Ce qu’ils sont devenus après l’Expo 67.

Beaucoup de nos lecteurs plus jeunes seront surpris d’apprendre qu’après l’exposition universelle de 1967, plusieurs pavillons seront réutilisés pour une expo permanente portant tout simplement le nom de Terre des Hommes. Les pavillons pour la plupart furent convertis, certain, toujours poussé par leur pays d’origine, des nouveaux s’ajouteront ou seront transformés selon de nouvelles thématiques. Par exemple, le pavillon de la Suisse devient un Musée de l’humour et de la Caricature et celui d’Air Canada aura une différente thématique pratiquement chaque année. Terres des Hommes, malgré la volonté du bon Maire Drapeau, perdra de son lustre et sera fermé définitivement en 1984. L’aventure de l’Expo 67 aura en fait duré un peu plus de 14 ans.

Comme vous le savez sûrement déjà, plusieurs pavillons sont encore utilisés sur le site original. Le pavillon des États-Unis, le dôme géodésique de Fuller, n’est devenu rien de moins qu’un des icônes de la ville de Montréal. Ceux de la France et du Québec sont notre casino, ceux du Canada et de la Jamaïque sont de très populaires salles locatives pour réceptions. Quelques-uns ont perdu un peu de notoriété, celui de la Corée par exemple sert d’abribus et le pavillon de la Tunisie sert de bureau pour les employés du parc Jean-Drapeau. Si pour la plupart, les plus gros ont disparu des îles, d’autres se sont retrouvés tout simplement ailleurs dans le monde et voici ce que je tiens à vous partager. Je vous avais déjà parlé de la maison Châtelaine lors un billet en septembre dernier, mais voici quelques exemples retrouvés, post-expo.

Carte Postale de l'Expo 67.
Carte Postale de l’Expo 67.

En pleine guerre froide, séparée des États-Unis par la passerelle du Cosmos, l’URSS était installée plus ou moins où se trouve le tournant en épingle du circuit Gille-Villeneuve de nos jours. Si la Biosphère a coûté neuf millions, celui de l’URSS en aura coûté quinze aux soviets. Sous la direction de l’architecte Mikhail Posokhin, l’immeuble est construit par des Italiens, à Lyon, avec des matériaux russes, puis transportés par bateaux à Montréal pour être assemblé à son emplacement prévu.

Crédit Photo: Archives Canada
Crédit Photo: Archives Canada

Durant l’Expo, les gens peuvent y voir ce qui fait de l’URSS une force si importante, bien sûr sa technologie militaire, la culture et les différentes régions du pays sont à l’honneur. Mais c’est la conquête de l’espace qui prend une place majeure dans l’exposition, n’oubliez pas que nous sommes en pleine course vers la Lune, Armstrong n’a même pas encore mis le pied sur cette dernière.

Après 1967, le bâtiment est démantelé puis renvoyé en Union Soviétique. Il est reconstruit au centre VDNH (Exposition des réalisations de l’économie nationale de l’URSS) qui a ouvert ses portes en 1939 et se veut une sorte de temple sacré à la période de l’URSS. Connu sous le nom de Pavillon Moscou ou de Pavillon No 70 il est plus communément appelé le Pavillon Montréal. Cliquez ici pour voir le lien Google Map. Le centre VDNH est depuis 2014 sous la direction de Moscou après avoir été offert par l’état à la ville. Depuis son acquisition, beaucoup de rénovations ont été apportées et la capitale russe prévoit des dépenses de plus de 2.5 milliards en argent canadien pour redorer l’image du parc d’exposition. Malgré une certaine popularité, la condition précaire de l’immeuble datant de 1967 est toujours en discussion et pourrait voir sa disparition sous peu si les gestionnaires en décident ainsi. Disons que le grand édifice de verre est plus souvent vide qu’utilisé.

Crédit Photo: Boris Karaoulov, 2016
Crédit Photo: Boris Karaoulov, 2016

Le 17 octobre 1967, le premier ministre de Terre-Neuve annonce que son gouvernement a fait l’acquisition de deux pavillons de l’Expo 67, soit ceux de la Yougoslavie et de la Tchécoslovaquie. Ces nouvelles acquisitions seront démantelées puis transportées dans la province des maritimes de l’Atlantique après l’exposition. Le but premier est de tirer avantage de ces architectures modernes et de redonner au développement de l’art et de la culture de la plus récente province canadienne.

