Toponymie contestable: Charles Wilson.

Dans le passé, après avoir énuméré les raisons pour lesquelles les odonymes des rues Amherst et Lionel-Groulx sont si contestés, nous vous présentons aujourd’hui un autre toponyme qui pourrait être jugé inapproprié. Chers lecteurs, voici le maire Charles Wilson.

Maire Charles Wilson
Charles Wilson
Source Inconnue
Charles Wilson

Né en 1808 à Coteau-du-Lac en Montérégie, Wilson représente à sa façon ce qu’est le Montréal du début du 19e siècle. Son père est écossais, sa mère est de descendance française et plus tard il épousera une Irlandaise issue de la famille Tracey. À lui seul, il représente trois des quatre écussons des armoiries de Montréal.

Homme d’affaires, il est directeur de la Scottish Provincial Assurance Company et est membre de la Société Saint-Patrick. Wilson s’intéressera rapidement à la politique, comptant dans sa garde rapprochée des contacts importants comme sir Francis Hincks (premier ministre du Haut-Canada) et Lewis Thomas Drummond (député municipal et provincial).

Populaire un jour et un peu moins le lendemain, sa vie politique vit des hauts et des bas. Conseiller municipal 1848 à 1851 et sympathisant à Louis-Hippolyte La Fontaine, sa maison sera saccagée durant les émeutes du Parlement par les partisans torys le 26 avril 1849. Il est nommé maire de la cité sans opposition en 1851 et aux élections de février 1852, il devient le premier maire à être élu par la population.

Padre Gavazzi

En tournée pour prêcher sa parole dans le Bas-Canada et aux États-Unis, Alessandro « Padre » Gavazzi est un polémiste-religieux-anti-catholique. Le 6 juin 1853, Gavazzi est à Québec et clame haut et fort que la défection du pape Pie IX est ce qui a mené à l’échec de l’union italienne en 1848, il rejette ouvertement le catholicisme. Les participants Irlandais, très catholiques faut-il le rappeler, réagirent violemment aux paroles du moine italien, des pierres lancées fracassèrent les vitraux de l’église où avaient lieu le sermon et la force de l’armée fut nécessaire pour mettre fin aux émeutes qui ne feront que quelques blessés mineurs.

Même si le courriel n’existait pas encore, la nouvelle des incidents se rendit rapidement à Montréal où Gavazzi devait faire trois conférences quelques jours plus tard dans la salle de spectacle du Marché Bonsecours.

Émeutes Gavazzi
Illustration des émeutes.
9 juin 1853

Sous pression de la communauté irlandaise, les autorités refuseront l’accès au Marché Bonsecours à l’orateur et l’événement se déplacera au Temple congrégationaliste de Sion du marché aux foins (square Victoria). À la demande du maire et du capitaine de police M. Ermatinger, il y a une importante sécurité policière armée de bâton de plus de 80 agents épaulés d’une garnison de presque 100 hommes du 26e régiment fusilier écossais qui venait d’arriver en ville. Ces derniers furent placés en attente dans un édifice adjacent, un peu comme on fait avec l’escouade antiémeute de nos jours dans le cas de manifestations pouvant devenir violentes, ils sont toujours à quelques coins de rue, prêt à intervenir. Une importante foule, surtout constitué d’Irlandais catholique s’amassèrent autour de l’église de Sion pour protester la présence du religieux italien.

L’ambiance devait être assez tendues, pour se placer en contexte, nous sommes que quelques années après les émeutes du parlement et à un jet de pierre de Griffintown et de Sainte-Anne, quartiers majoritairement irlandais. Montréal est en pleine canicule, ce jeudi, le mercure grimpe jusqu’à 28 °C et la moitié de la ville est en reconstruction suite à plusieurs incendies ayant tout détruit sur leurs passages. L’Église Catholique fait même la demande à ses fidèles de laisser Gavazzi s’exprimer et de ne pas ce soucier de ce qu’il a dire, que leurs frères protestants auront honte de la parole d’un des leurs. En lisant les différents textes durant mes recherches, je ne peux m’empêcher de me visualiser dans le film Gangs of New York de Martin Scorsese.

