Beaubien, une histoire de famille

Nous avons demandé à nos fans Facebook si une chronique régulière sur la toponymie de Montréal pouvait les intéresser et la réponse a été d’un retentissent oui. Il semble que l’histoire c’est temps-ci est plus intéressant que le présent, pardon je m’évade. L’idée de cette rubrique m’est venu quand j’étais sur la rue Beaubien, venant de passer la station de métro du même nom et en plus ce sont deux parcs qui portent ce nom, soit un à Outremont et un dans Rosemont. L’avenue de 9.6km s’étire de la cour de triage d’Outremont jusqu’à l’autoroute 25 dans l’est et héberge entra autre le mythique Cinéma Beaubien, le Régine Café et l’hémisphère Gauche. Finalement, cette rue possède deux petites anomalies que je trouve intéressantes à mentionner dans son introduction. Premièrement, sa portion est et ouest sont décalé de quelques mètres au Boulevard St-Laurent ce qui la coupe en deux. Deuxièmement, la rue est à double sens sur toute sa longueur, sauf à son extrémité outremoitaise où elle est à sens unique direction ouest-est sur une longueur de 85 mètres entre Durocher et Hutchison.

Cinéma Beaubien
Cinéma Beaubien

Alors, voici la situation géographique de l’Avenue qui est assurément une des plus connues des montréalais et pourtant, qui était ce Beaubien qui mérite toute cette attention? Je dois faire mon mea culpa de ne m’être jamais posé la question auparavant. C’est alors que je me rends sur le site de Toponymie Montréal pour découvrir qui était ce Beaubien. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant que la rue n’est pas nommée ainsi pour un seul individu, mais bien pour plusieurs générations de Beaubien qui auront fait une différence dans nos vies quotidiennes encore aujourd’hui. Une vraie toile de noms historiques que vous reconnaîtrez au long de la lecture. Comme quoi, ces désignations que les rues portent aujourd’hui, étaient des montréalais comme nous tous. Même si je ne suis pas un fan de généalogie, je n’ai pratiquement pas le choix dans ce cas-ci de partir de plus loin et de descendre les générations.

Famille Beaubien à la résidence de Pierre à Outremont.
Famille Beaubien à la résidence de Pierre à Outremont.

C’est vraiment en honneur de Pierre Beaubien (1796-1881) que la rue porte ce nom depuis sa désignation en 1912. Jeune il étudie au Séminaire de Nicolet et au Petit Séminaire de Montréal avant d’aller étudier à l’Académie de Paris où il ressort en 1819 avec un bachelier ès lettres et un doctorat en 1822 avant de revenir au Bas-Canada en 1827. En plus d’être médecin des Sulpiciens et des Soeurs de Notre-Dame et dans plusieurs établissements à Montréal. Il est réputé pour avoir introduit le stéthoscope au Canada et fait partie en 1837 d’un groupe de Patriotes armés qui protègent Louis-Joseph Papineau dont la maison est attaquée par des anglais il est Président de la société Saint-Jean-Baptise en 1859. Il eut également une vie politique importante, élu à l’Assemblée législative du Canada de 1843 à 1844 et de 1844 à 1849. Il fut conseillé municipal pour la Cité de Montréal de 1843 à 1846. le patriarche de mon histoire possède plusieurs lots de terrains sur l’île de Montréal à Côte-Ste-Catherine, Côte-St-Louis et Côte-des-Neiges. Outremont et le Cimetière Côte-des-Neiges sont situés sur ses lots. Il fit don de quatre de ces terrains vers 1868 à l’Évêque Ignace Bourget pour y construire l’institut des sourds-Muets du Québec, Coin Ste-Dominique et St-Louis (aujourd’hui l’Avenue Laurier). Pierre et son épouse Marie-Justine Casgrain (veuve de Dr. Charles Butler McGuire) lèguent à la ville de Saint-Louis plusieurs lots et de voies de circulation qu’ils nomment Maguire, Casgrain, de Gaspé, Alma et Lauretta (aujourd’hui St-Viateur). Ce couple aura qu’une enfant, Louis.