Carte Postale de l'Expo 67
Carte Postale de l’Expo 67

Originalement négociés entre les deux gouvernements, les deux immeubles de la Tchécoslovaquie furent finalement offerts pour une bouchée de pain en au gouvernement de Terre-Neuve pour sa participation dans les efforts de rescousses lors de l’accident du vol CSA 523 le 5 septembre 1967 à l’aéroport de Gander. Fabriqués de façon à tenir debout pour un été à Montréal, les deux immeubles de la république de l’est ne furent pas de tout repos. Premièrement, les températures de Terre-Neuve et de Montréal diffèrent énormément et de plus, les structures eurent besoin d’être grandement modifiées pour être, disons-le, moins temporaires et plus permanentes.

Crédit photo: Pat Braden
Crédit photo: Pat Braden

Un des immeubles sera inauguré en 1971 dans la ville de Grand-Fall-Windsor et deviendra le Gordon Pinsent Centre for the Arts, un important théâtre de la région. Cliquez ici pour voir le lien Google Map. L’autre bâtiment lui s’est retrouvé dans le Joseph-R.-Smallwood Center for the Arts de Gander. Très peu reste de la deuxième partie dans le centre des arts de Gander ayant été entièrement rénové lors des dernières années. Mais, il est possible de reconnaître dans la porte d’entrée principale du 161 Airport Boulevard quelques-uns des panneaux originaux offrant une ressemblance à la construction minimaliste de 1967 des architectes Repa et Pycha. Cliquez ici pour voir le lien Google Map.

Carte postale de l'expo 67
Carte postale de l’expo 67

Le pavillon de la Yougoslavie lui est transporté vers Grand Bank où l’immeuble sera transformé en musée. Le Provincial Seamen’s Museum est un établissement présentant l’histoire des habitants de l’île de 1800 à aujourd’hui. Contrairement à celui de la Tchécoslovaquie, l’immeuble a reçu très peu de modifications visuelles. Mais sa reconstruction ne fut pas des plus faciles, pour une raison encore inconnue, plusieurs éléments furent égarés durant le transport. De plus, les architectes originaux utilisèrent les mesures métriques, tandis que les architectes locaux eux, travaillaient en mesures impériales, ce qui compliquera grandement le travail des ingénieurs Terreneuviens. L’immeuble est pratiquement une anomalie dans cette petite communauté de 2 500 résidents. J’adorerais aller faire un vox-pop parmi les habitants de Grand Bank pour savoir combien d’entre eux savent d’où vient leur musée. Cliquez ici pour voir le lien Google Map.

Crédit photo: Tourisme Terre-Neuve et Labrador
Crédit photo: Tourisme Terre-Neuve et Labrador

Le pavillon de la Jeunesse Musicale qui se retrouve dans la cité du havre est un don de la Portland Cement Association à l’organisme à but non lucratif que sont les Jeunesses Musicales. Une organisation internationale qui existe toujours pour encourager les jeunes musiciens classiques dans leur démarche artistique. Avec l’appui du maire Jean Drapeau, le pavillon qui rappelle les formes d’un buffet d’orgue est déménagé dans la municipalité de Mont-Orford au Québec. En plein cœur de son parc national, l’immeuble est maintenant un des pavillons de Orford Musique, une académie de musique classique qui reçoit chaque été plus de 400 élèves. Cliquez ici pour voir le lien Google Map.

Pavillon des Jeunesses Musicales. Crédit photo:  Laurent  Bélanger, Wikimédia
Pavillon des Jeunesses Musicales. Crédit photo: Laurent Bélanger, Wikimédia

Si le sujet de l’Expo 67 vous intéresse, je vous suggère le nouveau livre de Bill Cotter publié chez Arcadia Publishing. Vous pouvez également retrouver Cotter dans le groupe Facebook des passionnés de l’Expo 67.

Autres sources:
Newfoundland Modern: Architecture in the Smallwood Years, 1949-1972
Le Devoir. La saga du pavillon russe d’Expo 67 – Enquête sur un symbole de la guerre froide, Frédérique Doyon, 27 août 2012

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.

Un commentaire

  1. […] 8. Le rocher Irlandais 7. L’édifice Rodier et le Square Chaboillez 6. L’emblème floral de Montréal 5. 20 faits sur Montréal, 9e édition 4. Le matin du mardi 22 mai 1838. 3. Une tour qui aurait changé l’histoire. 2. Jacques-Cartier en photos 1. Ce qu’ils sont devenus après l’Expo 67 […]

Laisser un commentaire