Après avoir écouté la rhétorique de l’apostat habillé de sa soutane et d’une grande croix au cou, des coups de feu furent alors tirés. La situation atteindra la rue où une foule rendue à presque 200 personnes, dont plusieurs sont armés de bâton et même de fusils commençait à s’impatienter. La foule catholique se déplaça en bas de la côte du Beaver Hall, tandis que les protestants qui pour la plupart sortaient de l’église restèrent dans la côte. La force policière fut rapidement dépassée par les événements et plusieurs furent blessés par les émeutiers. C’est à ce moment que la garnison jusqu’alors cloîtrée sortit pour se mettre en position, les émeutiers firent maintenant face à cent hommes, en formation de deux lignes droites dos à dos séparé par 150 pieds, tous armés et en accoutrement militaire complet.

Émeute Gavazzi
Gravure de l’émeute dans le Illustrated London News du 9 juillet 1853.
La décision du Maire

Il est 20 h et sous la menace de quelques coups de feu en l’air et des pierres lancées aux policiers présents qui auront déjà fait des victimes et plusieurs blessés, la décision du maire est prise. Le « riot act » britannique est alors appelé, l’attroupement est jugé illégal. Les mots « Fire, Fire , Fire » sont criés et les fusiliers firent feu vers les émeutiers. La scène ne durera pas plus de 30 à 60 secondes et se termina par la mort de neuf personnes et plusieurs dizaines de blessés, pour la plus grande partie du côté des protestants. C’est le chaos, le lieutenant-colonel Hogart du 26e régiment n’a jamais donné l’ordre à ses troupes de tirer et personne n’est vraiment certains qui a donné l’ordre de faire feu. Les témoins et les enquêtes subséquentes pointeront du doigt le maire Charles Wilson lui-même.

Le rapport du coroner sera dévoilé à la fin juillet et le maire Wilson, quoique réprimander pour l’incident, ne sera pas vraiment blâmé, ni d’avoir fait appel à l’armée, ni d’avoir fait la demande de tirer à tout prix. Quelques jours plus tard, l’effigie du maire à l’Hôtel de Ville (le marché Bonsecours) sera vandalisée, un trou à l’endroit ou sa tête devait se trouver. Wilson sera décoré de la croix de Saint-Grégoire-le-Grand par le Pape Pie IX, ce qui attisera la fureur des journaux protestants n’ayant pas encore pardonné à l’ancien maire.

Gavazzi ne fera pas les deux autres sermons prévus dans la semaine et sera escorté vers le port où il prendra un bateau puis le train vers New York. Je résume vraiment de façon générale les événements en question, pour en savoir plus sur celles-ci et si la lecture vous intéresse, je vous invite à lire l’article du Montreal Weekly Herald du 25 juin 1853 qui présente énormément de détails sur les interrogations aux principaux personnages de l’histoire par les coroners. C’est aussi la lecture de cet article qui a inspiré ce billet.

Place du Marché à Foin
Place du marché aux foins, maintenant appelée square Victoria, Montréal, QC, 1857-1858
Source: Musée McCord
Un meurtrier dans la toponymie

Après avoir été sénateur, Charles Wilson décède en 1877 à Montréal. Une première avenue est nommée en son honneur au début du 20e siècle dans Notre-Dame-de-Grâce et Hochelaga-Maisonneuve honorera l’ancien homme politique avec une petite rue en 1998.

Quoi qu’il en soit, si cette « guerre » dura encore quelques mois après le 9 juin 1853, les émeutes Gavazzi, entre les orangistes anglais et catholiques irlandais sont plus ou moins oubliées de tous aujourd’hui et le rapport du bureau du coroner, malgré les preuves accablantes n’a jamais été en mesure de prouver quoi que ce soit. La question mérite tout de même d’être posée; est-ce que le maire Wilson, suite aux actes posés et ses décisions du 9 juin 1853, qui auront directement coûté la vie à douze de ses citoyens, publiquement accusé de meurtre, mérite-t-il sa place dans la toponymie de la ville de Montréal?

Quelques sources intéressantes: Biographi.caRevue d’Histoire d’Amérique Française.

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.