Chronique Toponymique: de nouvelles places

Temps de lecture approximatif de 3 minutes

Deux nouveaux toponymes ont été annoncés cette semaine par la responsable de la démocratie, de la transparence, des communications et de l’expérience citoyenne et du patrimoine au comité exécutif, Émilie Thuillier. Nous vous présentons donc la place Louis-Charles-Routhier dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et place Alice-Girard à Outremont.

Place Alice-Girard

Une renaissance de Montréal lui offre la chance de créer de nouveaux quartiers en entier, pensons Griffintown et aura la chance d’en créer dans les années à venir, Blue Bonnets par exemple. Grâce au campus MIL de l’Université de Montréal, Outremont aura la chance (ou la malchance selon les NIMBY) de recréer un de ces nouveaux quartiers autour de ce qui était autrefois une gare de triage.

Mme Alice Girard
Alice Girard
Division de la gestion de documents et des archives de l’Université de Montréal

Dr Alice Girard (1907-1999) est née à Waterbury au Connecticut et est venue au Québec en avril 1918, a fait ses études à l’école normale où elle a obtenu un brevet supérieur en pédagogie 1925; un diplôme d’infirmière de l’Hôpital St-Vincent de Paul, Sherbrooke (1931); un diplôme en hygiène publique de l’Université de Toronto (1939); un baccalauréat en sciences infirmières de l’Université de Washington (1942); une maîtrise en éducation de l’Université de Columbia (1944). Fellow de la Fondation Kellogg, de l’Université John-Hopkins en 1954, elle détient des doctorats honoris causa des universités de Toronto (1968) et de l’Université de Montréal (1975).

Avant tout, Mme Girard est la doyenne fondatrice de la faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal, première femme doyenne de l’Université de Montréal d’où son importance au nouveau campus. Depuis septembre, celui-ci accueille professeurs, chercheurs, et environ 2 000 étudiants des départements de chimie, de physique, de géographie et des sciences biologiques.

Campus MIL

Le MIL est un projet urbain d’envergure qui permet principalement de réaménager l’ancienne gare de triage d’Outremont, ce quartier qui se veut moderne mise sur les modes de transport actif et collectif avec le métro, de nouveaux liens cyclables, plusieurs stations Bixi et plusieurs lignes d’autobus. À terme, quelque 1 300 nouveaux logements seront construits sur l’ancienne gare de triage, dont 30 % à des fins sociales, communautaires et abordables.

Gare de triage Outremont
Photos prises par le mécanicien Hector H. Stanley MacD. Une vue vers l’est de Montréal, montre la gare de triage.
Photo: Société d’Histoire d’Outremont.

« La place Alice-Girard sera au cœur des activités familiales du nouvel Outremont. Ce nouvel espace multifonctionnel servira autant les résidents, les étudiants, les travailleurs et les visiteurs. Les plantes et arbres inspirés des végétaux du mont Royal côtoieront une œuvre d’art publique et une fontaine de brume » a déclaré le maire d’arrondissement Philipe Tomlinson.

La Place Alice-Girard
La fontaine de brume sur la nouvelle place Alice-Girard

Place Louis-Charles-Routhier

Louis-Charles Routhier (1926-2011) s’est impliqué dans l’entreprise familiale d’importation et distribution de fruits et légumes frais Courchesne Larose Ltée. Témoin des défis du quartier Hochelaga-Maisonneuve où il choisit de s’établir, rue Vimont.

Conscient de l’importance de l’accès à une éducation de qualité pour sortir les jeunes de la pauvreté, il a consacré une grande partie de son temps à la persévérance scolaire des enfants de son quartier d’origine à travers, notamment, la Fondation Louis-Charles-Routhier par l’entremise de l’organisme local « Je Passe Partout ». Cet OSBL offre notamment un service d’aide aux devoirs à l’école, ainsi qu’un soutien aux parents.

Louis-Charles Routhier
Photo tirée du site de Courchesne-Larose.

La Place

Bizarrement, le communiqué de presse ne mentionne pas vraiment où sera située la place publique en honneur du chef d’entreprise qui a œuvré pour la lutte contre la pauvreté et la persévérance scolaire. Le seul indice est cette phrase, « Il vit sur la rue Vimont, tout près de la place à nommer. »

Nous pourrons probablement ajouter des photos lorsque ces noms seront officialisés par la Commission de Toponymie du Québec et que les plaques signalétiques seront installées par la ville de Montréal.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet, Martin n'était même pas nés à l'époque de 99% des sujets discutés de ce site. Il aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.