Amherst et Lionel-Groulx, toponymie controversée

Montréal a de ces ironies qui souvent sont trop bonnes pour garder sous silence et voici une de mes préférées. L’avenue Lionel-Groulx se trouve dans l’ouest du centre-ville, historiquement plus anglophone, la rue Amherst se retrouve dans l’est, historiquement plus francophone. Or, ces deux toponymes sont régulièrement remis en question par chacune des deux solitudes locales. Ces rues ont maintes et maintes fois été appelées à changer de noms et à rayer de la carte ces deux personnages qui ont forgé l’histoire de notre ville. Les Anglais ont horreur de Groulx qui était un historien hors pair et une partie intégrale du mouvement nationaliste français et plus tard, accusé d’antisémitisme. Ahmerst fin stratège militaire derrière la prise de Montréal de 1760 et père de la guerre bactériologique qui froisse autant les francophones que les Amérindiens encore de nos jours. Voici la petite histoire des controverses de ces deux toponymes

Avant de débuter, ces deux hommes méritent plus que quelques paragraphes sur un blogue en ligne. Des livres entiers ont déjà été écrits sur ces personnages et je m’arrête que sur les grandes lignes du pourquoi du comment de leur présence dans la toponymie Montréalaise. Si je pique votre curiosité, une petite recherche Google pourra assouvir vos besoins de connaissances.

L'abbé Lionel Groulx
L’abbé Lionel Groulx
Lionel Groulx

Né à Vaudreuil en 1878, l’abbé Lionel Groulx y fait ses jeunes études. Il entre au séminaire de Ste-Thérèse en 1891 où il suit son cours classique et une formation théologique aux grands séminaires de Montréal et de Valleyfield. Après avoir été ordonné prêtre en 1903, il part pour un voyage d’études en Europe où il reçoit en Italie un doctorat en philosophie et il étudie les lettres en Suisse. De retour au Québec, il devient le premier titulaire de la chaire d’histoire du Canada de l’Université Laval de Montréal. En 1920, il est nommé directeur de « l’Action Française », regroupement de l’élite des grands penseurs canadiens-français. Il devient porte-parole et figure de proue du français en Amérique du Nord. Il fonda en 1946 l’Institut d’histoire de l’Amérique française et y dirigea pendant vingt ans leur publication « La revue d’histoire de l’Amérique française » encore publiée.

Ses œuvres considérables mettent de l’avant sa langue et les débats politiques de celle-ci. La France d’outre-mer; Notre maître, Le passé; Lendemain de conquête et les Rapaillages ne sont que quelques titres qui démontre la pensée de l’abbé Groulx. Historien, sociologue, romancier, essayiste et grand penseur, c’est sous le nom de plume d’Alonié de Lestre qu’il écrit certain de ses œuvres les plus marquantes ayant pour but de pousser l’establishment anglais. Le roman « L’appel de la race » crée polémique lors de sa parution en 1922. C’est l’histoire de Jules Lantagnac, un Canadien français qui épouse une anglophone, qui déménage à Ottawa et qui tente de franciser sa famille tout en devenant un important militant dans la résistance franco-ontarienne au règlement 17 du gouvernement Whitney. Cette loi avait pour but de rendre l’apprentissage de la langue française illégale dans les écoles de l’Ontario. Le prêtre dans ce texte tient à démontrer les différentes méthodes de disparition du français, la façon gouvernementale à coup de lois, mais aussi par l’assimilation à l’intérieur du mariage. Ce n’est qu’en février 2016 que la Première Ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne présente ses excuses aux Franco-Ontariens pour la tentative d’assimilation.

Obsèques de Lionel Groulx
Obsèques de Lionel Groulx

Le coup de grâce arrive en 1991, 24 ans après son décès, quand l’Actualité publie les textes d’Esther Delisle, plus tard regroupés dans le livre « Le traître et le Juif », un succès dans le Canada anglais. L’essai qui s’intéresse en particulier au comédien Jean-Louis Roux et à Lionel Groulx fait une analyse générale des problèmes historiques de l’intolérance ethnique au Québec. Utilisant sans peur les mots « Fasciste » et « Nazis », le livre devient une arme pour les Mordecai Richler de ce monde qui crient haut et fort contre la cause séparatiste. Depuis la parution de ces textes, jumelé à sa démarche politique, le chanoine Groulx est plutôt persona non grata dans la communauté anglophone et fédéraliste.

