Ernest Cormier

Ernest Cormier
Ernest Cormier

L’ami du blogue, François Cardinal, a fait exploser le monde architectural Montréalais cette semaine dévoilant dans La Presse que la Société québécoise des infrastructures plaçait le 10 octobre passé une petite annonce d’appel d’offres pour la vente du plutôt mignon immeuble situé 3460 Rue Saint-Urbain. Or voilà, je connaissais bien l’Édifice Ernest-Cormier qui abrite la Cour d’appel du Québec avec son immense alcôve et ses colonnes massives de la Rue Notre-Dame. Mais l’Atelier Ernest-Cormier pour moi était, je vais l’avouer, inconnu. Je passe devant cet édifice plusieurs fois par semaine et franchement, je n’avais jamais vraiment remarqué sa présence. Après tout, quand tu te retrouves dans l’ombre de l’élégance même qu’est l’École des Beaux-Arts c’est un peu comme si on me plaçait aux côtés de Brad Pitt, j’ai beau être petit et mignon, je passerais probablement inaperçu.

Atelier Ernest-Cormier
Atelier Ernest-Cormier

Quand Cardinal dans sa chronique du 23 octobre dévoile qu’une fois de plus, le gouvernement affiche un immeuble historique en vente, les péripéties de la Bibliothèque Saint-Sulpice me sont automatiquement venues à l’esprit. Je vais laisser les vrais journalistes vous parler des détails et de la démarche de cette vente qui est passée sous la loupe et je vais rester dans ma branche de connaissances et vous parler du maître qu’était Ernest Cormier.

Cormier est un de ceux qui ont façonné le Montréal moderne. Des noms comme Dalbé Viau, Affleck & associés, Ross et MacDonalds, Edward & Maxwell ou Victor Bourgeau sont tous des architectes qui ont tissé la trame urbaine des rues de Montréal et vous croisez leurs œuvres jour après jour sans même le savoir. Mais Cormier détient une place de choix dans cette liste. Sont travail est plus récent, plus prêt de nous. Que ce soit l’Université de Montréal ou l’Hôtel de Ville sans compter les différents établissements qui portent son nom. L’art déco de la Maison Cormier de la Rue des Pins, Le Loft Hôtel de la Terrasse Saint-Denis et son espace Cormier, l’édifice Ernest-Cormier mentionné plus tôt et le Studio en question de la Rue Saint-Urbain. Il est même possible de retrouver son nom dans la toponymie de la ville. Que ce soit l’Esplanade Ernest-Cormier sur le Boulevard René-Lévesque, face au Centre Canadien d’Architecture ou la Rue Ernest-Cormier dans Anjou. Il est pratiquement impossible de passer dans les rues de la ville sans croiser un endroit influencé par l’architecte.

Cour d'appel du Québec.
Cour d’appel du Québec.

Le jeune Ernest né à Montréal en 1885 de Dr Isaïe Cormier et de Malvina Généreux. Après ses études au Collège Mont-Saint-Louis, il est admis en 1902 à l’École Polytechnique de Montréal. En 1906 et il en ressort avec un diplôme de Bachelier en science appliquée ce qui lui ouvre les portes de la Dominion Bridge Company à titre de stagiaire. Il quitte son Montréal natal le 1er août 1908, le jour même de son mariage à Berthe Leduc. Cormier est accepté à l’École des Beaux-Arts de Paris quelques mois plus tard. Il revient au Québec après 10 ans d’étude dans des écoles comme la British School de Rome et différents stages auprès d’ingénieurs et d’architectes de renom. Cette même année 1918, Berthe la femme qui aura quitté Montréal la journée de son mariage meurt de la grippe espagnole.

