ligne d’horizon changer énormément avec l’arrivée de tours dans le quartier du Centre Bell et l’ouverture du nouveau CHUM. On le souhaite la réouverture de bâtiments importants de l’histoire montréalaise comme la Gare Viger.

Projections Cité Mémoire de Montréal en Histoires
Projections Cité Mémoire de Montréal en Histoires

2017 approche assez rapidement et j’ai bien peur qu’il soit trop tard pour fêter en grand, peut-être devrions-nous nous concentrer sur de petites choses qui feraient de grandes différences. Je vais taire les critiques à l’instant, oui de l’argent devrait être dépensé sur le logement social, sur la sécurité, sur les sans-abris et sur les citoyens, mais ce genre de dépense devrait être faite toutes les années fêtes ou non. Le 375e est une raison de faire le party, de se payer un peu de luxe, se faire plaisir. Se payer des installations qui pourront être utilisées par TOUS les Montréalais, de toutes les classes sociales, de toutes les nationalités et de tous les coins de l’île, de Ste-Anne-de-Bellevue, jusqu’à Pointe-aux-Trembles. Si le 325e a mis Montréal sur la carte avec ces dépenses hors du commun, ces idées de grandeurs et un legs tout de même important. Celles du 375e devraient laisser une ville plus humaine aux générations futures. Si 1967 était l’année de tous les excès, 2017 devrait être l’année de l’ouverture de la ville sur sa propre population, des fêtes plus populistes.

J’ai fait cet exercice, car comme plusieurs, je me demandais si boucher les trous et venir en aide au moins fortuné ne serait pas plus important. Comme il est possible de voir, ces projets de fêtes durant toute l’histoire aident à réunir les résidents, démontrent une certaine fierté envers notre ville et laissent des legs importants aux générations futures. Malgré qu’une partie de moi aurait passé par-dessus le chiffre 375 et attendre le 400, ces fêtes sont tout de même importantes et doivent être vues de façons différentes de la part des chialeux professionnels. Penser que cet argent est du pur gaspillage est la preuve du manque de vision de trop de Montréalais qui empêche la ville d’avancer parmi les villes importantes de la planète. Imaginer ce que Montréal serait aujourd’hui sans les vestiges des cérémonies passées?

Autoroute Ville-Marie recouverte au Champs-de-Mars.
Autoroute Ville-Marie recouverte au Champs-de-Mars.

À mesure que j’effectuais des recherches pour ce billet, je trouvais de plus en plus de sujets intéressants et ce dernier s’est étiré à un point dont je ne l’imaginais pas, ce qui explique le retard de quelques jours. Il aurait été possible de faire un album photo complet juste avec ce qu’il nous reste des festivités passées. Je voulais conclure le billet avec mes propres suggestions pour les commémorations, mais je crois que je vais garder ça pour un prochain texte.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l’histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.