L’avenue Lionel-Groulx

En 1973, la Rue Albert dans le quartier Sainte-Cunéguonde de Saint-Henri sera rebaptisée à la demande du maire Jean Drapeau au nom de la Rue Lionel-Groulx. Ce n’est pas un secret, Drapeau est un protégé de Groulx et voyait le chanoine comme un mentor. Dans une correspondance de 1957 suites à la défaite de Drapeau, le politicien écrit à l’abbé « Je veux vous assurer de ma considération profonde et de ma détermination de ne pas lâcher. Toute votre vie constitue un exemple que nous devons suivre… » Quelle était la raison de ce changement de toponyme pour cette petite rue de St-Henri? La nouvelle station de métro qui serait inaugurée à quelques pas, se devait d’avoir un nom important et non la vulgaire Station Albert comme il y était projeté. En changeant le nom de la rue, le nom de la future station changerait aussi. Cet odonyme est régulièrement remise en question, en 2008, des groupes de pression voulaient renommer la station au nom du pianiste Oscar Peterson, natif de Saint-Henri.

Jeffrey Amherst
Jeffrey Amherst
Jeffrey Amherst

Plus à l’est, on retrouve la rue Amherst nommée en honneur du premier baron Amherst de Holmesdale et de Montréal (1717-1797). Jeffrey Amherst participe à la prise de Louisbourg le 27 juillet 1758, après quoi il reçoit la mission de prendre la Nouvelle-France. Suite à la chute de Québec, il vient affronter à Montréal les troupes de Lévis et de Vaudreuil qui, avec leurs quelques 2 000 hommes n’ont aucune chance devant les 17 000 attaquants anglais. En 1760, Montréal et la colonie change de mains, c’est le début de l’air sous la couronne britannique.

Revenons un peu en arrière, Amherst entra dans le 1st Foot Guards, à titre d’enseigne, en 1731 alors qu’il n’a que 14 ans. En 1740 le grade de Lieutenant de son régiment lui est offert pendant qu’il est sous la protection de Lord Ligonier, Commandant en chef des forces britanniques de 1757 à 1759. La guerre de Sept Ans est déclarée en 1956 surtout entre la France et le Royaume-Uni, mais aussi entre les Russes, les Autrichiens, les Espagnols et ses colonies. Surtout en Europe, le Nouveau Monde est entraîné dans cette guerre mondiale quand les Anglais veulent prendre possession des colonies françaises. J’avoue vulgariser au plus haut point, la Guerre des sept ans, comme toutes les guerres, se veulent beaucoup plus complexe.

Siège de Louisbourg
Siège de Louisbourg

L’épisode principal ayant lieu de notre côté de l’Atlantique est quand le fort de Louisbourg (Nouvelle-Écosse) tombe aux mains des Anglais en 1758. Jeffrey Amherst est un des cerveaux derrière cette prise stratégique qui permet aux Britanniques une mainmise importante sur l’embouchure du Saint-Laurent permettant un accès aux villes de Québec et de Montréal. Au cours de l’été 1760, les forces britanniques remontent le fleuve Saint-Laurent à partir de Québec suite au siège de la ville par Wolfe, Murray, Monckton. Amherst arrivera sur le tard dans la bataille contre les Français de Vaudreuil, Lévis et Montcalm. Ils descendent du lac Ontario et avancent sur le Richelieu en repoussant les Français et leurs alliés autochtones vers l’île de Montréal. En août de la même année, les Sept Nations du Canada, alliés autochtones de la France, pactisent avec les Britanniques à Oswegatchie. Le Gouverneur Vaudreuil convoque un conseil de guerre le 6 septembre, et les officiers supérieurs lui recommandent de négocier les conditions de la reddition avec le général Jeffrey Amherst, dont les forces combinées sont maintenant en vue de la ville non fortifiée.