École des Beaux-arts, Rue Saint-Urbain
École des Beaux-arts, Rue Saint-Urbain

Il se joint à l’architecte Jean-Omer Marchand qui a déjà marqué la ville à sa façon avec des constructions comme la prison de Bordeaux et le Collège Dawson. Les deux artisans collaborent alors sur plusieurs immeubles ce qui permettra à Cormier de créer un catalogue de client important. Nous devons à ces deux génies montréalais entre autres l’École des Beaux-Arts de la rue Saint-Urbain et l’Hôtel Square Phillips autrefois connut sous l’Édifice Dubrulé. Durant cette période, il dessine les plans de son studio situé au 3460 Saint-Urbain et c’est à ce même endroit où il dessinera la plupart des immeubles à qui l’on reconnaît son style. L’Église Sainte Marguerite-Marie (Ontario Est), Monastère des Pères du Très-Saint-Sacrement (Saint-Hubert), Église Saint-Ambroise (Beaubien Est), l’école Saint-Arsène (Av. Christophe-Colomb) et ce qui est souvent considéré comme son fait d’armes, l’immeuble central de l’Université de Montréal avec sa tour de briques jaunes (aujourd’hui, le pavillon Roger-Gaudry). Cette même brique jaune devient une signature de l’artiste qui l’utilise régulièrement dans ces œuvres. Il termine sa période Montréalaise avec sa propre résidence du 1418 des Pins qui en 1980 est acheté par le premier ministre du Canada, PET (oui, oui, le père de l’autre). Cette maison est une des premières résidences à utiliser le béton armé, un autre matériau fétiche de l’architecte, elle est un parfait exemple de l’utilisation de l’art déco en architecture. La Maison cormier est classé monument historique en 1974 et appartient encore à la famille Trudeau.

Intérieur Art Déco de la Maison Ernest-Cormier de l'Avenue des Pins
Intérieur Art Déco de la Maison Ernest-Cormier de l’Avenue des Pins

À l’extérieur de Montréal, Ernest Cormier est derrière la Cour suprême du Canada, l’hôpital de l’Hôtel-Dieu de Sorel, le Carr Hall de Toronto ou le Grand Séminaire de Québec, il conçoit même les portes d’entrée du siège de l’Organisation des Nations unies à New York. Il collabore avec plusieurs autres architectes, par exemple, on lui doit avec Lucien Parent le dôme de l’Oratoire St-Joseph. En plus d’être reconnu comme un ingénieur et un architecte de talents qui a une connaissance spéciale des matériaux qu’il utilise comme l’acier, la brique et le béton. Il est un amateur d’aquarelle, de photographie, de reliure et d’art décoratif en général. Son œil ne s’arrête tout simplement pas au mortier, mais à la forme et la géométrie des immeubles qui portent sa signature. Il enseigne à la Polytechnique de 1925 à 1954, à McGill en 1919 et 1920 et il donne des cours à l’École des Beaux-Arts. Son studio reste actif jusqu’en 1974 la même année qu’il reçoit le titre d’officier de l’Ordre du Canada. Il décède le 1er janvier 1980 et inhumé au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges.

monument de la famille Cormier au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges.
Monument de la famille Cormier au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges.
Parution du décès de Cormier dans l'édition de La Presse, le 3 janvier 1980.
Parution du décès de Cormier dans l’édition de La Presse, le 3 janvier 1980.

L’atelier de la rue Saint-Urbain avec ces lignes droites et sa grande fenestration était sûrement en 1921 à l’avant-garde de l’architecture au moment de sa construction. J’espère que le mini-tollé que la chronique de François Cardinal qui depuis a été reprise dans Le Devoir pourra faire que cet immeuble de valeur patrimoniale ne tombera pas dans les mauvaises mains, laissé à lui-même et qui devra être détruit pour des questions de sécurité dans 10 ans. Si cette histoire vous rappelle la Maison Redpath, vous n’avez pas tort.

Que le bâtiment soit placé en vente par le gouvernement ne m’importe peu, l’important c’est que l’acheteur soit conscient de ce qu’il détient et l’importance que ce petit studio au coin de St-Urbain et Milton a dans l’histoire de l’architecture Québécoise et Montréalaise.

Charles Daudelin dans l'atelier Ernest Cormier
Charles Daudelin dans l’atelier Ernest Cormier
Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.