Pierre et Louis Beaubien
Pierre et Louis Beaubien

Louis Beaubien (1837-1915), baptisé en 1837 en présence de son parrain un certain Denis Benjamin Viger, fils de Denis Viger (Rue St-Denis, Square Viger) et de sa marraine Dame Marie-Julie Bruneau, épouse de Papineau. Homme public, il est élu dès 1867 à l’assemblée législative du Québec dans Hochelaga et élu au fédéral en 1872. Il est réélu plusieurs fois ensuite au provincial soit en 1875, 1878 et 1881. Comme son père, il est également président de la Société Saint-Jean-Baptiste en 1882. L’homme d’affaire est aussi reconnu comme étant un co-fondateur de la Banque Provinciale du Canada, aujourd’hui connue sous le nom de Banque Nationale. Par contre, il est plus reconnu comme étant le fondateur de la Ville d’Outremont en 1875. Depuis 1845, les villages de l’île de Montréal sont réunis selon des ensembles administratifs. La Côte-Sainte-Catherine est unie durant neuf ans à la Côte Notre-Dame-des-Neiges et, après 1855, relève d’un conseil siégeant à St-Henri. Ce type d’encadrement politique déplaît à certains habitués à se gérer seules et plusieurs d’entre elles réclament la reconnaissance de leur personnalité civile. C’est dans ce contexte, qu’en 1875, la Côte-Sainte-Catherine prend son envol sous le nom de Municipalité du village d’Outremont puis, en 1895, obtient son statut de municipalité de ville. L’ironie veut que cette dernière redevienne qu’un arrondissement. Louis Beaubien épouse à 27 ans Suzanne Lauretta Stuart, l’Avenue Stuart à Outremont porte son nom, ainsi que l’ancienne désignation de St-Viateur mentionné plus haut. Le couple aura quatre garçons et quatre filles, dont Charles-Philippe Beaubien, grand-père de Charles Taylor de la Commission Bouchard-Taylor. Son frère Joseph Beaubien fût Maire d’Outremont à plus d’une reprise et fonda la Brasserie Frontenac. Un buste de l’homme politique se retrouve dans le Parc Beaubien à Outremont.

Avenue Beaubien, coin Christophe-Colomb, 1961
Avenue Beaubien, coin Christophe-Colomb, 1961

Des quatre fils, nous allons nous concentrer ici sur Louis de Gaspé Beaubien (1877-1939). Il est un homme d’affaire sérieux et respecté à Montréal, il crée multiple compagnie dont la plus populaire fut certainement la firme de courtage L.G. Beaubien. Il fait partie du conseil d’administration de l’université de Montréal en autre qui honore aujourd’hui l’excellence académique en sciences sociales avec le prix L.G. Beaubien. Malheureusement, pour Louis-de-Gaspé, il est détrôné dans l’imaginaire montréalais par la dame qu’il épousa en 1899. Fille du Juge en Chef de la cour du Québec, alors appelé la cour du Banc du Roi, Sénateur Alexandre Lacoste et de Marie-Louise Globensky philanthrope très connu auprès des plus démunis. Nous parlons ici de Justine Lacoste-Beaubien, co-fondatrice de l’Hôpital Ste-Justine avec Irma Levasseur. Elle a consacré sa vie à cette institution en y dédiant toute son énergie et son temps ainsi que sa fortune. Elle se retire en 1966 de la direction de l’hôpital après près de 60 ans de services ininterrompus à l’âge de 89 ans. Elle aura donc été partie intégrale de tous les déménagements de l’hôpital qui porte son nom, du petit hôpital de la rue Saint-Denis en 1907, sur De Lorimier en 1908, au retour rue St-Denis passant de 70 à 300 lits. Elle planifie la construction d’un hôpital plus grand situé sur le Chemin de la Côte-Ste-Catherine en 1957. Avec 800 lits et affilié à l’Université de Montréal, l’Hôpital Ste-Justine est un des centres de pédiatries les plus importants au Canada.

Justine Lacoste-Beaubien 1903 et 1958
Justine Lacoste-Beaubien 1903 et 1958

Et nous avons bouclé la boucle. Du patriarche propriétaire de fermes et de terrains situés autour de la côte Ste-Catherine et d’Outremont à un hôpital pour les petits de l’île se situant exactement là où l’ancêtre de nom de la fondatrice élevait ses chevaux. L’avenue porte bien son nom après tout, la famille Beaubien aura une partie intégrante de la création du Montréal moderne, plusieurs ont été sénateurs, hommes d’affaire et philanthropes. De nos jours, la famille est encore bien vivante, Philippe de Gaspé Beaubien (1928- ) est fondateur de la compagnie Télémédia, fondateur de ParticipACTION, membre influent de l’Expo 67 et président de maintes conseils d’administrations. Ses fils et petits fils sont membres actif de la société, par exemples, Philippe de Gaspé Beaubien III est directeurs aux sains des Alouettes de Montréal et est toujours présidents de la compagnie de communication fondée par son grand-père et François de Gaspé Beaubien est membre du C.A. de Zoom Média. La Famille De Gaspé-Beaubien est membre sélect des 100 personnes les plus riches du Canada.

beaubien-est

On pense souvent aux Molson, Desmarais, Péladeau ou Redpath comme des familles ayant changé Montréal, mais chaque coin de rues, chaque parc ou espace public peuvent cacher une partie importante de notre histoire. La Famille Beaubien en sont un bel exemple. pensez-y la prochaine fois que vous emprunterez l’Avenue d’Outremont à Anjou. Oui j’ai sûrement oublié des détails, mais ceci n’était pas un cour d’histoire mais une note pour savoir qui était le Beaubien de la rue du même nom.

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.

2 Comments

  1. […] première chronique sur la toponymie historique de Montréal sur la Rue Beaubien le mois passé fut, avec surprise, un bon succès. Alors, ce mois-ci nous récidivons avec une […]

  2. […] 5. Série sur les Graffitis de Montréal. (partie 1, partie 2, partie 3) 4. Annonces de la STM, Prochaine Station… 3. Mobilier anti-sans-abris 2. Rencontre PM: Le Montréal Sign project de Matt Soar 1. Beaubien, une histoire de famille […]

Les commentaires sont fermés.