Il est impossible de contester l’importance de Jeffrey Amherst dans la prise de la Nouvelle-France et la mutation du Canada à un régime britannique. Sa réputation lui apporte aussi le titre de Commandant en chef des forces de 1778 à 1782 et ensuite de 1793 à 1795. Rappelons que ce titre est le plus élevé de l’armée royale au Royaume-Uni, il va sans dire que le titre vient avec de grandes responsabilités. Pendant son séjour à Montréal, ce dernier développe une haine incontestable envers les Amérindiens, il les déteste rien de moins. Il constate avec frustration que quelques tribus indiennes des Grands Lacs, dans la région de Détroit, sous le chef Pontiac font la vie difficile aux troupes britanniques.

En 1763, il écrit au subalterne, Colonel Bouquet, avec une suggestion qui de nos jours serait considérée comme rien de moins qu’un appel au génocide. Amherst lui ordonne de faire le nécessaire pour transmettre la variole parmi les populations indiennes à l’aide de couverture infectée par le virus. Au cours des mois suivants, des épidémies de variole causent des ravages dans les tribus Delaware, Mingos et Shawnees. Malheureusement, l’histoire ne dit pas toute la vérité, selon le journal de guerre de Bouquet, ce dernier n’aura jamais mis à exécution les ordres du Commandant en chef. Les coïncidences avec l’épidémie parmi les troupes de Pontiac sont quand même bizarres. Lors de son retour en Europe, il s’installe sur des terres qui lui sont offertes à titre de récompense dans la ville de Sevenoaks dans la région de Kent. Il fait construire un manoir et le nomme « Montreal » où il décédera en 1797. Amherst avait un dossier sans faille comme commandant, c’était un soldat solide plutôt que brillant. Sa manière était lente et lourde. Il savait préparer la victoire, ne laissant rien au hasard dans les domaines du ravitaillement et du transport, et c’est cette minutie qui devenait indispensable dans les guerres de notre côté de l’Atlantique.

Avenue Amherst

La toponymie de Montréal se souvient de Jeffrey Amherst par cette rue dans Ville-Marie, mais aussi une toute petite rue perpendiculaire appelée rue du Square-Amherst. Ironiquement, la rue Amherst est directement à l’ouest des rues portant les noms de Wolfe et Montcalm. Surtout par le mouvement séparatiste, les rues portant son nom sont souvent mises au débat. Gilles Duceppe dans une lettre ouverte dans Le Journal de Montréal du 26 janvier 2013 écrit « On ne peut accepter qu’à Montréal existe une rue honorant un génocidaire. Renommons cette rue en l’honneur d’un chef autochtone qui fut un des artisans de la Grande Paix de 1701 entre les Premières Nations et les Français. Ce grand chef s’appelait Kondiaronk. Il y a peu de rues ou d’endroits publics nommés en l’honneur des premiers habitants du Québec. Il est temps de rectifier la situation. »

Une opinion personnelle

Lionel Groulx et Jeffrey Amherst ont été chacun à leur époque, des hommes qui ont littéralement changé tout ce qu’ils touchaient. Groulx par sa contribution à la littérature et à l’histoire du Québec au moment où notre culture était encore tabou. Amherst par sa participation au changement de régime en Nouvelle France. Je vais répéter ce que j’ai dit dans mon article sur Mordecai Richler, j’ai beau ne pas toujours être d’accord ces personnages historiques, il est impossible de nier que leur participation à notre ligne de temps ne mérite pas une place dans la toponymie de la ville. Leur présence nous permet de nous questionner sur notre propre participation à l’histoire et de prendre l’opportunité de ne pas répéter les erreurs du passé.

Vous savez maintenant pourquoi je trouve amusant de voir la rue Lionel-Groulx dans un quartier anglais et la rue Amherst dans un quartier français. Ce n’est pas digne du Festival Juste pour Rire je dois l’avouer, mais je sais que chaque fois que je croise un de ces deux chemins, j’ai un petit sourire en coin. C’est peut-être moi qui a un drôle d’humour!

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet. Martin aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.