À chacun sa côte

Temps de lecture approximatif de 4 minutes

Côte-Sainte-Catherine, Côte-Saint-Paul, Côte-des-Neiges. Vous êtes vous déjà demandé pourquoi tant de toponymes à Montréal portent le nom de côte? Selon le dictionnaire, ce terme peut signifier le bord ou le littoral adjacent à un cours d’eau ou, une pente ayant une certaine dénivellation. Mais Montréal, comme d’habitude, nous offre sa définition unique de ce que sont ses côtes.

Ça fait longtemps!

Le lotissement de l’île durant les balbutiements de Ville-Marie qui débutât dès 1648 avec l’attribution par Maisonneuve de quelque 40 arpents au laboureur Pierre Gadois se fait à une vitesse, disons, lente. En 1663, Montréal change de propriétaire et tombe entre les mains du séminaire de Saint-Sulpice de Paris et c’est sous cette autorité que le développement de l’occupation des terres prendra une autre allure.

Les Sulpiciens organiseront à l’échelle de l’île la distribution aux colons et tenteront de stimuler la colonisation dans toute l’étendue de leur territoire, mais les guerres incessantes avec les Iroquois poussent les cultivateurs vers les terrains les plus rapprochés du fort, abandonnant ainsi leurs concessions plus éloignées.

1664, le bon roi Louis XIV confirmera l’envoi du régiment de Carignan-Salières pour venir en aide à la colonie et les pionniers reprennent confiance. Munis d’une espérance d’un avenir plus tranquille, les lots reculés sont réclamés et offerts à ceux qui en veulent bien. 

Les côtes

Ces nouvelles terres se retrouvent à Coteau Saint-Louis vers la Montagne, vers l’ouest à la pointe Saint-Charles et vers l’est au Pied-du-Courant. C’est à ce moment que le terme de côté fait son apparition dans le lexique local.

Livre Terrier 1700
Livre terrier des côtes de la seigneurie de l’île de Montréal, 1700
Archives de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice de la Province canadienne

Étienne-Michel Faillon écrit dans son histoire de la colonie française en 1866 : « Ces terres commencèrent à être appelées alors à Villemarie du nom de côtes et les côtes furent distinguées entre elles par le nom de quelques Saint. Ainsi on appela Côte Saint-Martin les terres situées au-dessous du domaine de Sainte-Marie, où plusieurs braves colons allèrent les premiers s’établir. [sic] »

Avec la demande grandissante, d’autres obtiendront des terres encore plus éloignées mais fertiles. Elles porteront les noms de côte Sainte-Anne, côte Saint-Jean ou côte Saint-François dans l’est. Dès 1667 , c’est quelque 400 soldats qui décideront de faire leur vie dans la colonie, ce qui étirera la ville vers l’ouest et le nord.

L’expansion vers la banlieue

Un de mes personnages préférés de Montréal, l’explorateur René-Robert Cavelier de La Salle, viendra rejoindre son frère sulpicien et occupera une terre dans le sud-ouest qu’il nomme la côte Saint-Sulpice et qui, éventuellement, sera renommée La Chine (en honneur de ses échecs.) Avant de s’appeler Verdun, la seigneurie du soldat Zacharie Dupuis portait le nom de côte des Argoulets. Dans l’ouest, la paroisse de Pointe-Claire est séparée en trois, les côtes Saint-Charles, Saint-Jean et Saint-Rémi, qui en 1722, deviendra la côte des Sources.

Carte de Montréal, 1702
Plan terrier de l’île de Montréal, 1702
Source : Archives de Montréal, VM66-S1P025
Cliquez pour voir le PDF en haute résolution

Une première carte des seigneuries sous le nom de « Description généralle de l’isle de Montréal, divisée par costes… [sic] » est dessinée en 1702 à la demande des sulpiciens. Elle présente les 25 côtes de l’île dont 16 longent le littoral du fleuve. Il en reste donc neuf à l’intérieur ne bordant aucun cours d’eau majeur. Ce sont ces côtes qui viendront donner l’unicité du terme à Montréal.

L’arpenteur et soldat Gédéon de Catalogne sous l’ordre du frère supérieur Dollier de Casson dressera un plan des concessions à l’ouest du mont Royal. Si jusqu’à maintenant les terres étaient perpendiculaires au Saint-Laurent, c’est à dire de l’eau vers l’intérieur, De Catalogne lui suivra le petit ruisseau se situant dans la côte de Notre-Dame-des Neiges. Cela assignera des parcelles parallèles au fleuve, du jamais vu, #méchantmalade

Carte 1702, corrigée
Carte inspirée du plan terrier de 1702
Publiée dans le Cahiers de géographie du Québec, 1984

Les côtes dans la toponymie

La côte était avant tout un signe d’occupation du sol. C’est lorsqu’est venue la responsabilité à chaque seigneur de créer et d’entretenir les chemins à l’intérieur de leurs terres respectives que le mot prendra une signification locale.

Si certain firent preuve d’originalité et opterons avec des noms comme « montée de quelque chose » ou « Saint-Whatever » d’autre garderont simplement le nom qui encore aujourd’hui, reste présent dans notre toponymie, Chemin de la Côte-Sainte-Catherine ou Chemin de la Côte-des-Neiges en sont de bons exemples.

Chemin de la Côte-Saint-Luc

Dans le reste du Québec, le terme fut rapidement remplacé par le rang et même si le générique est présent ici et là, il n’aura jamais eu l’importance et la signification exacte qu’il a à Montréal.

Descendre les côtes

Tôt au 19e siècle, le réseau routier local est déjà bien établi, prend de l’ampleur et le système de lotissement par côtes laissera sa place petit à petit. Les cartes et les plans terrier commencent alors à séparer l’île en paroisses, en faubourg et par villages et non plus par côtes, pourtant si fidèles depuis le début de la colonie.

Photo : Felice DeNigris, Flickr
Sous license Creative Commons

Au fil des années, des toponymes seront modifiés comme les côtes Notre-Dame-des-Vertus ou Notre-Dame-de-Liesse qui seront tronqués pour devenir respectivement les boulevards Côte-Vertu et Côte-de-Liesse. Quelques-uns perdront leur générique à un moment donné comme côte Saint-Pierre ou côte Saint-Michel. Et malheureusement, bon nombre seront simplement oubliés comme côte de la Rivière et côte Saint-Jean dans l’est.

Alors, connaissiez-vous l’histoire derrière ces toponymes typiquement montréalais? Sur quels autres odonymes aimeriez-vous en apprendre plus? N’hésitez pas à venir nous voir sur nos différentes plateformes de diffusion comme Twitter, Instagram, Youtube, Facebook et même notre propre sous-Reddit.

Sources:

Commentaires

Écrit par :

Amoureux de Montréal, fasciné par l'histoire de la ville, son urbanisme et sa toponymie, ni historien ni spécialiste du sujet, Martin n'était même pas nés à l'époque de 99% des sujets discutés de ce site. Il aime trouver des réponses aux questions qui sont posées. Les billets que vous lisez ne sont que les résultats de la quête vers des réponses et le besoin de partager.